Advertisement

Les personnes consacrées au Kenya invitées à créer des campagnes de sensibilisation pour stimuler les vocations

Les religieux et religieuses du diocèse de Kakamega, au Kenya, ont été invités à organiser des réunions régulières pour célébrer la vie consacrée à la base, dans les paroisses ou les communautés locales, afin de promouvoir les vocations à la vie religieuse.

Dans son message aux personnes consacrées dans son siège épiscopal le 5 février, Mgr Joseph Obanyi a déclaré que les célébrations régulières conduiraient ensuite à une "journée diocésaine des personnes consacrées", permettant au diocèse kenyan de bien participer à l'événement annuel de la Journée mondiale de la vie consacrée marquée le 2 février.

"C'est un défi que je lance maintenant ; et le défi que je pose est le suivant : où que vous soyez, où que vous serviez dans vos communautés et vos paroisses en particulier, pourriez-vous créer quelque chose comme des réunions de Consacrés ? Ou la consécration religieuse qui culmine avec la journée diocésaine des consacrés ?". L'évêque Obanyi a présenté son défi.

L'évêque catholique kenyan a recommandé qu'en organisant les "réunions de consacrés" régulières, l'accent soit mis sur l'information des membres de la communauté sur ce qu'implique la vie consacrée. Il note que de telles initiatives contribueraient grandement à la promotion des vocations à la vie religieuse.

"Promouvoir les vocations, y compris qui vous êtes, ce que vous représentez et quelle est votre mission. Même dans la paroisse où vous vous trouvez, faites en sorte que cette semaine soit marquée par certains actes et activités clés qui favorisent les vocations", a-t-il déclaré.

Advertisement

L'Ordinaire local du diocèse de Kakamega ajoute que la création de la Journée des Consacrés au niveau de la communauté ou de la paroisse donnera aux jeunes l'occasion de se renseigner sur les vocations.

"Laissez les jeunes garçons et filles avoir la chance de poser des questions, de voir ce que vous faites. En fait, laissez-les avoir l'occasion de voir comment vous priez", a déclaré l'évêque catholique kenyan lors de l'événement du 5 février qui s'est tenu à la cathédrale Saint-Joseph du diocèse de Kakamega.

L'évêque Obanyi a exhorté les membres du clergé du diocèse de Kakamega à envisager d'impliquer les laïcs dans les célébrations ultérieures des personnes consacrées afin qu'ils puissent être éclairés sur les différents ordres religieux et sociétés de vie apostolique en vue de choisir où ils souhaitent servir.

L'évêque catholique a remercié le clergé pour sa contribution aux célébrations du Family Day diocésain qui, selon lui, a permis au diocèse d'accomplir ses tâches pastorales. Il a déclaré que la contribution des fidèles aux activités diocésaines est une initiative prometteuse pour rendre l'Église en Afrique "autonome, autosuffisante et autosuffisante".

"Je recommande à l'Église dans son ensemble, et en particulier à l'Église d'Afrique, de se concentrer sur une Église qui s'administre elle-même, qui se renforce elle-même, qui se soutient elle-même et qui est autosuffisante", a déclaré Mgr Obanyi, avant d'ajouter : "C'est ce à quoi travaille le diocèse".

More in Afrique

Il a poursuivi : "L'année dernière, de nombreuses communautés, religieuses et autres, ont soutenu le diocèse lors de la journée de la famille. Je voudrais vous remercier spécifiquement aujourd'hui, vous remercier de soutenir l'Église et le diocèse. C'est ma prière et ma demande que vous continuiez dans cette voie."

L'évêque catholique kenyan a déclaré que pour que l'Église en Afrique continue à être autonome, il est nécessaire que le clergé embrasse l'unité, affirmant qu'il ne peut pas travailler seul si le diocèse doit réaliser ses mandats.

L'évêque catholique, qui est à la tête du diocèse de Kakamega depuis son ordination épiscopale en mars 2015, a en outre exprimé son appréciation à tous les membres du clergé sous sa responsabilité pastorale, et a encouragé les religieux à "servir avec humilité car c'est la volonté de Dieu que nous faisons".

Il a ensuite encouragé les membres du Clergé en poste dans le diocèse kényan à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés en en parlant "d'une manière religieuse."

"Les défis seront toujours là. Si nous les ignorons, nous nous trompons nous-mêmes. On peut parler des défis d'une manière religieuse", a déclaré l'évêque kenyan de 55 ans le 5 février.

Advertisement

Il a également parlé de la prêtrise en disant que le ministère implique de célébrer les mystères de Dieu et que "il s'agit d'être, pas de faire, pas d'impressionner qui que ce soit, mais d'être, et d'être des témoins".

Il a rappelé aux religieux de ne pas oublier de marcher avec Jésus-Christ dans leurs activités quotidiennes.

Faisant référence à l'histoire biblique de Siméon et Anne qui ont embrassé la vie consacrée, l'évêque Obanyi a déclaré que la vie consacrée n'est pas seulement une question de vœux, "mais une décision prise comme un signe de l'amour de Dieu dans le monde par la façon dont nous vivons".

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique, avant la Journée mondiale annuelle de la vie consacrée marquée le 2 février, la direction de la Conférence des supérieurs religieux du Kenya (RSCK), le forum qui rassemble les représentants des ordres religieux masculins et des sociétés de vie apostolique au Kenya, a appelé à prier pour les missionnaires qui ont été des pionniers de l'Évangile dans le pays d'Afrique de l'Est.

"Au cours de nos célébrations, prions pour les personnes consacrées qui ont été les premières à prêcher l'Évangile de Jésus-Christ au Kenya en tant que missionnaires", a déclaré le président du RSCK, le père Robert Karanja, dans la déclaration précédant l'événement annuel du 2 février.

Le père Karanja a ajouté, en référence aux pionniers missionnaires au Kenya, "Beaucoup d'entre eux ont traversé différentes formes de souffrances et de tribulations afin de nous apporter la bonne nouvelle."

Le prêtre kenyan a exhorté les personnes consacrées à poursuivre le ministère commencé par les missionnaires pionniers et même à réévangéliser dans différentes parties du monde.