Advertisement

Pape François: La porte de la retraite "est ouverte... jusqu'à aujourd'hui je n'ai pas frappé à cette porte"

Le pape François s'adressant à des journalistes sur le vol entre le Canada et Rome, Italie, le 30 juillet 2022. Vatican Media Le pape François s'adressant à des journalistes sur le vol entre le Canada et Rome, Italie, le 30 juillet 2022. Vatican Media

Le pape François a déclaré samedi qu'il était "ouvert" à la possibilité de prendre sa retraite s'il discerne que c'est la volonté de Dieu.

"Je pense qu'à mon âge et avec cette limitation, je dois réduire un peu mes activités pour pouvoir servir l'Église ou au contraire penser à la possibilité de me retirer", a déclaré le pape François aux journalistes dans l'avion papal le 30 juillet.

Lors d'une conférence de presse en vol sur son vol de retour à Rome depuis Iqaluit, au Canada, François a déclaré que "le Seigneur dira" quand il sera temps de démissionner.

"La porte est ouverte. C'est l'une des options normales, mais jusqu'à aujourd'hui, je n'ai pas frappé à cette porte", a déclaré le pape.

"Je n'ai pas eu envie de penser à cette possibilité. Mais cela ne veut peut-être pas dire qu'après-demain, je commencerai à y penser", a-t-il ajouté.

Advertisement

Le pape, âgé de 85 ans, a été interrogé à plusieurs reprises au cours de la conférence de presse sur l'éventualité d'une démission, compte tenu des problèmes de santé physique auxquels il a été confronté ces derniers mois.

François a répondu à un journaliste : "Tout ce que le Seigneur me dira. Le Seigneur peut me dire de démissionner. C'est le Seigneur qui ordonne".

Il a expliqué que "le discernement est la clé de la vocation d'un jésuite" et que cela signifie qu'"il doit être ouvert à tout ce que le Seigneur lui demande."

Le pape François a également reconnu qu'entre-temps, il pourrait devoir ralentir un peu son programme de voyages en raison de sa santé.

"Je ne pense pas pouvoir avancer au même rythme de voyage qu'auparavant", a déclaré le pape.

More in Afrique

"Une opération du genou n'est pas prévue dans mon cas. Les experts disent oui, mais il y a tout le problème de l'anesthésie. Il y a dix mois, j'ai subi plus de six heures d'anesthésie et il y a encore des traces. On ne joue pas, on ne fait pas n'importe quoi avec l'anesthésie", a-t-il déclaré.

Le pape a ajouté qu'il essaiera de continuer à faire des voyages pour être proche des gens "parce que je pense que c'est une manière de servir."

En particulier, François a souligné qu'il aimerait "aller en Ukraine". Il a dit qu'il s'attend à ce que son voyage prévu au Kazakhstan en septembre pour assister au Congrès des leaders des religions mondiales et traditionnelles soit une visite calme.

Le pape s'est exprimé au terme d'un voyage d'une semaine au Canada au cours duquel il s'est rendu à Edmonton, au Québec et à Iqaluit dans le cadre de ce qu'il a appelé un "pèlerinage pénitentiel" pour présenter ses excuses aux communautés autochtones du pays.