Même avec COVID-19, "les églises doivent rester ouvertes dans nos cœurs" : Selon un Évêque Sud-Soudanais

Mgr Edward Hiiboro Kussala du diocèse de Tombura-Yambio, au Sud Soudan.
Credit: Domaine public

Alors que les gouvernements luttent pour contenir la propagation du COVID-19, en renforçant les mesures préventives, un évêque catholique du Soudan du Sud a encouragé les chrétiens à reconnaître le fait qu'en tant que peuple de Dieu, ils sont l'église qui "doit rester ouverte" au milieu des directives de fermeture des bâtiments d'église.

"Aujourd'hui, même dans la souffrance de la distance, les églises doivent rester ouvertes dans nos cœurs et dans nos actions, dans la sainteté de nos vies quotidiennes", a déclaré Mgr Edward Hiiboro Kussala du diocèse de Tombura-Yambio au Soudan du Sud lors d'une interview à l'Agenzia Fides.

Il a ajouté : "Les bâtiments restent physiquement fermés, mais nos cœurs sont ouverts et notre vie spirituelle continue".

Faisant référence à la situation politique dans son pays où trois cas de COVID-19 ont été signalés, Mgr Hiiboro a noté : "Nous ne sommes pas en mesure de mener d'autres guerres. Nous n'en avons pas la force. La population est détruite, sans abri".

"Je prie Dieu qu'une solution soit trouvée dès que possible pour vaincre le virus dans le monde entier, pour apporter la paix à notre pays et à toutes les autres zones de guerre afin que nous puissions avancer, tous ensemble, vers un monde pacifique", a déclaré le prélat sud-soudanais.

Le Soudan du Sud a signalé le premier cas de COVID-19 le dimanche 5 avril. Cela a été annoncé lors d'une conférence de presse à Juba, la capitale du Soudan du Sud, par le premier vice-président Riek Machar qui, selon un rapport, est également le vice-président du groupe de travail de haut niveau du pays sur COVID-19.

"L'équipe de réponse rapide du ministère de la santé s'est rendue à la clinique et a collecté les échantillons le même jour. Le test initial s'est révélé positif. Une deuxième série de tests de confirmation s'est également révélée positive", a déclaré le Dr Machar le 5 avril.

Concernant la pandémie, le prélat sud-soudanais de 56 ans a appelé toute la population de son pays à "respecter les directives données par le gouvernement, en particulier pour la protection et la santé des plus pauvres".

"La présence du virus est particulièrement désastreuse pour les couches les plus pauvres. Les infrastructures font défaut. Prions le Seigneur pour qu'il continue à nous aider et à rester à nos côtés", a-t-il déclaré.

L'évêque du diocèse de Tombura-Yambio a également exprimé son soutien à l'appel du pape François pour "un cessez-le-feu mondial immédiat dans tous les coins du monde" et a exprimé l'espoir qu'un tel cessez-le-feu puisse également être appliqué au Sud Soudan.

"L'engagement pastoral que le pape François met en œuvre au profit de l'humanité tout entière continue de me toucher profondément", a déclaré Mgr Hiiboro, ajoutant, en référence au Saint-Père, "qu'il est toujours présent, en toute circonstance, à la souffrance, qui concerne l'humanité. J'en ai fait personnellement l'expérience, tout comme l'ensemble de la population du Soudan du Sud".

Le dimanche 29 mars, le pape François a lancé un appel à un cessez-le-feu mondial alors que les pays s'efforcent de défendre leurs populations contre COVID-19, en déclarant : "L'urgence actuelle de COVID-19 ... ne connaît pas de frontières".

Le Pape a exhorté les nations en conflit à répondre à l'appel lancé le 23 mars dernier par le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, en faveur d'un "cessez-le-feu global immédiat dans tous les coins du monde" afin de "se concentrer ensemble sur le véritable combat de nos vies", la "bataille" contre le coronavirus.

Mgr Hiiboro a décrit le pape comme un "vrai bon samaritain" qui est "toujours proche de tous ceux qui sont dans le besoin". Il met sa vie en danger, n'épargne aucun effort et aucune énergie pour faire sentir sa présence dans chaque communauté".

"Pour ma part, je continue à encourager mon diocèse, le Soudan du Sud et le monde entier à rester dans la ligne du Pape, à travailler ensemble pour la paix, pour les malades et pour la prévention du virus", a conclu Mgr Hiiboro.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]