A la rencontre d’une religieuse nigériane qui cherche à briser la chaîne du travail des enfants au Ghana

Sœur Anthonia Orji, DSP, responsable de l'éducation et de la gestion du Welfare, Empowerment Mobility (WEM) dans l'archidiocèse d'Accra.
Credit: Centre WEM Rays of Hope

Au Welfare Empowerment Mobility (WEM), situé dans l'archidiocèse d'Accra au Ghana, des jeunes issus de milieux défavorisés qui ont passé des années de leur enfance dans les rues de ce pays d'Afrique de l'Ouest, peinant à gagner leur vie loin de l'école, ont trouvé un nouveau foyer.

Daniel Lomotey réside dans ce centre. Il a fréquenté le marché de Mandela dans la région du Grand Accra, aidant son oncle comme pousseur pour gagner sa vie après avoir quitté l'école.

Daniel avait 10 ans lorsqu'il a abandonné l'école pour aider sa famille à se débrouiller. Sa vie a cependant changé en 2014 lorsqu'il a rencontré Sœur Anthonia Orji des Filles de la Passion Sacrée

(DSP) qui arrachait les enfants aux travaux pénibles dans les rues et leur permettait d'aller à l'école.

"J'étais scolarisé mais j'ai arrêté à l'âge de 10 ans en raison des difficultés financières de mes parents. Cela m'a amené à aider mon oncle qui est pousseur au marché jusqu'à ce que Rays of Hope me trouve", a déclaré Daniel au correspondant de ACI Afrique, en faisant référence à l'organisation mère du WEM, où la religieuse d'origine nigériane exerce son apostolat.

Il a ajouté : "J'ai été envoyé au premier lieu de contact à Ashaiman pendant un certain temps avant de venir au centre WEM à Ayikuma".

Le Centre Rays of Hope a vu le jour en tant qu'ONG au Ghana en 2009, grâce à la vision du Père

Konrad Lienhard des Oblats de St. Francis de Sales, en Allemagne. Il compte deux centres : Le Welfare, Empowerment Mobility à Ayikuma dont Sœur Anthonia est la directrice du centre et la responsable de l'éducation, et le First Contact Place à Ashaiman, tous deux dans l'archidiocèse catholique d'Accra.

Au total, Rays of Hope compte 59 enfants, dont 23 au centre WEM et 36 au First Contact Place.

Daniel, 18 ans, dit que venir au Centre WEM de Rays of Hope pour rencontrer Sœur Antonia a été la meilleure chose dans sa vie, car la religieuse ne l'avait pas seulement emmené à l'école mais lui avait aussi inculqué des compétences pour la vie.

"Grâce à ses conseils et à son soutien, je suis maintenant en dernière année de collège à l'école catholique St. Pierre d'Ayikuma. En dehors de cela, j'ai acquis des compétences en couture et en coiffure grâce à une formation au WEM", a déclaré Daniel.

L'histoire de la transformation de Daniel peut être partagée par Samuel Ganyo, 16 ans, de Takoradi, ainsi que par 22 autres jeunes du centre.

"J'ai appris beaucoup de choses, comme l'agriculture et la coiffure, comme une compétence supplémentaire à ma scolarité et je conseille à tous les enfants vulnérables qui ont la possibilité comme moi d'en faire bon usage", a déclaré Samuel.

Avant d'être secouru et emmené au centre, Samuel a aidé sa mère à vendre de la canne à sucre sur le marché d'Ashaiman.

Le centre n'est pas isolé en termes de religion lorsqu'il apporte son aide aux enfants vulnérables. Bien que musulmane, Salamatu Abubakar ne pouvait pas cacher son amour pour le catholicisme par l'intermédiaire de Sœur Anthonia, dont elle dit qu'elle est son mentor et sa mère.

"J'ai ramassé du polythène dans les rues pour que mon père le vende au marché d'Ashaiman pour gagner sa vie. Mais grâce à Rays of Hope, je vis maintenant une vie digne", a-t-elle déclaré au correspondant de ACI Afrique, ajoutant : "Grâce à la formation professionnelle et au mode de vie du centre, je peux très bien prier le chapelet et d'autres prières catholiques, même si je suis musulmane".

La disposition de la Constitution ghanéenne de 1992 sur les droits des enfants a conduit le gouvernement à créer le ministère de la main-d'œuvre, de la jeunesse et de l'emploi, le ministère des affaires féminines et de l'enfance, le département de l'enfance, de la protection sociale et l'unité de police spéciale pour la protection de l'enfance.

En outre, le Ghana a adopté ses propres lois sur le travail des enfants. Il s'agit notamment de la loi sur les enfants de 1998 et de la loi sur le travail de 2003, deux législations qui traitent en détail du travail des enfants. La loi sur les enfants interdit toute exploitation du travail et fait écho à l'interdiction de la Constitution de 1992 en définissant ce type de travail comme celui qui prive un enfant de santé, d'éducation ou de développement.

En partageant son expérience, Sr. Anthonia a dénoncé l'abandon scolaire, la mortalité infantile, le travail des enfants, le trafic d'enfants, le viol, la prostitution et la souillure des enfants vulnérables et a exhorté les Ghanéens à créer un sentiment d'appartenance chez les enfants des rues.

Elle a déclaré qu'avec l'apparition de la COVID-19, les enfants âgés de 7 à 15 ans résidant au centre WEM ont été placés dans différents foyers.

Tous les enfants, dit-elle, étaient scolarisés à l'école catholique St Pierre.

"Par crainte de la propagation du coronavirus au Centre WEM, 20 des 23 enfants ont été placés dans différents foyers de familles volontaires et ils sont suivis quotidiennement par notre personnel de réinsertion", a déclaré Sr Anthonia au correspondant d'ACI Afrique.

La responsabilité du centre, dit-elle, est de fournir des désinfectants et des masques faciaux pendant que les familles qui se sont portées volontaires pour accueillir les anciens enfants des rues les nourrissent.

"Nous croyons que ce que Dieu a créé et lié ensemble ne doit pas être séparé. Le lien avec sa famille est le fondement le plus précieux pour devenir un membre prospère et responsable de la société. C'est pourquoi nous sommes convaincus de mettre tous nos efforts, notre patience et notre amour dans le processus de réintégration de nos bénéficiaires", a-t-elle déclaré. 

L'objectif principal du centre est de retrouver les parents et les familles élargies des enfants dès le premier jour, explique la religieuse d'origine nigériane, ajoutant que beaucoup d'efforts sont faits pour établir un contact fréquent entre les survivants de la rue et leurs familles.

Selon elle, les chrétiens ont été dotés de la capacité de percevoir, d'apprécier et de comprendre la situation des personnes vulnérables, d'identifier leurs besoins, de concevoir les services nécessaires et de faciliter la mise en place des interventions requises pour leur porter secours.

Elle a appelé les parents et les leaders d'opinion à prendre conjointement des mesures pour réduire la toxicomanie, la promiscuité sexuelle, les grossesses d'adolescentes, les vols à main armée, l'occultisme et la cybercriminalité chez les jeunes, en particulier ceux qui vivent dans la rue.

Sœur Anthonia, qui a rejoint Rays of Hope en 2015, a expliqué que le First Contact Place est le premier point de rencontre du centre avec les enfants vulnérables des rues, y compris ceux qui sont accablés par le travail pour subvenir aux besoins de leur famille.

"Nous fouillons les rues d'Ashaiman, Tema, Accra et ses environs depuis le premier lieu de contact. Chaque année, nous recherchons les enfants des rues dans les grandes villes du Grand Accra et ceux qui souhaitent être soutenus avec leur famille signent un contrat pour une nouvelle inscription chaque année en septembre", a-t-elle déclaré au correspondant d'ACI Afrique. 

Elle explique que l'approche éducative du centre est divisée en classes préscolaires, en éducation formelle et informelle ainsi qu'en aspects moraux et religieux de la vie.

Les nouvelles recrues sont préparées à la vie scolaire en suivant des cours préscolaires intensifs d'un an.

"Les enfants qui étaient autrefois dans la rue et non scolarisés devront être préparés à favoriser leur réinsertion dans la vie scolaire", a déclaré la religieuse, qui a ajouté : "Cela demande de la patience, de l'énergie et de l'amour".

Elle a ajouté : "Dans les classes de maternelle, nous nous efforçons d'améliorer leurs compétences orales, littéraires et arithmétiques grâce à un programme structuré et, à un stade ultérieur de leur développement dans les classes de maternelle, d'autres matières sont introduites".

Actuellement, le centre de collecte compte 36 enfants qui sont préparés à la vie scolaire. Dans les cas extrêmes, le point de collecte sert d'abri temporaire aux bénéficiaires, dont les parents ou les proches n'ont pas encore été retrouvés.

La religieuse nigériane a expliqué qu'au centre de collecte, les bénéficiaires viennent quotidiennement se faire enseigner les mathématiques, l'anglais et d'autres matières par les enseignants de la classe de maternelle et les bénévoles.

"Ils sont également éduqués à l'hygiène personnelle, aux compétences sociales, religieuses et morales par le biais de classes et de programmes spéciaux", a-t-elle ajouté, et a révélé que les enfants ont une dévotion commune le matin après leurs corvées matinales avant d'aller en classe pour les leçons.

Les classes, dit-elle, sont divisées en trois niveaux pour répondre aux besoins académiques individuels de l'enfant qui suit cinq heures de cours par jour.

Lorsqu'ils terminent la pré-classe d'un an, ils sont inscrits à l'école de base après avoir satisfait aux critères de ponctualité et de discipline, de capacité à lire et à écrire, de calcul arithmétique simple, d'hygiène personnelle comme le bain, le lavage et la propreté vestimentaire, Sr. Anthonia a déclaré.

Afin d'assurer une intégration efficace dans la vie scolaire, a-t-elle dit, les enfants sont admis dans les écoles missionnaires (catholiques) parce que "nous croyons que l'environnement et la routine chrétienne contribueront à faire grandir leurs valeurs morales et religieuses", a déclaré Sœur Anthonia.

Dans le cadre de ses activités humanitaires, Rays of Hope parraine les anciens enfants vulnérables, du niveau de base au niveau supérieur de l'éducation, en termes de logement, de nourriture, d'hébergement et de frais de scolarité.

Le membre des Filles de la Passion Sacrée a ajouté que la passion de restaurer la dignité des jeunes qui ont commis des erreurs dans la vie inspire son apostolat.

"Pour moi, le travail à Rays of Hope n'est pas seulement un travail, mais plutôt un ministère et un appel. D'ordinaire, quand on le regarde avec des yeux humains, on ne veut peut-être rien avoir à faire avec lui", a-t-elle déclaré, ajoutant : "Il s'agit d'un appel de Dieu et d'une passion pour avoir un impact dans la vie des jeunes et les aider à corriger les mauvaises choses qu'ils ont faites dans la vie".

"Il s'agit aussi d'un amour désintéressé, car vous faites tout pour aider les jeunes. J'aime le faire et travailler avec eux", a-t-elle témoigné.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]