Les évêques d’Afrique australe : La corruption en pleine crise de COVID-19 n’est pas "une grande surprise"

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa.
Credit: Domaine public

Les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont, dans une déclaration collective, exprimé leur condamnation face détournement des ressources de COVID-19 mais ont indiqué que cette corruption était quelque peu attendue.

"Bien que nous soyons profondément consternés, la nouvelle du pillage des ressources publiques pendant la pandémie n'est pas une grande surprise", déclarent les membres de la SACBC dans leur rapport du jeudi 13 août partagé avec ACI Afrique.

Dans leur déclaration, les dirigeants de l'Église expriment leur solidarité avec ceux qui ont condamné le détournement des ressources en disant : "Nous nous joignons à la nation pour condamner le scandale de corruption COVID-19 et le grave manque de leadership éthique qu'il représente. ”

Des rapports faisant état de transactions suspectes entre des fonctionnaires du gouvernement et des hommes d'affaires fournissant du matériel médical, ainsi que de l'aide alimentaire aux pauvres, ont suscité l'indignation en Afrique du Sud, a rapporté Reuters.

Avec au moins 573 000 cas d'infection par COVID-19 signalés en Afrique du Sud, le pays compte plus de la moitié des cas en Afrique. La pandémie a causé la mort d'au moins 11 270 personnes et 438 000 patients se seraient rétablis.

Le 3 août, la direction de l'organisme sud-africain de lutte contre la corruption a déclaré qu'elle enquêtait sur les irrégularités dans les contrats, le dernier d'une série de scandales de corruption très médiatisés impliquant des personnes ayant des liens politiques.

Le 7 août, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a mis en place un comité ministériel pour enquêter sur les allégations de corruption, alors que le gouvernement fait face à des critiques sur sa réponse à la pandémie.

Dans leur déclaration collective du 13 août, les membres de la SACBC affirment que "le scandale de corruption actuel a encore érodé la confiance du public dans la fonction de président et sa capacité à éradiquer le cancer de la corruption qui ronge l'âme de notre nation".

"En cette période difficile pour notre nation, où la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes sont en jeu, le pays ne peut pas se permettre un déficit de confiance élevé dans le gouvernement et le bureau du président", mettent-ils en garde.

Ils veulent que les dirigeants du pays "prennent bonne note de la manière dont ils ont permis à une culture d'impunité autour de la corruption de se développer et de fournir un environnement favorable à l'actuelle corruption COVID-19".

"Au cours des années précédentes, malgré de sérieuses allégations, il n'y a eu aucune arrestation, aucune poursuite et aucune responsabilité pour les politiciens et leurs familles", décrètent les députés dans leur déclaration du 13 août signée par le président de la SACBC, Mgr Sithembele Sipuka.

Les évêques appellent le président Ramaphosa "à abandonner la politique d'opportunisme et d'apaisement et à prendre des mesures audacieuses pour restaurer la confiance du public dans la présidence en tant qu'institution".

"L'efficacité de la lutte actuelle contre la pandémie et la récession économique nécessite l'intervention immédiate de la présidence qui a la capacité de s'appuyer sur un niveau important de confiance du public", disent-ils.

Selon eux, "le temps des comités interministériels, des commissions d'enquête et des compromis politiques est désormais révolu".

"Nous voulons voir la suspension immédiate, l'enquête, les arrestations et les poursuites des personnes impliquées, indépendamment de leur identité", déclarent les membres de la SACBC dans leur déclaration de deux pages. 

Ils ajoutent : "Nous lançons un appel pressant au président et à son cabinet pour qu'ils accélèrent le rétablissement d'une unité spécialisée dans la lutte contre la corruption, équivalente aux Scorpions, et qu'ils veillent à ce que des niveaux suffisants d'indépendance et d'allocations budgétaires lui soient garantis". 

"Des tribunaux spécialisés dans les affaires de corruption devraient également être sérieusement envisagés pour garantir des taux de condamnation plus élevés et pour accélérer la résolution des affaires de corruption", disent-ils.

La réaction des membres de la SACBC est renforcée par les représentants du Conseil des Églises d'Afrique du Sud (SACC) qui ont exprimé leur mécontentement face aux "révélations" de pillages de fonds destinés à faciliter la lutte contre COVID-19 dans le pays. ”

"Nous lançons un appel aux personnes impliquées, dont certaines sont nos fidèles, pour qu'elles s'abstiennent de ces actes criminels de fraude et de corruption, et qu'on leur rappelle qu'elles ne volent pas le gouvernement, mais la bouche du peuple sud-africain, et plus particulièrement les pauvres qui continuent de souffrir en ce moment", a déclaré la SACC dans sa déclaration du 30 juillet.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]