Le Pape François nomme un professeur nigérian d'anthropologie culturelle à l'Académie pontificale

Professeur Kokunre A. Agbontaen-Eghafona, d'origine nigériane, a été nommé membre ordinaire de l'Académie pontificale des sciences sociales le 10 juillet 2020.
Credit: Domaine public

Une professeure nigériane d'anthropologie culturelle qui s'intéresse à la littérature orale et à l'ethnographie ainsi qu'aux peuples et aux cultures de son pays natal, le Nigeria, et de l'Afrique en général, entre autres domaines d'étude spécifiques, a été nommée membre ordinaire de l'Académie pontificale des sciences sociales.

Le Pape François a nommé le professeur Kokunre A. Agbontaen-Eghafona vendredi 10 juillet à l'établissement du Vatican créé pour favoriser "l'étude et le progrès des sciences sociales" aux côtés du professeur Pedro Morandé Court du Chili et du professeur Mario Draghi d'Italie.

Créée par Saint Jean-Paul II le 1er janvier 1994, l'Académie cherche avant tout à promouvoir les domaines académiques de "l'économie, de la sociologie, du droit et des sciences politiques, offrant ainsi à l'Eglise les éléments dont elle peut se servir pour développer sa doctrine sociale, et réfléchir à l'application de cette doctrine dans la société contemporaine", a documenté la direction de l'entité.

"Mes recherches portent sur la littérature orale et l'ethnographie, les peuples et les cultures du Nigéria et de l'Afrique, l'anthropologie du mariage et de la famille, la gestion des ressources culturelles, les systèmes de connaissances indivisibles et la méthodologie de la recherche qualitative", a résumé le professeur Agbontaen-Eghafona dans ses domaines d'étude.

Elle a ajouté dans son rapport de synthèse publié sur le site web de l'Académie pontificale des sciences sociales : "J'ai plus de soixante publications académiques principalement dans le domaine de la culture et de la tradition béninoise (nigériane) et je travaille dans le domaine de la migration irrégulière depuis 2003".

Cette professeure de 60 ans a également fait part de son intérêt pour la lutte contre la traite des êtres humains dans le pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria. 

"Mes activités scientifiques actuelles comprennent des mesures de lutte contre la traite des femmes et des filles à Benin City, au Nigeria, et des initiatives de lutte contre la traite au Nigeria", a-t-elle documenté et souligné les nombreuses études empiriques qu'elle a entreprises, examinant le rôle de la famille dans la traite des filles et des femmes, la perception de la traite, le "paquet psychosocial post-traite" et la guérison des traumatismes, entre autres sujets de recherche spécifiques.  

L'université nigériane Don est maître de conférences à l'université du Bénin, dans le sud du Nigeria, depuis 1992. 

Elle a obtenu un diplôme, puis une maîtrise en histoire, à l'université du Bénin. Elle est également titulaire d'une maîtrise en archéologie et anthropologie de l'université d'Ibadan, au Nigeria.

En 2014, le professeur Agbontaen-Eghafona a participé aux recherches de la Walk Free Foundation sur le paysage de l'esclavage moderne au Nigeria. 

Elle a également été consultante auprès de plusieurs agences des Nations Unies, notamment l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l'Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI). 

L'académicien d'origine nigériane est également membre de l'Association archéologique du Nigeria, de la Société internationale d'études béninoises et de la Société du musée national du Nigeria, entre autres entités universitaires nationales et internationales.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]