Advertisement

Kenya: Les chefs religieux annoncent des prières hebdomadaires et le jeûne avant les élections de 2022

Les chefs religieux du Kenya ont appelé le peuple de Dieu de ce pays d'Afrique de l'Est à réserver un jour par semaine pour prier et jeûner afin que les élections nationales prévues plus tard dans l'année se déroulent sans heurts.

Lors de leur troisième convocation nationale des chefs religieux, qui s'est tenue à la maison Ufungamano au Kenya, les chefs religieux, qui comprennent des représentants des évêques catholiques du Kenya, ont cité la corruption et l'incitation à la violence comme quelques-uns des maux existants qui menacent les élections générales du 9 août.

Dans le communiqué partagé avec ACI Afrique, les chefs religieux discutent largement de la nécessité de préparer le pays et préconisent des prières et des jeûnes nationaux, l'affinement du cadre législatif électoral, le soutien aux institutions électorales, le renforcement des institutions et des structures de sécurité, l'éducation civique et la nécessité pour les dirigeants politiques et les parties prenantes de s'abstenir de tout discours de haine.

"Nous invitons tous les Kenyans à s'engager à prier et à jeûner pour la nation afin que Dieu intervienne et préserve les vies et le bien-être de tous", déclarent les chefs religieux dans le communiqué partagé avec ACI Afrique jeudi 20 janvier.

Ils ajoutent : "À cet égard, nous demandons à chaque individu de choisir un jour par semaine où il jeûnera et consacrera du temps à prier pour la nation."

Advertisement

Les leaders promettent d'organiser des séances de prière dans leurs lieux de culte respectifs, auxquelles seront invitées les institutions liées aux élections du pays. Ils affirment que la nation se trouve dans ce qu'ils appellent une "situation délicate", avec un réel danger de sombrer dans la violence avant, pendant et après les élections générales.

Lors de leur convocation de deux jours qui s'est achevée le 20 janvier, les chefs religieux ont déclaré que le Kenya n'était pas prêt pour les élections et que les Kenyans "s'enfonçaient encore plus dans le désespoir".

"Cette assemblée est profondément préoccupée par le fait que la nation n'est manifestement pas prête pour les élections de 2022. La corruption, l'impunité, l'anarchie, les insultes et l'incitation à la violence se produisent avec abandon, et les Kényans s'enfoncent davantage dans le désespoir et la dépression", déclarent les dirigeants dans leur communiqué.

Ils ajoutent : "C'est une grande souffrance pour les Kenyans que les dirigeants politiques et étatiques aient, au cours des 15 dernières années, délibérément négligé d'aborder les questions d'(in)justice électorale, ce qui expose la nation à une répétition de la violence et de la crise pré- et post-électorale."

Les chefs religieux ont discuté du cadre juridique électoral et, dans leur communiqué, affirment que beaucoup reste à faire.

More in Afrique

Ils affirment qu'il est nécessaire que les personnes concernées terminent leur travail sur le projet de loi 2020 sur le financement des campagnes (amendement) afin de guider les prochaines campagnes et élections politiques.

Faisant référence au projet de loi sur le financement de la campagne, les chefs religieux du Kenya déclarent : "Nous nous sommes engagés à impliquer les parlementaires au niveau local afin de les mobiliser pour qu'ils donnent la priorité aux lois relatives aux élections." 

"Il s'agira en outre d'atteindre toutes les institutions concernées pour s'assurer que les lois sont mises en œuvre et respectées", ajoutent-ils.

Les chefs religieux ont également déclaré qu'ils soutiendraient la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), l'organisme électoral du pays, par des prières, en faisant pression pour que les fonds soient versés plus tôt à l'organisme et en demandant la protection des agents électoraux.

"Nous nous sommes engagés à soutenir la Commission électorale et des frontières indépendante afin de garantir la qualité des élections prévue par l'article 81 de la Constitution du Kenya de 2010", indiquent-ils.

Advertisement

Les dirigeants soulignent les violences et les exécutions extrajudiciaires signalées dans certaines parties du pays et affirment que les institutions de sécurité perdent le contrôle de la situation dans cette nation d'Afrique de l'Est. 

Ils ont discuté de la menace de meurtre de la rivière Yala dans l'ouest du Kenya et ont noté que le département de la sécurité du pays a été accusé de favoritisme, de mépris de l'État de droit et de violations flagrantes des droits de l'homme.

"Nous nous sommes engagés à impliquer l'inspecteur général, ainsi que les agences de sécurité au niveau national, du comté et du sous-comté pour plaider en faveur d'une mise en œuvre équitable de la loi", indiquent les chefs religieux dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique.

Ils ajoutent : "Dans des endroits comme Yala, nous mettrons en place des comités de renseignement pour enquêter sur l'identité des personnes tuées ainsi que sur leurs assassins et nous ferons pression pour que les suspects soient poursuivis."

Les chefs religieux représentant différentes confessions au Kenya soulignent la nécessité d'une éducation civique afin de préparer le public à faire les bons choix et à éviter la violence avant, pendant et après les élections générales du 9 août.

Les chefs religieux promettent d'utiliser les lieux de culte pour mobiliser les Kenyans, en particulier les jeunes, afin qu'ils s'inscrivent sur les listes électorales, et de dispenser une éducation civique et électorale qui permettra aux électeurs d'assumer leur souveraineté en tant que Kenyans.

Ils promettent également de délivrer des messages de paix et de cohésion nationale en utilisant les forums disponibles, y compris les chaires et autres forums publics.

Les chefs religieux promettent de tendre la main au président du Kenya et de le mettre en garde contre la promotion de ce qu'ils appellent la "politique de succession". "

"Nous nous sommes engagés à tendre la main à Son Excellence le président Uhuru Kenyatta et à lui demander de se désengager de la politique de succession", disent-ils, et ils ajoutent : "Le président est le symbole de l'unité nationale, comme le prévoit l'article 131 de la Constitution du Kenya de 2010, et il devrait donc rester au-dessus de la politique partisane, en reconnaissant qu'il est le président de tous les Kenyans."

"William Ruto, pour lui faire remarquer qu'il utilise les ressources et les institutions publiques pour mener une campagne présidentielle partisane, ce qui va à l'encontre des valeurs énoncées à l'article 10 de la Constitution", déclarent les chefs religieux.

Ils appellent également ceux qui prévoient de se présenter aux différents postes lors des prochaines élections à accepter les résultats et à régler tout litige devant les tribunaux s'ils se sentent lésés.