Advertisement

Le sort des chrétiens marocains contraints de pratiquer leur foi en secret

Cathédrale Saint-Pierre, dans l'archidiocèse de Rabat, Maroc. Domaine public Cathédrale Saint-Pierre, dans l'archidiocèse de Rabat, Maroc.
Domaine public

Lorsque Mohamed Al Moghany, un musulman de la ville d'El Hajeb dans l'archidiocèse de Rabat au Maroc, s'est converti au christianisme, son employeur, arme au poing, a menacé de le tuer. 

Lorsque Mohamed a porté plainte à la police, on lui a dit de se taire au sujet de sa conversion au christianisme et des menaces ont été proférées à l'encontre de sa famille. 

Lorsqu'il a eu un désaccord similaire avec son employeur six mois plus tard, Mohamed a été arrêté et condamné à six mois de prison. Pendant ce temps, sa femme a également été contre-interrogée sur ses pratiques et inclinations religieuses. 

La rencontre de Mohamed met en lumière la situation critique des quelque 32 200 chrétiens marocains qui, selon les estimations, doivent pratiquer leur foi en secret en raison des diverses restrictions qui leur sont imposées par les dirigeants du Royaume d'Afrique du Nord, ont rapporté les responsables de l'organisation Aide à l'Église en détresse (AED) International. 

Selon le rapport du 21 juillet d'AED obtenu par ACI Afrique, les dirigeants marocains "considèrent le christianisme comme un danger" et ont désigné le rite malékite de l'islam sunnite comme religion d'Etat.

Advertisement

Alors que la constitution de 2012 du pays nord-africain garantit la liberté de culte, "elle pénalise les conversions à toute autre religion que l'islam", une situation qui, selon le président de l'Association marocaine des droits et libertés religieuses (MARRL), Jawad Elhamidy, "met la petite communauté chrétienne dans une position difficile". 

"Le code pénal stipule que tous les Marocains sont musulmans, donc ceux qui se convertissent au christianisme sont confrontés à des problèmes juridiques, en plus des menaces à leur sécurité", a déclaré Jawad à AED.

"Certains chrétiens marocains sont arrêtés trois fois par semaine et font l'objet de brimades et de harcèlement au poste de police. Pour la plupart, ils sont libérés après avoir été interrogés ou après avoir subi des pressions pour retourner à l'islam ; ceux qui refusent sont insultés et maltraités", a déclaré Jawad.

Il explique : "Lorsqu'une allégation de blasphème est faite, cela peut devenir très dangereux pour les chrétiens en détention ; il peut y avoir des violences, et certains chrétiens sont détenus pendant plusieurs jours, et la police menace d'arrêter aussi le conjoint et les enfants".

Outre la victimisation due à la conversion, le président du MARRL affirme que les chrétiens marocains pratiquent leur culte dans "des églises secrètes de maison pour éviter les sanctions de l'État ou le harcèlement de la société".

More in Afrique

Le culte public verrait les chrétiens risquer d'être accusés de prosélytisme, déclare la direction d'AED et ajoute que "le prosélytisme au nom de toute foi, sauf l'islam, est illégal" et est passible d'une peine de six mois à six ans de prison.

Une autre raison de ce culte secret, selon les responsables de l'AED, est que si les quelque 40 000 chrétiens étrangers vivant et travaillant dans le pays sont autorisés à pratiquer leur foi, ils n'ont pas le "droit de prêcher leur foi à qui que ce soit".

Les chefs d'église reçoivent un avertissement hebdomadaire des autorités pour ne pas accueillir les Marocains, ou ils seront tenus pour responsables de prosélytisme, une situation qui a vu le clergé étranger exercer son ministère dans le comté décourager les citoyens chrétiens de fréquenter leurs églises, a révélé Jawad à AED.

Il a expliqué : "Si un Marocain entre dans une église, deux choses peuvent se produire : soit un policier assis devant l'église l'arrête, soit le clerc responsable de l'église lui demande de sortir, sauf si le but est le tourisme". 

Comme mesure apparemment destinée à décourager le culte public, Jawad note que le gouvernement "ne donne pas de permis pour construire de nouvelles églises".

Advertisement

Le pays compte quelque 44 églises, construites à l'époque du protectorat français (1912-1956), dont certaines ont été transformées en salles de réunion et en sièges municipaux, ont indiqué les dirigeants de l’AED.

"De plus, le gouvernement restreint la distribution de matériel religieux non islamique, ainsi que de matériel islamique qu'il juge incompatible avec l'école Maliki-Ashari de l'Islam sunnite", notent les responsables de l'ACN dans le rapport du 21 juillet.

"Toutes les minorités religieuses ne sont pas traitées de la même manière. Il y a environ 2 400 juifs vivant au Maroc, le judaïsme jouissant d'une pleine reconnaissance juridique", notent les responsables de l'AED.

Selon Jawad, les autorités traitent la communauté juive avec respect pour deux raisons : d'abord parce qu'elle est économiquement forte, et ensuite parce que le gouvernement utilise sa tolérance du judaïsme pour blanchir les abus visant les autres minorités religieuses".

Les chrétiens au Maroc représentent moins d'un pourcent des 36 millions d'habitants. Les catholiques constituent les deux tiers de la population chrétienne et sont répartis dans l'archidiocèse de Rabat et l'archidiocèse de Tanger.