Advertisement

"Ce n'est pas une nouvelle exigence morale": Un responsable du Vatican s'exprime sur la protection des enfants en Afrique de l'Est

Le père Andrew Small, secrétaire de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, s'adressant aux participants lors de la convention des parties prenantes de Catholic Care for Children International (CCCI) dans la région de l'Association des conférences épiscopales membres de l'Afrique de l'Est (AMECEA) à Nairobi, le 16 mai 2023. Le père Andrew Small, secrétaire de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, s'adressant aux participants lors de la convention des parties prenantes de Catholic Care for Children International (CCCI) dans la région de l'Association des conférences épiscopales membres de l'Afrique de l'Est (AMECEA) à Nairobi, le 16 mai 2023.

L'exigence morale de protéger les enfants n'est pas nouvelle, a déclaré le Secrétaire de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

Dans son discours du mardi 16 mai à la convention des parties prenantes de Catholic Care for Children International (CCCI) dans la région de l'Association des conférences épiscopales membres d'Afrique de l'Est (AMECEA) à Nairobi, le père Andrew Small a également mis en garde contre la tendance à pointer du doigt les autres en tant qu'auteurs d'abus sur les enfants.

"Il a toujours été répréhensible de maltraiter les enfants ; il ne s'agit pas d'une nouvelle exigence morale", a déclaré le père Small.

Il a ajouté : " Le ministère de service, le ministère de sauvegarde est une mission essentielle pour respecter et protéger la dignité des personnes humaines et proclamer la vérité de l'amour de Dieu pour nous ".

Le membre des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (OMI) a poursuivi en mettant en garde contre la maltraitance des enfants dans la société contemporaine, dans laquelle les gens "sont devenus plus conscients, ont maintenant plus de langage, plus de politiques, plus de procédures, plus de conseils".

Advertisement

Il a également mis en garde contre les accusations.

"Il est beaucoup plus facile de pointer quelqu'un d'autre du doigt que de penser aux trois doigts qui sont pointés vers nous", a déclaré le père Small le 16 mai, lors de la première journée de l'événement CCCI qui se tient à l'hôtel Boma de Nairobi sur le thème "Lire ensemble les signes des temps".

Projet de l'Union Internationale des Supérieures Générales (UISG), la CCCI est "un réseau mondial croissant de sœurs catholiques qui mettent de côté les approches institutionnelles de la prise en charge des enfants au profit d'une prise en charge basée sur la famille et la communauté", comme l'indique le site web de l'UISG.

S'exprimant également lors de l'événement CCCI réalisé grâce à la collaboration de l'Association des Sœurs Religieuses du Kenya (AOSK), de la Fondation Gerald et Henrietta Rauenhorst (GHR) et de l'AMECEA, le Dr Ronald Luwangula a déclaré qu'il était nécessaire de réduire le nombre d'enfants placés dans des institutions telles que les foyers pour enfants.

Ce maître de conférences à l'université ougandaise de Makerere a plaidé pour une prise en charge au sein des familles : "La qualité de la prise en charge institutionnelle est discutable, car certaines des personnes qui s'en occupent n'ont pas les compétences requises. Les institutions ne sont pas le meilleur endroit pour les enfants, mais la famille".

More in Afrique

"Les besoins et les droits des enfants sont satisfaits lorsque les enfants vivent dans la famille ; lorsqu'ils vivent dans les communautés, ils sont plus susceptibles de réaliser leurs droits", a poursuivi le Dr Luwangula au premier jour de l'événement qui s'est tenu du 16 au 18 mai et qui a rassemblé des représentants des parties prenantes de la CCCI au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, au Malawi, en Zambie et au Soudan du Sud.

Il a ajouté : "Si les enfants sont placés dans des institutions, il faut s'efforcer de les réunir avec leurs parents biologiques ou au moins avec des membres de leur famille".

D'autres options telles que le placement en famille d'accueil et l'adoption doivent être explorées, a-t-il encore déclaré lors de son discours du 16 mai.