"La distanciation sociale ne signifie pas que l'on néglige Dieu, les voisins" : Selon un Prélat nigérian

Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.
Credit: Domaine public

Face aux restrictions due au COVID-19 toujours en vigueur dans de nombreuses régions du monde, y compris la distanciation sociale, un prélat catholique au Nigeria a mis en garde contre la tentation de négliger Dieu et le prochain au nom de la pratique de la directive sur la distance physique.

L'éloignement social ne signifie pas s'éloigner de Dieu ou venir à Lui seulement quand il y a du "feu sur la montagne". Cela ne signifie pas non plus que nous prions tant Dieu que nous ne pouvons pas voir, mais que nous négligeons de faire du bien aux voisins que nous voyons", a déclaré dimanche 5 juillet Mgr Ignatius Ayau Kaigama de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.

Mgr Kaigama a ajouté : "La distanciation sociale ne signifie pas être froid, insensible, indifférent ou antisocial envers les autres".

Il a avancé quatre "leçons" à tirer "dans la douleur et les défis du COVID-19", c'est-à-dire "la crainte de Dieu est le début de la sagesse ; se repentir de nos péchés ; l'amour sans frontières ; et considérer l'intérêt des autres au-dessus de nos intérêts personnels". 

Mgr Kaigama s'exprimait lors d'un service de prière interconfessionnel qui a réuni des musulmans et des chrétiens au Centre chrétien national d'Abuja.

Faisant une distinction entre "personnes spirituelles" et "personnes non spirituelles", l'archevêque nigérian qui aura 62 ans à la fin de ce mois a déclaré : "Les personnes spirituelles feront bon usage même des inconvénients et des malheurs de cette vie, grandissant en endurance patiente, en espoir et en charité. Les personnes non spirituelles deviendront tout simplement plus amères, plus rancunières, plus méfiantes et plus malheureuses à la suite de cette même expérience". 

Il a souligné : "Nous sommes spirituels, alors, tirons les leçons de cette calamité mondiale sur notre humanité commune, la fragilité de nos vies et redécouvrons les choses qui comptent vraiment. "

Le Nigeria, la nation la plus peuplée d'Afrique, a enregistré au moins 28 711 cas confirmés de COVID-19, dont 645 décès et 11 665 guérisons.

Le pays a mis en place une série de mesures pour minimiser le risque d'infection, notamment l'interdiction des rassemblements publics, le blocage des déplacements entre les États et un couvre-feu du soir à l'aube.  

Si les rassemblements religieux ont été autorisés en nombre limité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, la restriction de l'accès aux lieux de culte est toujours en vigueur dans la plus grande ville du pays, Lagos, ce dont s'est plaint l'Ordinaire local de Lagos, Mgr Alfred Adewale Martins.

L'interdiction de voyager entre les États a également été levée. Les établissements d'enseignement supérieur et les écoles secondaires devraient rouvrir à côté des aéroports pour les vols intérieurs. En attendant, les écoles primaires et maternelles resteront fermées.

Dans son discours du 5 juillet lors du service de prière interconfessionnel, Mgr Kaigama a encouragé le maintien d'une relation personnelle avec Dieu dans la prière en disant, en référence à Dieu, "Il est notre refuge, notre forteresse, notre rocher, notre bouclier, notre aide puissante, notre forteresse et notre sauveur. Sans une connexion quotidienne avec Lui dans la prière, nous serons soit trop pleins de nous-mêmes, soit trop vides d'énergie, gonflés ou déprimés. ”

Il a ajouté : "On dit qu'il n'y a pas de situations désespérées ; il n'y a que des gens qui sont devenus désespérés et qui ne prient pas à propos de leur situation".

L'archevêque nigérian a également exprimé son appréciation pour les efforts entrepris par la direction du Conseil interreligieux du Nigeria (NIREC) pour inspirer et encourager "les chrétiens et les musulmans du Nigeria, chacun selon sa tradition de foi, à jeûner et à prier pour demander l'intervention de Dieu pour la défaite de la maladie du COVID-19". 

"Cette intervention positive est ce que les adeptes des deux grandes religions, le christianisme et l'islam, doivent faire plus souvent, pour toujours rechercher des domaines de collaboration afin de promouvoir l'harmonie sociale, le progrès et la coexistence pacifique", a ajouté Mgr Kaigama. 

Il a imploré : "Que Dieu entende nos prières pour arrêter la propagation du coronavirus mortel, guérir ceux qui sont déjà infectés et accorder le repos éternel à ceux qui en sont morts. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]