Un évêque nigérian craint un génocide dans son pays après une augmentation des meurtres des chrétiens

Mgr Matthew Hassan Kukah, évêque du diocèse de Sokoto, Nigeria.
Credit: Domaine public

Un évêque catholique du diocèse de Sokoto au Nigeria a comparé l'augmentation des meurtres de chrétiens nigérians par les bergers fulanis qui ciblent également les musulmans dans ce pays d'Afrique de l’ouest à un génocide, une déclaration qui concorde avec un rapport récemment publié au Royaume-Uni (UK) qui suggère un génocide en cours au Nigeria.

Dans une interview avec l'Aide à l'Eglise en détresse (AED), Mgr Matthew Kukah, à qui l'on a demandé s'il était d'accord pour que les massacres de chrétiens par les Peuls soient considérés comme un génocide selon le droit international, a déclaré : "Je le crois. ”

L'organisation d'aide catholique a engagé le prélat sur l'exécution de cinq travailleurs humanitaires par l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) vers la fin du mois de juillet.

Un rapport des médias a indiqué que les travailleurs humanitaires d'Action contre la faim (ACF) ont été pris en otage par le groupe armé dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, le 8 juin, avant qu'une vidéo de leur exécution ne fasse surface près de deux mois plus tard.

Mgr Kukah a déclaré à AED que les chrétiens n'étaient pas la principale cible des membres du groupe d'insurgés qui tuaient également des musulmans. En outre, les militants se trouvaient dans le nord à prédominance musulmane dans des États tels que Katsina, Sokoto et Zamfara.

Dans l'interview partagée par AED le vendredi 7 août, Mgr Kukah a déclaré que ce n'était plus un secret que le Nigeria était "un Etat largement en faillite". ”

"Il n'y a aucun doute que le Nigeria est un État largement défaillant", a déclaré l'évêque nigérian, qui a ajouté : "C'est un vieux secret. L’état a laissé tomber son peuple, mais les compagnies pétrolières continuent de faire un massacre sur la carcasse".

Il a également déclaré à AED que le Nigeria était un épicentre du terrorisme dans la région, en disant : "Les preuves sont là pour que tout le monde les voit".

"Il existe de multiples niveaux de financement et, avec le temps, le terrorisme a pu se financer par la criminalité, la violence, les enlèvements et on craint que le gouvernement ne finance ces groupes par inadvertance, en grande partie parce qu'ils ont pénétré les agences de sécurité", a déclaré Mgr Kukah.

Il a ajouté : "Les gouvernements ont également versé d'énormes sommes d'argent pour des rançons et aussi, ostensiblement, pour apaiser les terroristes, sauver les citoyens kidnappés, etc.

L'Ordinaire du diocèse de Sokoto a ajouté que l'inefficacité de l'armée au Nigeria avait rendu les terroristes plus audacieux et qu'il y avait également des problèmes de complicité à différents niveaux de l'armée.

Mgr Kukah a critiqué les puissances occidentales qui n'ont pas tenu leurs "promesses" d'aider le Nigeria en disant : "Nous entendons des promesses des États-Unis et de l'Europe et elles n'aboutissent à rien".

Ses remarques ont fait écho aux conclusions du groupe parlementaire britannique multipartite sur la liberté de religion et de conviction, appelé "Nigeria" : qui a été publié en juin.

Le rapport met en garde contre le risque d'un génocide en cours et demande que l'aide britannique soit liée aux efforts visant à protéger les villageois nigérians des attaques des extrémistes islamistes.

Le rapport affirme qu'en tuant et en chassant les villageois chrétiens, les militants peuls, consciemment ou non, servent le même objectif que Boko Haram. L'objectif déclaré du groupe terroriste Boko Haram est de transformer le Nigeria en un État islamiste. Son porte-parole a déclaré : "Cette guerre est contre les chrétiens".

Les sentiments de Mgr Kukah surviennent également quelques jours après que les membres du Conseil interreligieux du Nigeria (NIREC) aient publié une déclaration, appelant le gouvernement à donner la priorité à la sécurité de ses citoyens suite à une série de meurtres de personnes innocentes dans le pays.

"Nous condamnons le carnage sur la vie humaine, en particulier les meurtres récents de 76 personnes dans le gouvernement local de Sabon Birni dans l'État de Sokoto, dans le district de RuwanTofa Dansadua dans l'État de Zamfara, dans la zone du gouvernement local de Zangon Kataf dans l'État de Kaduna, dans l'église baptiste de Bethel Aguda-Dauruwan dans l'État de Kogi et l'attaque du convoi du gouverneur de l'État de Borno, Babagana Umara Zulum à Baga", ont déclaré les chefs religieux dans leur déclaration du 4 août qui a été vue par ACI Afrique.

Les membres du Conseil ont également exhorté tous les niveaux du gouvernement nigérian à "redoubler d'efforts pour sécuriser la vie et les biens des citoyens". ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]