Advertisement

Un prêtre nigérian demande au gouvernement d’adopter « une approche de base » dans la lutte contre l'insécurité

Carte de la République fédérale du Nigeria montrant l'état de Kaduna où il y a eu une recrudescence de la violence récemment. Domaine public Carte de la République fédérale du Nigeria montrant l'état de Kaduna où il y a eu une recrudescence de la violence récemment.
Domaine public

Dans le sillage de la récente vague de violence dans l'État de Kaduna, au nord-ouest du Nigeria, un prêtre de la nation la plus peuplée d'Afrique a appelé le gouvernement fédéral du pays à adopter une "approche de base pour gérer" l'insécurité dans les régions touchées du pays.  

Dans son homélie lors de la messe du 29 juillet organisée par le Northern and Middle Belt Forum de l'Institut catholique d'Afrique de l'Ouest (CIWA) pour demander l'intervention de Dieu à la suite des meurtres perpétrés au Sud de Kaduna (SK), le père Benjamin Yakubu Bala a décrit la situation comme un "génocide à grande échelle" et a exhorté le gouvernement à accepter les critiques dans sa gestion de l'insécurité.

"Le gouvernement doit s'élever au-dessus de la mesquinerie, faire preuve de sincérité et adopter une approche de base pour traiter les problèmes de sécurité au Sud de Kaduna (SK) au lieu de l'approche maison du gouvernement, qui n'a pas porté ses fruits", a déclaré le père Benjamin, qui donne des cours au CIWA à Port Harcourt, dans son homélie partagée avec ACI Afrique ce week-end.  

Il a ajouté : "Le gouvernement doit traiter les critiques comme des réactions au lieu de menacer les personnes qui leur disent la vérité sur les meurtres". 

La partie sud de l'État de Kaduna est en proie à la violence depuis janvier. Les médias indiquent que 43 personnes ont été tuées entre le 21 et le 24 juillet. Au total, 178 personnes ont perdu la vie depuis le début des violences. 

Advertisement

Dans son homélie, le père Benjamin a décrit la situation en SK comme "très triste", ajoutant que la région "est devenue un champ de bataille et un lieu de sépulture avec des fosses communes jonchées ici et là en raison de l'ampleur du génocide en cours". 

"La situation fait que le peuple SK se sent maintenant très peu sûr et très menacé", a déclaré le prêtre nigérian.

Il a ensuite mis en évidence les facteurs qui ont contribué à la vague de violence et de meurtres en attribuant la responsabilité au gouvernement.

"Tout d'abord, le gouvernement est perçu comme étant déséquilibré dans sa façon de gérer la situation", a déclaré le père Benjamin, qui a expliqué que "la SK compte 11 des 23 AGL (autorités locales) de l'État. La rapidité et le sérieux avec lesquels le gouvernement répond aux attaques dans la partie nord de l'État ne se retrouvent pas dans la partie sud".

Il a également déclaré que "le gouvernement parle pratiquement au nom des agresseurs" et a expliqué : "Nous entendons d'autres gouverneurs d'États en crise comme le Zamfara, le Borno, le Taraba, la Bénoué, etc. parler avec fermeté au nom de leur peuple. Mais le gouverneur de l'État de Kaduna se fait plutôt le porte-parole des agresseurs. Il colporte des récits que beaucoup croient fervents et enhardit les attaquants. ”

More in Afrique

"Il y a la Lévitation des agents de sécurité. De larges tollés ont conduit le gouvernement à mettre en place une base d'opérations de l'armée en SK (Kafanchan). Cependant, ils ne sont largement actifs que sur quelques points de contrôle. Il n'y a aucune trace qu'ils aient jamais répondu rapidement à une quelconque attaque", a déploré le père Benjamin.

Ces raisons semblent indiquer que "le gouvernement ne se soucie pas du peuple SK” a noté le père Benjamin,

"C'est pourquoi les gens croient qu'ils ne doivent pas relâcher les efforts qu'ils doivent consentir pour défendre leur vie sur les lieux d'attaques injustes et non provoquées", a-t-il ajouté et poursuivi, "C'est un droit à l'auto-préservation que les lois naturelles et divines nous confèrent et dont personne n'a besoin d'une autorité humaine approbatrice pour s'engager". 

Il a mis en garde contre les représailles en disant "ce n'est pas chrétien et ce n'est pas constitutionnel".

"Nous remercions cependant Dieu pour l'esprit de résilience et le courage avec lequel les gens résistent aux assaillants malfaisants. Les témoignages abondent sur la bravoure des jeunes de SK qui sortent généralement armés de foi et de courage pour repousser les assaillants qui viennent avec des fusils d'assaut", a déclaré le prêtre nigérian.

Advertisement

Pendant ce temps, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont condamné "en totalité le récent massacre horrible et barbare de chrétiens non armés dans la région pendant un couvre-feu imposé par le gouvernement de l'Etat".

"Il est déroutant et épouvantable que le carnage ait eu lieu en présence même d'agents de sécurité lourdement armés", ont déclaré les évêques du Nigeria lors de l'ordination épiscopale de l'évêque auxiliaire du diocèse d'Umuahia.

"De toute urgence", les prélats ont appelé le gouvernement à "assumer ses responsabilités et à mettre un terme aux meurtres aveugles de citoyens innocents dans notre pays".

Ils ont ajouté : "S'il ne le fait pas, il encourage en silence l'effondrement total de l'ordre public dans le pays".

Les membres du CBCN ont exprimé leur solidarité avec les habitants du sud de Kaduna qui "grandissent dans l'angoisse des cœurs au milieu d'une effusion de sang insensée".

"Alors que nous prions pour le repos des morts et la consolation des familles endeuillées, nous exhortons le gouvernement à démasquer les responsables de ce massacre et à les traduire en justice", ont conclu les évêques.