Un réfugié rwandais admet avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes en France

Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes, dans l'ouest de la France.
Credit: AFP via Getty Images.

Un volontaire de l'église a admis avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes et a été accusé d'incendie criminel samedi.

Le réfugié rwandais de 39 ans - qui avait été détenu et libéré par la police immédiatement après l'incendie de la cathédrale gothique le 18 juillet - a été arrêté à nouveau et inculpé le 25 juillet pour "destruction et dommages par le feu", selon le procureur de la République de Nantes.

Le procureur Pierre Sennes a déclaré dans un communiqué que le volontaire avait avoué au juge d'instruction le 25 juillet avoir allumé trois incendies dans la cathédrale, rapporte le Figaro.

"Mon client est aujourd'hui rongé par le remords et accablé par l'ampleur des événements", a déclaré Quentin Chabert, l'avocat de l'accusé, à Presse-Océan le 25 juillet.

L'Agence France-Presse a rapporté que le volontaire non nommé, qui avait été servant d'autel, était responsable de la fermeture de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul la nuit de l'incendie, qui, selon les enquêteurs, semble avoir commencé en trois points différents de la cathédrale.

Le volontaire avait été arrêté par la police française le jour de l'incendie criminel présumé et interrogé sur de prétendues incohérences dans son emploi du temps, mais il a été libéré sans charge le lendemain.

Cependant, les développements de l'enquête sur l'incendie criminel ont conduit le volontaire à être à nouveau arrêté, inculpé et détenu en détention préventive le 25 juillet, selon le procureur.

L'incendie de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes, datant du XVe siècle, a détruit le grand orgue et la rosace de l'église gothique du XVIe siècle. Les messes programmées et une série de concerts d'orgue en été à la cathédrale ont été déplacées dans d'autres églises du diocèse.

"Pour la communauté catholique, cette catastrophe est accueillie avec une grande tristesse. La vocation de l'église mère du diocèse est de la rassembler dans l'unité autour de son évêque. Ici, tout le monde est chez lui. Comment ne pas penser à notre futur évêque, qui ne peut être installé dans sa cathédrale ?" a déclaré le père François Renaud, administrateur du diocèse de Nantes, dans un communiqué du 22 juillet.

Renaud a déclaré qu'une grande partie des coûts des dommages causés à la cathédrale sera prise en charge par le gouvernement français, propriétaire du bâtiment. Cependant, le diocèse sera responsable du remplacement des bancs endommagés de la cathédrale et recherche des dons pour la construction d'un nouvel orgue.

"La cathédrale a frappé ceux qui y entraient par sa lumière et le regard élevé qu'elle suscitait. Elle a offert à tous une paix propice au recueillement et à la prière. Nous sommes privés de notre cathédrale. Mais nous ne sommes pas privés de la lumière et de la paix que le Seigneur de ce lieu nous a données. Avec ou sans cathédrale, notre Église saura briller, j'en suis sûr", a déclaré Renaud.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]