"Vous n'êtes pas oubliés", déclare un cardinal africain basé au Vatican aux marins le dimanche de la mer

Un cardinal du Vatican a exhorté dimanche les catholiques à exercer une "option préférentielle pour les pauvres" pour les marins qui servent en première ligne de la crise du coronavirus.  

Dans un message du 12 juillet marquant le dimanche de la mer, le cardinal Peter Turkson a décrit comment la pandémie avait laissé des centaines de milliers de travailleurs maritimes en rade et en avait même poussé certains au suicide. 

La célébration du dimanche de la mer, en particulier par les chrétiens, devrait nous inviter tous à exercer une "option préférentielle pour les pauvres" marins, un engagement à vivre en solidarité avec eux", a-t-il écrit. 

Le dimanche de la mer est généralement observé dans le monde entier le deuxième dimanche de juillet, mais certaines régions le célèbrent plus tard en raison de pandémie du COVID-19.

Peu après la publication du message, le pape François a fait référence au Dimanche de la mer après son discours de l'Angélus. 

"Je salue chaleureusement tous ceux qui travaillent sur la mer, en particulier ceux qui sont loin de leurs proches et de leur pays", a-t-il déclaré le 12 juillet.

Ses remarques ont fait suite à un message vidéo le mois dernier dans lequel il a dit aux travailleurs maritimes que leurs nombreux sacrifices pendant la pandémie n'étaient pas passés inaperçus.

Dans son message, le cardinal Turkson a indiqué que le mois d'octobre marquait le centenaire de l'association caritative Stella Maris, ou Apostolat de la mer, qui soutient les marins du monde entier. La pandémie a forcé le report à 2021 des célébrations du centenaire qui devaient avoir lieu cet automne à Glasgow, en Écosse, lieu de naissance de l'organisation.

Le préfet du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral a déclaré que si le virus avait poussé des pays entiers à la fermeture, les marins étaient obligés de continuer à travailler malgré le risque de contracter le coronavirus. 

"L'industrie maritime a poursuivi ses activités, ajoutant une multitude de défis à la vie déjà problématique des marins, et les plaçant en première ligne dans la lutte contre le coronavirus", at-il écrit.

"Les navires qui transportent près de 90 % des produits dont nous avons grand besoin pour mener une vie normale dans ces circonstances éprouvantes, tels que les médicaments et les équipements médicaux, restent en mer.

Selon le cardinal Turkson, "malgré le rôle fondamental que les marins jouent pour l'économie mondiale", les législateurs et les gouvernements n'ont pas su répondre à leurs besoins pendant la crise.  

"Dans cette situation sans précédent, les membres d'équipage, qui avaient déjà passé entre six et dix mois à bord, ont dû subir le grand inconvénient de voir leur période d'emploi prolongée, avec pour conséquence une augmentation de la fatigue personnelle et une absence prolongée de leurs proches et du confort des foyers", a-t-il écrit.

"Les estimations suggèrent que, chaque mois, 100 000 marins qui terminent leur contrat et attendent avec impatience de rentrer chez eux ont été empêchés de le faire par pandémie de COVID-19 et la fermeture des frontières et des vols qui s'en est suivie".

Le cardinal ghanéen a poursuivi : "En conséquence, des milliers de marins qui étaient prêts à partir pour un nouveau contrat se sont retrouvés bloqués dans des hôtels et des dortoirs du monde entier, réduits à une dépendance mendiante vis-à-vis d'institutions caritatives pour leurs besoins de base tels que nourriture, articles de toilette, cartes sim, etc.

"En raison de l'absence de permission à terre et des restrictions d'entrée dans les ports pour les navires en visite, les marins à bord des navires souffrent d'isolement, de stress physique et mental grave qui amène de nombreux équipages au bord du désespoir et, malheureusement, au suicide". 

"Nous avons des rapports sur de nombreux marins souffrant de conditions médicales graves et potentiellement mortelles qui n'ont aucun lien avec COVID-19. Ils ont encore besoin de soins médicaux d'urgence dans les hôpitaux nationaux à terre, qui leur ont malheureusement été refusés ou ont été retardés jusqu'à ce qu'ils doivent être transportés sur des brancards".

Même lorsque les travailleurs arrivaient dans leur pays, ils devaient être mis en quarantaine ou faire face à "la discrimination ou la stigmatisation" parce qu'ils étaient considérés comme des ours du coronavirus, a déclaré le cardinal. 

Il a fait valoir que les marins souffraient également parce que "certains armateurs, agences de recrutement et gestionnaires peu scrupuleux" utilisaient le virus comme excuse pour ignorer les droits des travailleurs, notamment l'accès à un salaire correct et à des conditions de sécurité.

Il a également noté qu'au cours des trois premiers mois de 2020, les attaques et tentatives d'attaques de pirates sur les navires avaient augmenté de 24%. 

"À toutes les expériences des marins décrites ci-dessus, qui décrivent une forme dangereuse de gagne-pain, nous devons maintenant considérer la menace réelle de perdre même ce gagne-pain précaire, car cela signifiera pour beaucoup la perte totale de revenus et l'incapacité d'assumer des responsabilités sociales et domestiques, telles que le paiement des factures de services publics, l'éducation des personnes à charge, le bien-être de la famille", a-t-il déclaré.

Turkson a rappelé un message personnel envoyé aux marins par Kitack Lim, secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI). Dans le message du 20 avril, Lim a dit aux travailleurs "Je veux que vous sachiez que vous n'êtes pas seuls. Vous n'êtes pas oubliés".

Le cardinal a dit : "Vous n'êtes pas oubliés : les aumôniers et les bénévoles de Stella Maris seront avec vous dans les prochains mois, lorsque votre résistance sera mise à l'épreuve et que nous essaierons de répondre à vos besoins matériels et spirituels. Nous serons toujours à vos côtés, pour vous faire part de vos préoccupations, défendre vos droits du travail et vos droits de l'homme, et prévenir les discriminations".

Le message du cardinal était accompagné d'une prière composée par le Dicastère et inspirée du message pour le Dimanche de la mer 2020. 

On y lit : "Sainte Vierge Marie, signe du visage maternel de Dieu, c'est avec une confiance filiale que nous nous tournons vers vous dans la pandémie actuelle. Garde dans ton Cœur Immaculé les marins, les pêcheurs et leurs familles, qui avec leur travail assurent à la famille humaine la nourriture et les autres besoins de base".

"Signe de la proximité du Père, les soutenir dans leurs épreuves et les protéger de tous les dangers : isolement et stress physique et mental important, longues périodes passées à bord des navires, éloignement de leur famille, de leurs amis et de leur propre pays, crainte de la contamination, attaques et tentatives d'attaques de pirates, vols à main armée". 

"Signe de la miséricorde du Fils, aidez les aumôniers et les bénévoles de Stella Maris à écouter les gens de mer, en essayant de répondre à leurs besoins matériels et spirituels, en restant à leurs côtés, en soulevant leurs préoccupations, en faisant respecter leurs droits du travail et en empêchant la discrimination". 

"Signe de la fécondité du Spirit et défenseur des marins, ramener sur le chemin de la justice les armateurs, les agences d'équipage et les gestionnaires sans scrupules qui, sous prétexte de la pandémie, se déchargent de leurs obligations envers les marins. Soyons solidaires de ceux qui ont perdu leurs revenus". 

"Signe de consolation et d'espoir certain, embrasse tendrement les victimes du coronavirus, en particulier les marins qui se sont suicidés".

"Étoile de la mer, prie pour nous. Amen !"


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]