Advertisement

Le Pape François : "Il n'est pas possible d'adorer Dieu tout en faisant de la liturgie un champ de bataille"

Le pape François a déclaré samedi que la liturgie ne devait pas être "un champ de bataille" pour des "questions dépassées".

"Je souligne à nouveau que la vie liturgique, et son étude, doit conduire à une plus grande unité de l'Église, et non à la division. Quand la vie liturgique est un peu comme une bannière de division, il y a la puanteur du diable là-dedans, le trompeur", a déclaré le pape François au Vatican le 7 avril.

"Il n'est pas possible d'adorer Dieu tout en faisant de la liturgie un champ de bataille pour des questions qui ne sont pas essentielles, voire dépassées, et de prendre parti, à partir de la liturgie, pour des idéologies qui divisent l'Église."

S'exprimant lors d'une audience avec l'Institut pontifical de liturgie dans le palais apostolique, le pape a déclaré qu'il croit que "toute réforme crée une résistance."

Le pape François a rappelé les réformes faites lorsqu'il était enfant par le pape Pie XII, notamment lorsque ce dernier a réduit l'obligation de jeûner avant de recevoir la sainte communion et réintroduit la Veillée pascale.

Advertisement

"Toutes ces choses ont scandalisé les personnes à l'esprit fermé. Cela se produit également aujourd'hui", a-t-il déclaré.

"En effet, ces personnes fermées d'esprit utilisent les cadres liturgiques pour défendre leurs points de vue. Utiliser la liturgie : c'est le drame que nous vivons dans des groupes ecclésiaux qui s'éloignent de l'Église, remettent en cause le Concile, l'autorité des évêques... afin de préserver la tradition. Et la liturgie est utilisée pour cela".

Le pape François s'est adressé à l'Institut pontifical de liturgie, un institut de Rome dont l'école de liturgie a eu une influence croissante sur les normes liturgiques émanant du Vatican.

Le secrétaire et le sous-secrétaire de la Congrégation pour le culte divin du Vatican ont tous deux été formés par l'institut, qui a été créé en 1961 par le pape Jean XXIII dans le cadre du Pontificio Ateneo Sant'Anselmo.

Andrea Grillo, l'un des professeurs de théologie les plus éminents de Sant'Anselmo, a été un vigoureux défenseur de Traditionis custodes, le motu proprio publié par le pape François en 2021 qui limitait les messes célébrées dans la forme extraordinaire du rite romain.

More in Afrique

Dans son discours, le pape François a également mis en garde contre "la tentation du formalisme liturgique", qui, selon lui, se manifeste aujourd'hui "dans ces mouvements qui tentent de revenir un peu en arrière et de nier le Concile Vatican II lui-même."

Le pape François a prononcé son discours depuis un fauteuil roulant. Le pape, âgé de 85 ans, fait ses apparitions publiques en fauteuil roulant depuis le 5 mai en raison d'une déchirure du ligament du genou droit.