Les chefs religieux invitent le gouvernement nigérian à "faire de la sécurité une priorité absolue pour chaque citoyen"

Les membres du Conseil interreligieux du Nigeria (NIREC).
Credit: Domaine public

Troublés par l'état d'insécurité dans le pays le plus peuplé d'Afrique, les membres du Conseil interreligieux du Nigeria (NIREC) ont demandé au gouvernement de donner la priorité à la sécurité de ses citoyens.

Dans une déclaration du mardi 4 août obtenue par ACI Afrique, les chefs religieux "appellent le gouvernement à tous les niveaux à faire de la sécurité une priorité absolue pour chaque Nigérian".

"Le gouvernement à tous les niveaux doit redoubler d'efforts pour protéger la vie et les biens des citoyens", déclarent-ils dans la déclaration signée par le secrétaire exécutif du NIREC, le père Cornelius Afebu Omonokhua, qui est également directeur de la mission et du dialogue au Secrétariat catholique du Nigeria (CSN). 

Les membres du Conseil, qui est coprésidé par le Sultan de Sokoto et le Président général du Conseil suprême des affaires islamiques du Nigeria (NSCIA), Alhaji Muhammadu Sa'ad Abubakar, et le Président de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), le Dr Sampson Olasupo Adeniyi Ayokunle, mettent en lumière différents cas de violence, dont certains ont entraîné la perte de vies humaines. 

"Nous condamnons le carnage sur la vie humaine, en particulier les meurtres récents de 76 personnes dans le gouvernement local de Sabon Birni dans l'État de Sokoto, dans le district de RuwanTofa Dansadua dans l'État de Zamfara, dans la zone du gouvernement local de Zangon Kataf dans l'État de Kaduna, dans l'église baptiste de Bethel Aguda-Dauruwan Kogi et l'attaque du convoi du gouverneur de l'État de Borno, Babagana Umara Zulum à Baga", déclarent les chefs religieux dans leur déclaration collective d'une page.

Ils "condamnent également, de manière absolue, la violence politique qui menace la vie humaine et la coexistence pacifique".

"Maiduguri, en particulier, ne devrait pas être écrasée par les insurgés qui y ont jeté des mortels, tuant des gens", disent les chefs religieux en référence à la violence dans la plus grande ville de l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

Ils rappellent le traditionnel hommage de Sallah du Shehu de Borno au gouverneur de l'État de Borno, où il (Shehu) se lamentait : "Mon peuple à Borno n'est plus en sécurité". 

"Les agents de sécurité doivent repêcher les criminels pour faire face à la justice. Les agents de sécurité doivent ramasser les armes et les munitions qui se trouvent entre les mains des criminels", ajoutent les membres du NIREC. "Le gouvernement doit garantir l'arrêt complet de la prolifération de toutes les formes d'armes que les criminels utilisent pour détruire la vie et les biens. ”

Les chefs religieux et les membres de la société civile du pays ont exprimé leurs inquiétudes face à la multiplication des attaques terroristes dans le nord-est du Nigeria et aux diverses activités criminelles dans diverses parties de la nation ouest-africaine.

Le 30 juillet, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont condamné dans leur totalité le récent massacre horrible et barbare de chrétiens non armés dans la région pendant le couvre-feu imposé par le gouvernement de l'État de Kaduna Sud.

"De toute urgence", les prélats catholiques ont appelé le gouvernement à "assumer ses responsabilités et à mettre un terme aux meurtres aveugles de citoyens innocents dans notre pays".

Ils ont ajouté : "S'il ne le fait pas, il encourage en silence l'effondrement total de l'ordre public dans le pays".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]