Journées des Martyrs : Un évêque au Soudan du Sud appelle au réveil et à la mise en avant des priorités.

Mgr Paride Taban, évêque émérite du diocèse catholique de Torit au Soudan du Sud.
Credit: Domaine public

Alors que le Soudan du Sud célèbre la Journée des Martyrs, Héros et Héroïnes le 30 juillet, en commémoration de ceux qui sont morts pendant la libération du pays, un évêque de ce pays d'Afrique de l’Est a exhorté le peuple de Dieu du pays à faire des choix judicieux parmi ses « trop nombreuses occupations » dans la vie, en faisant allusion aux expériences de personnalités bibliques qui ont vécu des vies bien déterminées. 

Dans un message envoyé à ACI Afrique avant l'événement du jeudi 30 juillet, l'évêque émérite Paride Taban du diocèse catholique de Torit au Soudan du Sud appelle les habitants de cette nation africaine de neuf ans à surmonter la méfiance, à promouvoir une coexistence pacifique et à faire du pays un « Royaume de Dieu pacifique sur terre. »

« Reconstruisons un nouveau Soudan du Sud pacifique et développé comme tous les autres pays pacifiques d'Europe, d'Amérique, d'Asie et d'Afrique » dit Mgr Paride, avant d’ajouter : « Le sang de nos martyrs est la semence de la paix. »

Dans son message intitulé « éveillons le repentir et concentrons-nous » le prélat sud-soudanais à la retraite évoque la vie du roi Salomon comme « un bon exemple de leader qui ne savait pas comment obtenir ce qu'il voulait. »

« Nous pouvons apprendre des erreurs coûteuses du roi Salomon ; le roi d'Israël a désespérément poursuivi plusieurs objectifs sans rapport les uns avec les autres dans une vaine tentative de se satisfaire » réfléchit Mgr Paride dans son message de deux pages.

Tirée du livre de l'Ecclésiaste, l'expérience du roi Salomon fournit un bon exemple de leader qui ne savait pas comment obtenir ce qu'il voulait et qu'il lui a fallu « une vie entière et un livre entier pour » se concentrer sur ce qu'il voulait, explique l'évêque de 84 ans.

Il explique : « Au moment où le roi Salomon a écrit ces mots, il avait atteint un haut niveau de réussite, mais il se sentait toujours vide, il ne pouvait pas mettre le doigt sur les raisons pour lesquelles l'épanouissement continuait de lui échapper. Parce qu'il manquait de concentration, il cherchait haut et bas, expérimentant toutes sortes d'objectifs, mais n'obtenait jamais de satisfaction. »

Malheureusement, selon Mgr Paride, le roi Salomon a tenté de résoudre un problème intérieur par une solution extérieure.

« Le vieil axiome reste vrai » dit-il, avant d’ajouter : « Si vous chassez deux lapins, les deux s'échapperont. C'était certainement vrai pour la tentative futile du roi Salomon d'atteindre ses divers objectifs. Selon Ecclésiaste 2, Il a poursuivi huit objectifs seul. »

Mgr Paride dit que le roi Salomon s'est concentré sur trop de choses en trop peu de temps, qu'il a poursuivi les mauvais objectifs pour atteindre le résultat souhaité et que « ses objectifs égoïstes étaient tous mauvais. »

« Il (le roi Salomon) était désespéré parce qu'il n'avait jamais identifié ce qu'il voulait vraiment » réitère le prélat à la retraite dans sa réflexion à l'approche de la journée des martyrs, héros et héroïnes du Soudan du Sud le 30 juillet. 

Il dit que les chrétiens peuvent cependant apprendre du chef des Israélites qui a finalement déterminé ce qui comptait vraiment et ce qu'il voulait vraiment.

« Et toi, moi ? L'évêque pose et approfondit la question : « Comment prenons-nous les grandes décisions ? Avons-nous un moyen de déterminer notre centre d'intérêt, en fonction de ce qui compte vraiment ou de ce qui est vraiment important ? »

Il suggère une « liste de contrôle » pour le peuple de Dieu qui cherche à prendre des décisions sur les endroits où investir son temps et son énergie.

« Face à une décision, demandez-vous si elle correspond à mes priorités. Cela relève-t-il de mon domaine de compétence ? Quelqu'un d'autre peut-il mieux le faire ? Que disent mes amis de confiance ? Ai-je le temps et la capacité nécessaires » conseille l'évêque à la retraite.

Le fondateur de Holy Trinity Peace Village, une institution qui promeut la coexistence pacifique dans la plus jeune nation du monde, souligne l'importance de rester concentré sur les objectifs fixés.

« Quand vous dites oui à une opportunité, préparez-vous à vous concentrer » dit-il, avant d’ajouter : « Faites des listes de choses à faire. Fixez vos priorités. Évitez l'encombrement. Poursuivez l'excellence, mais évitez le perfectionnisme. Remettez tout en question. Travaillez pour éviter la procrastination. Contrôler les interruptions et les distractions. »

« Quand vous avez du pouvoir, gardez les yeux sur vous mais pas les mains. Utilisez le calendrier. Réduisez votre marge, n'essayez pas de tout faire. Cela signifie que vous devrez dire non à certaines bonnes choses » conseille-t-il.

Le prélat sud-soudanais à la retraite, qui est aussi sportif, donne également l'exemple de Paul dans les récits du Nouveau Testament dont « la concentration absolue lui a donné la volonté absolue de laisser tomber les belles choses qui n'avaient pas d'importance. »

Selon l'évêque, l'apôtre a dû renoncer à certaines choses pour atteindre son objectif, notamment son héritage hébreu, sa lignée pure de la tribu de Benjamin, son statut de pharisien strict et son zèle passé de persécuteur du peuple de Dieu. 

« Paul a tellement réduit son champ d'action qu'il s'est débarrassé non seulement des choses qu'il considérait autrefois comme un gain, mais il a tout compté comme des déchets pour obtenir le Christ. Il perdrait tout si cela lui permettait de gagner une intimité avec le Christ » réfléchit Mgr Paride.

« Les leaders qui ont changé le monde ont ce genre de point de vue » continue-t-il en citant l'exemple d'Abraham qui a quitté sa patrie, sa richesse et ses amis pour une nouvelle terre parce qu'il s'est concentré sur un royaume invisible ; de Joseph qui a enduré des épreuves et la prison parce que son rêve était centré sur la grandeur de Dieu ; et de Moïse qui a tourné le dos à l'Égypte parce qu'il s'est concentré sur le plan de Dieu.

Mgr Paride donne également l'exemple de Stephen qui a prêché un message impopulaire et est mort en martyr à cause de sa concentration.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]