Selon un nouveau guide, l'exorcisme est un ministère de la joie, de la lumière et de la paix.

Credit: Estitxu Carton via Flickr (CC BY-SA 2.0).

L'exorcisme n'est pas une pratique obscure enveloppée dans l'obscurité, mais un ministère rempli de lumière, de paix et de joie, selon un nouveau guide pour les exorcistes catholiques.

« Lorsqu'il est mis en œuvre dans des situations de réelle possession diabolique et selon les normes établies par l'Église - inspirées par une foi authentique et une prudence nécessaire - [l'exorcisme] manifeste son caractère salvifique et positif, caractérisé par une expérience vivante de pureté, de lumière et de paix » a écrit le père Francesco Bamonte dans l'introduction du livre.

« La « note dominante pourrait-on dire, est faite de joie, le fruit de l'Esprit Saint, promis par Jésus à ceux qui accueillent sa Parole avec confiance » a-t-il poursuivi.

Bamonte est le président de l'Association internationale des exorcistes (AIE), qui a préparé le nouveau livre avec l'approbation de la Congrégation pour le clergé et avec les contributions de la Congrégation pour la doctrine de la foi et de la Congrégation pour le culte divin.

Directives pour le ministère de l'Exorcisme : A la lumière du rituel actuel a été publié en italien en mai. L'AIE a indiqué à CNA qu'une édition en langue anglaise est actuellement en cours de révision par la Congrégation pour le clergé et l'association s'attend à ce qu'elle soit disponible d'ici la fin de 2020 ou au début de 2021.

Le livre n'est pas un traitement exhaustif du sujet de l'exorcisme, mais a été écrit comme un outil pour les prêtres exorcistes ou les prêtres en formation pour être exorcistes.

Il peut également être utilisé par les conférences épiscopales et les diocèses pour faciliter le discernement « dans les cas de fidèles qui s'estiment avoir besoin du ministère des exorcistes, car ce type de demande est en augmentation » a déclaré M. Bamonte.

Dans la préface du livre, le cardinal Angelo De Donatis, vicaire général du diocèse de Rome, a déclaré que « l'exorciste ne peut procéder à sa propre discrétion, puisqu'il travaille dans le cadre d'une mission officielle qui le rend en quelque sorte représentatif du Christ et de l'Église. »

« Le ministère de l'exorciste est particulièrement délicat » dit-il. « Exposé à de multiples dangers, il requiert une prudence particulière, fruit non seulement d'une intention juste et de bonne volonté, mais aussi d'une préparation spécifique adéquate, que l'exorciste est tenu de recevoir pour mener à bien sa mission. »

Il y a une « augmentation notable » de la fascination pour l'exorcisme dans le monde occidental, en particulier pour la possession démoniaque et le rôle de l'exorciste catholique « dans la tâche exigeante de s'en libérer » a souligné Bamonte.

« Dans certains milieux culturels, une description péremptoire de l'exorcisme catholique se poursuit comme s'il s'agissait d'une réalité rude et violente, presque aussi obscure que la pratique de la magie, à laquelle nous voulons nous opposer, mais qui finit par la mettre au même niveau que les pratiques occultes » a-t-il déclaré.

Le prêtre a déclaré qu'il était impossible de comprendre ce ministère sans croire en Jésus et en son Eglise.

« Prétendre comprendre l'exorcisme catholique sans avoir une foi vivante dans le Christ et dans ce qu'il nous enseigne, dans la révélation donnée à l'Eglise, sur Satan et le monde démoniaque, c'est comme vouloir traiter des équations du second degré sans connaître les quatre opérations de base des mathématiques et leurs propriétés » a-t-il déclaré.

C'est pourquoi il est nécessaire « de toujours revenir aux sources de notre ministère » a-t-il poursuivi, « qui ne découle pas du tout de la peur des sorcières, du désir de s'opposer à la magie ou de la volonté d'imposer une vision religieuse spécifique aux dépens d'autres conceptions différentes de Dieu et du monde, mais uniquement et uniquement de ce que Jésus a dit et de ce qu'il a fait en premier lieu, en donnant aux apôtres et à leurs successeurs la mission de poursuivre son propre travail. »

L'Association internationale des exorcistes compte environ 800 membres exorcistes dans le monde entier. Elle a été fondée il y a plus de 30 ans par un groupe d'exorcistes, dirigé par le père Gabriel Amorth, décédé en 2016. L'association a été officiellement reconnue par le Vatican en 2014.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]