Un diocèse en Afrique du Sud lance une initiative pour ramener les fidèles à l'église après le confinement

Mgr Joseph Kizito, évêque du diocèse d'Aliwal North en Afrique du Sud, bénissant le peuple de Dieu lors d'un événement passé

Le diocèse d'Aliwal en Afrique du Sud prévoit un programme de cinq semaines sur les réflexions visant à ramener les fidèles à l'église après un long confinement COVID-19 dans le pays.

Baptisé Communauté ecclésiale vivantes (CEV) - Notes de réflexion, le programme qui s'étend sur toute la durée du carême aborde différents sujets de réflexion, en explorant les expériences que les habitants du diocèse de la province ecclésiastique du Cap-Oriental ont vécues pendant la pandémie.

Dans une interview avec ACI Afrique, lorsqu'il a parlé de la préparation du diocèse pour le mercredi des Cendres, MgrJoseph Kizito a déclaré que les fidèles ont peur de retourner à l'église même après que les prélats du pays aient annoncé la reprise du culte public.

"Il y a un sentiment de détachement parmi les fidèles. On peut aussi voire clairement la peur sur les visages des personnes qui viennent à l'église. Ce programme va essayer de faire revenir l'ambiance que nous avions à l'église avant l'arrivée de COVID-19", a déclaré Mgr Kizito.

Selon l'Ordinaire du diocèse d'Aliwal, l'Eglise a été "stigmatisée" au début de la pandémie, faisant croire aux gens qu'ils étaient plus susceptibles d'être infectés par le virus lorsqu'ils se rendaient à un rassemblement religieux que lorsqu'ils se rendaient à tout autre rassemblement social ou lieu public.

"Les gens craignent d'être plus exposés à l'infection par le virus dans l'église que dans un centre commercial", a déclaré l'évêque d'origine ougandaise à ACI Afrique. 

Il a ajouté : "J'ai rencontré beaucoup de gens qui m'ont dit qu'ils étaient tombés malades en allant à un enterrement. Mais je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui dise avoir contracté l'infection en faisant des courses. Nous ne savons pas pourquoi c'est le cas, mais je peux dire que l'Église a été stigmatisée dès le début".

Au cours de la première semaine des Notes de réflexion du SCC, les catholiques du diocèse d'Aliwal devraient réfléchir sur le thème de la "peur", a déclaré Mgr Kizito, ajoutant que c'est la peur qui éloigne les gens de l'Église après avoir passé des mois à l'extérieur.

"Tout le monde ne vient pas à l'église. J'ai parlé à de nombreuses personnes qui m'ont fait comprendre qu'elles ne viendraient pas à l'église tant que COVID-19 ne serait pas parti. Ils disent qu'ils ne sont à l'aise qu'en suivant les offices religieux sur leurs télévisions", dit-il.

Les réflexions de la deuxième semaine dans le diocèse porteront sur les "pertes d'emploi" et inviteront les gens à explorer différentes façons de faire face à ces pertes, a déclaré l'évêque. 

Il a ajouté qu'une majorité de personnes dans le pays ont sombré dans la pauvreté et la souffrance après avoir perdu leur emploi dans le cadre du verrouillage de COVID-19.

"Les fidèles ont perdu leur emploi, les entreprises sont fermées et leurs propriétaires sont assis chez eux. Beaucoup ont sombré dans la dépression", a déclaré l'évêque, ajoutant que les écritures de la semaine seront sélectionnées pour donner de l'espoir aux gens, y compris le récit biblique d'Abraham à qui il a été dit de tout laisser derrière lui pour aller dans un endroit qu'il ne connaissait pas.

Le troisième thème sera la "mort" et pendant toute une semaine, les catholiques devront prier pour les âmes de leurs amis et parents qui ont succombé aux complications liées à COVID-19, y compris ceux qui n'ont pas pu bénéficier d'un adieu décent en raison du règlement de confinement.

"Nous avons réservé la troisième semaine de carême pour prier spécifiquement pour les âmes des personnes que nous ne sommes pas allés enterrer parce que la réglementation COVID-19 ne nous le permettait pas. Nous avons perdu tant de personnes et nous continuons à en perdre d'autres en grand nombre chaque jour", a déclaré Mgr Kizito.

"Il y a une paroisse dans mon diocèse qui a perdu 15 personnes en l'espace de deux mois seulement. Les gens ont fait leur deuil et le font encore. Nous ne sommes pas en mesure de donner à nos proches des adieux décents", a-t-il déclaré.

Les réflexions de la quatrième semaine seront centrées sur "l'espoir, l'évêque partage". Au cours de la cinquième semaine, les catholiques du diocèse d'Aliwal devront réfléchir sur "le crime et le stress", qui, selon l'évêque, sont montés en flèche pendant le confinement.

Dans le diocèse d'Aliwal, Mgr Kizito affirme que de nombreuses paroisses ont été cambriolées et que des biens de l'Église ont été volés.

"Ici, dans mon diocèse, il y a 55 églises et au moins la moitié d'entre elles ont été cambriolées", a déclaré l'évêque à ACI Afrique, en ajoutant : "Tant de choses ont été volées, y compris des ordinateurs, des calices, des haut-parleurs, des microphones et d'autres équipements importants. Le taux de criminalité a grimpé en flèche pendant la fermeture de COVID-19".

Dans les paroisses, les bandits n'épargnent rien car des maisons de pères et même des couvents ont été cambriolés, a dit l'évêque.

"Chaque fois qu'un prêtre appelle, il y a toujours de fortes chances qu'il appelle pour signaler un acte de vandalisme. Nous ne pouvons plus rien faire", a déclaré Mgr Kizito avec résignation, ajoutant que les prières de la cinquième semaine de carême seront consacrées à la conversion des criminels dans le pays.

Tags: Afrique du Sud , COVID-19 , diocèse d'Aliwal , ACI Afrique