Les 100 jours "de prière et de croissance" du nouvel évêque dans un diocèse d'Afrique du Sud

Mgr Joseph Kizito, évêque du diocèse d'Aliwal dans la province ecclésiastique du Cap-Oriental, en Afrique du Sud.
Credit: Domaine public

L'ordination de Mgr Joseph Kizito comme Ordinaire du lieu du diocèse d'Aliwal, dans la province ecclésiastique du Cap-Oriental, en Afrique du Sud, en février dernier, a été le moment fort de la vie du prélat né en Ouganda.

C'est un jour dont Mgr Joe Kizito, comme on l'appelle affectueusement dans le diocèse, se souvient en se remémorant les célébrations qui allaient, malheureusement, inaugurer la période du COVID-19 et les innombrables incertitudes qui accompagnaient la pandémie.

"C'était une belle journée", raconte Mgr Kizito à ACI Afrique dans une interview, en évoquant l'ordination qui a eu lieu le 15 février.

"Je me souviens de la soirée lumineuse du vendredi 14 février où j'ai prêté serment à l'intérieur de la cathédrale. Je me souviens également du samedi ensoleillé suivant, lorsque les gens sont venus voir leur nouvel évêque. Tant de gens sont venus", se souvient-il.

Environ 700 fidèles ont assisté à l'événement qui a été honoré par 22 évêques et plus de 30 prêtres, peu avant que le pays ne signale des cas de COVID-19 et qu'un confinement ne soit déclaré, interdisant les événements publics et limitant les rassemblements sociaux à une poignée de participants.

Dans une interview accordée à ACI Afrique le jeudi 23 juillet, Mgr Kizito a évoqué la célébration colorée qui a été caractérisée par des divertissements, une bonne restauration et du beau temps. "Nous pensions qu'il allait pleuvoir, mais il n'a jamais plu ce samedi matin. Il faisait un soleil magnifique. Le beau soleil africain brillait sur son fils ce jour-là", raconte-t-il à propos de l'événement qui a duré environ trois heures, après quoi il a été laissé pour affronter le monde et commencer son ministère épiscopal.

Trois semaines après son ordination épiscopale, et après quelques activités pastorales, dont la visite de trois paroisses seulement, le confinement a été décrété dans le pays, ce qui a mis fin à la plupart des activités que Mgr Kizito avait prévues pour le peuple de Dieu dans le diocèse sud-africain.

Réfléchissant sur ses 100 premiers jours en tant qu'évêque dans ce pays d'Afrique australe, le prélat de 53 ans dit que sa mission a été entachée d'innombrables défis dans le diocèse qui a été parmi les premiers en termes d'infections au COVID-19 dans le pays.

"Les 100 jours ont été des jours de prière et de croissance", dit-il, et avant d’ajouter : "La plupart du temps, cela a été très difficile. Je n'ai pas été capable d'atteindre les gens comme je devrais le faire en tant qu'évêque".

Avec au moins 65 316 cas confirmés de COVID-19 dans la province du Cap-Oriental où se trouve le diocèse d'Aliwal, la province a la troisième plus forte prévalence de COVID-19 du pays, après les provinces du Cap-Occidental et du Gauteng.

"Il y a tellement de malades ici. Beaucoup sont isolés et quelques-uns sont morts. Il y a eu beaucoup de peur et d'anxiété et nous avons été confrontés à la responsabilité d'apporter le calme aux gens", dit Mgr Kizito.

L'activité pastorale la plus difficile à exécuter en tant que Pasteur du peuple de Dieu pendant le confinement, dit l'évêque, est le ministère auprès des familles qui ont perdu leurs proches à cause de complications liées au virus.

"Mon plus grand défi est d'aller prier pour les personnes malades et les familles qui ont perdu leurs proches à cause du COVID-19", dit-il, et ajoute : "Quand dans de tels endroits, il y a ce malaise troublant qui vous saisit très fort et qu'il devient difficile pour quelqu'un de bien remplir ses fonctions de pasteur. Il faut être prudent, faire tout très vite et quitter la famille. C'est très désagréable".

Le prélat a cependant vaincu la peur pour se rendre disponible pour les personnes qui ont le plus besoin de lui, malgré le danger de contagion. Cela, dit-il, lui a valu une part importante de stigmatisation dans le diocèse.

"L'idée d'éviter les gens qui ont besoin de moi n'a jamais été bien accueillie. J'y vais toujours quand j'entends qu'une personne est tombée malade, qu'elle soit atteinte ou non du virus. Et à cause de cela, peu de gens veulent s'associer à moi", dit-il, ajoutant que certaines communautés religieuses ont commencé à prendre leurs distances avec lui de peur qu'il ne les contamine avec un virus présumé.

Ses 100 jours d'épiscopat ont également été marqués par la perte de son ami proche, un prêtre qui a succombé à une maladie rénale.

L'évêque a raconté à ACI Afrique comment, pendant sa préparation à l'ordination épiscopale suite à sa nomination en 2019, il s'est occupé du père Boniface Kasali, qui était extrêmement malade.

"J'avais prévu de l'accompagner chez lui en RDC (République démocratique du Congo) où il devait obtenir un don de rein. Cela n'a pas été possible en raison des procédures d'obtention de visa.  Le père Boniface est parti de lui-même et dans les deux semaines qui ont suivi son départ, il est décédé le dimanche 26 avril dans son diocèse natal de Butembu-Beni en RDC", a déclaré le prélat, ajoutant que le père Boniface avait été enterré à la hâte, un jour après sa mort.

Il a fait le deuil du prêtre qui avait séjourné en Afrique du Sud de 2003 à 2020, s'efforçant de maîtriser la langue et la culture locales de ce pays d'Afrique australe.

"En tant que son évêque et les prêtres, il nous manquera beaucoup, avec les gens du diocèse d'Aliwal, car on pouvait compter sur lui pour toutes les questions relatives au travail pastoral.  Il avait de très bonnes relations de travail avec les enfants, les jeunes et les adultes", a déclaré l'évêque dans un message publié sur le site web de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC).

Malgré tous ces défis, le nouvel évêque est l'un des rares prélats d'Afrique du Sud à avoir mis en œuvre avec succès un plan pastoral avant que la pandémie ne frappe et ne mette un terme sans cérémonie aux activités de l'Église.

Lancé deux semaines avant l'ordination épiscopale en février, le nouveau plan pastoral "Evangéliser la communauté, servir Dieu, l'humanité et toute la création" a remplacé l'ancien plan pastoral "La communauté au service de l'humanité" de 1986.

Prévu pour une durée de 10 ans, le plan pastoral sera caractérisé par des célébrations, des journées d'étude en utilisant les différents documents de l'Eglise, la Bible, les politiques diocésaines, le Code de droit canonique, des discussions, des ateliers, des prières et des pèlerinages. 

Le confinement dû au COVID-19 a été, pour Mgr Joe, un moment de réflexion, l'appelant à "regarder les familles avec des yeux neufs".

"Ils (les familles) sont l'Église, ce que nous appelons l'Église domestique", dit le prélat, ajoutant que dans ses lettres pastorales, il a encouragé les membres des familles à adopter l'approche des communautés ecclésiales vivantes, où les membres de la famille partagent les rôles dans le culte domestique.

"J'ai encouragé les familles à assumer le sacerdoce des baptisés. Nous sommes tous des prêtres, baptisés et envoyés, et dans ces moment-là, nous sommes appelés à approfondir notre mission de prêtres autant que de laïcs, à conduire la liturgie, à nous donner mutuellement des bénédictions", dit-il, et ajoute, "Les bâtiments où nous pratiquons le culte sont peut-être fermés mais les gens, qui sont la véritable Église, sont toujours présents dans leurs familles".

Le prélat qui déclare qu'il n'est pas un fan des procédures de l'Église en ligne dit : "Les gens n'ont pas besoin de s'asseoir devant des écrans pour me regarder et pourtant je ne les vois pas. C'est pourquoi j'ai toujours encouragé l'envoi de matériel de réflexion pour les guider dans leurs prières en famille".

En outre, dit-il, les fidèles dans sa juridiction sont des femmes et des enfants pauvres qui ne peuvent pas se permettre d'utiliser l'Internet et les appareils mobiles.

Malgré les obstacles, les attentes que le nouveau prélat avait pour l'Église d'Afrique du Sud où il est resté depuis 1990 sont toujours vivantes.

"Ce que j'envisageais le jour de mon ordination colorée comme évêque était un voyage avec des laïcs et les pauvres des plus pauvres. C'est un espoir qui est toujours vivant en moi malgré toutes les tempêtes qui se présentent sur mon chemin", dit-il, ajoutant qu'il tire sa force de ses écrits quotidiens.

L'autre jour, c'était la fête de Sainte Madeleine et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à la phrase "Pourquoi pleurez-vous" de l'Évangile. De telles paroles m'encouragent à prendre ma croix chaque jour et à suivre Jésus qui pleure avec nous et avec les personnes qui traversent une douleur inimaginable dans leur vie", dit Mgr Joe Kizito à ACI Afrique.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]