Advertisement

En Zambie, les jésuites demandent une révision constitutionnelle après l'annulation des élections partielles

La décision de la Commission électorale de Zambie (ECZ) d'annuler les élections partielles de la circonscription de Kabwata après que l'un des candidats se soit retiré des urnes est une raison pour le pays d'Afrique australe de revoir sa Constitution, ont déclaré les responsables du Centre jésuite de réflexion théologique (JCTR). 

Lundi 10 janvier, l'ECZ aurait annulé les élections partielles de Kabwata après que l'un des candidats, Libanda Francis, se soit retiré de la course. Les responsables de l'ECZ auraient invoqué l'article 52(6) de la Constitution zambienne, qui demande à l'organisme électoral d'annuler un scrutin lorsqu'un candidat se retire, meurt, est disqualifié pour corruption ou faute professionnelle ou lorsqu'un tribunal interdit à un candidat de participer à une élection. 

Après l'annulation d'un scrutin, l'article 52(6) exige de nouvelles nominations de candidats éligibles et l'organisation d'une nouvelle élection dans les 30 jours suivant le dépôt de la liste des nouvelles nominations.  

Dans une déclaration du jeudi 13 janvier, les membres du JCTR disent noter "avec une grande inquiétude l'existence continue d'ambiguïtés concernant la constitution actuelle, son interprétation, et plus spécifiquement, dans ce cas, les faiblesses des processus électoraux de la Zambie".

"On sait qu'avec le cadre juridique électoral actuel, le système politique zambien reste vulnérable aux incohérences et au gaspillage inutile des ressources publiques", indiquent les responsables du JCTR. 

Advertisement

Ils ajoutent : "Ce gaspillage est inacceptable étant donné que ces ressources auraient pu être canalisées pour améliorer la prestation de services sociaux aux communautés pauvres et vulnérables en Zambie. " 

Les responsables de l'entité jésuite basée à Lusaka, la capitale de la Zambie, ajoutent que certaines dispositions des lois électorales actuelles présentent "un sérieux dilemme politique pour une économie en difficulté comme celle de la Zambie".

L'élection de Kabwata, qui était prévue pour le 20 janvier, est une illustration des problèmes qui appellent des réformes, ajoutent-ils.

"Il est clair qu'il existe de bonnes raisons d'appeler à des réformes constitutionnelles et électorales afin de transformer nos lois électorales pour permettre au pays non seulement de gérer les élections de manière rentable, mais aussi d'endiguer une vague d'annulations d'élections parlementaires", déclarent les responsables du JCTR. 

Le report et l'annulation des élections parlementaires "ont pour effet à long terme d'éroder la confiance dans le processus électoral et de priver les titulaires de droits d'une représentation de qualité dans le système de gouvernance publique", disent-ils. 

More in Afrique

Dans leur déclaration du 13 janvier, les responsables du JCTR appellent le gouvernement zambien et toutes les parties prenantes clés "à publier de toute urgence une feuille de route pour un processus de révision constitutionnelle à grande échelle".

"Nous demandons également une feuille de route pour un certain nombre de réformes juridiques, notamment la loi sur le processus électoral, la législation sur l'accès à l'information, la loi sur l'ordre public, la loi sur les prêts et les garanties (autorisation), pour n'en citer que quelques-unes", indiquent les universitaires jésuites de l'institution basée à Lusaka. 

Ils ajoutent que le processus de révision constitutionnelle "doit commencer" immédiatement pour permettre des consultations suffisantes des différentes parties prenantes. 

"Ce processus ne doit pas être laissé à proximité des élections de 2026", affirment les responsables de l'institution de recherche, d'éducation et de défense des droits.