Trois églises auraient été brûlé au Soudan

L'Église soudanaise du Christ après un apparent pillage et rasage à Um Bartumbu, dans le Kordofan méridional, au Soudan, le 16 juin 2012.
Credit: Eyes and Ears Nuba.

Selon un groupe de défense des droits locaux au Soudan, trois églises d'une ville ont été incendiées en décembre 2019 et rapidement reconstruites, pour être à nouveau incendiées au début de ce mois.

L'Organisation des droits de l'homme et du développement a déclaré qu'une église catholique, une église orthodoxe et une église soudanaise intérieure à Bout avaient été incendiées le 28 décembre et le 16 janvier, les bâtiments de l'église ayant été reconstruits entre-temps. Bout est la capitale du district de Tadamoun dans l'état du Nil Bleu, à plus de 300 miles au sud-est de Khartoum.

Selon le HUDO, les incendies criminels présumés ont été signalés à la police de Bout à chaque fois, "mais la police n'a pas mené d'enquête plus approfondie ni pris de mesures préventives".

L'organisation des droits de l'homme a dénoncé cette attaque et a critiqué le gouvernement pour sa négligence en matière de liberté religieuse.

Mais le ministre des affaires religieuses du Sundan, Nasr al-Din Mufreh, a affirmé qu'une seule église avait été attaquée deux fois.

Le Sudan Tribune a rapporté que Mufreh a déclaré "l'engagement total du Soudan à protéger les libertés religieuses".

"S'il est prouvé qu'il s'agit d'une infraction pénale, les auteurs seront identifiés, poursuivis et traduits en justice", a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'un suspect avait été interrogé, mais avait été libéré faute de preuves.

Mufreh a ajouté que "le ministère des affaires religieuses et le gouvernement de l'État du Nil Bleu se sont engagés à construire une église avec des matériaux modernes (...) et à prendre les mesures appropriées pour sa protection future".

Le Soudan a été classé comme un pays particulièrement préoccupant pour son bilan en matière de liberté religieuse par le Département d'État américain de 1999 à 2019.

En décembre 2019, il a été déplacé sur la liste de surveillance spéciale "en raison des mesures importantes prises par le gouvernement de transition dirigé par des civils pour lutter contre les "violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse" du régime précédent.

Le Soudan était sous la dictature militaire d'Omar al-Bashir depuis 1989, mais les protestations pro-démocratiques ont conduit à son renversement en avril 2019. Le pays est désormais dirigé par un gouvernement de transition.

Selon la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, sous Bashir, le gouvernement "a activement promu et appliqué une interprétation stricte de l'Islam sunnite et a imposé des contraintes religieuses aux musulmans et aux non-musulmans".

Au moins 90 % de la population soudanaise est musulmane, et la charia est la source de la législation nationale. L'apostasie de l'islam est passible de la peine de mort.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]