"Cette crise a complètement déstabilisé notre province", un évêque au Mozambique sur la crise d'insécurité

Mgr Luiz Fernando Lisboa, évêque du diocèse de Pemba, dans la province de Cabo Delgado au Mozambique.
Credit: Domaine public

L'évêque du diocèse de Pemba au Mozambique, dans la province de Cabo Delgado, dénonce la crise humanitaire croissante qui touche le peuple de Dieu dans sa juridiction, avec des centaines de milliers de personnes déplacées.

Dans l'interview du dimanche 9 août avec le correspondant de ACI Afrique au Mozambique, Mgr Luiz Fernando Lisboa tend la main à la communauté internationale pour aider à mettre fin à la crise qui "a complètement déstabilisé notre province".

"L'impact de la crise est fatal, elle a touché toutes les provinces et tous les habitants de la province de Cabo Delgado", a déclaré Mgr Lisboa au correspondant de ACI Afrique et a ajouté : "Il y a plus de 250 000 personnes déplacées dispersées dans toute la province qui ont besoin d'aide".

"Notre peuple a un besoin urgent de paix car cette crise a complètement déstabilisé notre province", a déclaré le prélat d'origine brésilienne, ajoutant : "Nous appelons la communauté internationale à nous venir en aide. La population a besoin de solidarité et, en plus d'aider à mettre fin à la crise, nous devons nourrir toutes ces personnes déplacées". Nous avons besoin de nourriture, de médicaments, de vêtements, de couvertures, toute l'aide nécessaire pour aider les personnes déplacées". 

Le niveau d'insécurité au Mozambique a suscité la condamnation des organismes internationaux qui ont mis au défi les autorités de ce pays d'Afrique australe de trouver des solutions durables à la crise.

Le 4 août, les dirigeants du Conseil œcuménique des Eglises (COE) et de l'Alliance ACT ont exprimé leur inquiétude quant au nombre d'attaques violentes impliquant des groupes armés dans les provinces du nord et du centre du pays ces dernières années et ont demandé au président du Mozambique, Filipe Nyusi, d'intervenir et de "mettre fin à ces atrocités".

Dans une lettre adressée au président du Mozambique, les membres du COE, qui représente plus de 560 millions de chrétiens dans 350 églises membres à travers le monde, et la coalition d'aide ACT Alliance affirment que les provinces du nord et du centre du Mozambique, Cabo Delgado, Manica, Sofala et Nampula, souffrent depuis trois ans d'une "augmentation des attaques armées visant la population civile, les transports commerciaux et les propriétés".

Condamnant la violence dans les "termes les plus forts possibles", les dirigeants du COE et de l'Alliance ACT appellent le président Nyusi et son gouvernement à "remplir leur devoir envers le peuple du Mozambique, pour la protection de leurs vies, de leurs biens et de leurs moyens de subsistance contre la menace d'attaques violentes, de déplacements, aggravés par l'impact de la pandémie de COVID-19".

"Nous vous demandons instamment, à vous et à votre gouvernement, d'intervenir, d'assurer la protection contre les violations des droits, de mettre fin à ces atrocités et de garantir la sécurité des communautés touchées, d'intensifier les efforts en faveur de la paix et de solutions durables à la violence par le dialogue", déclarent les responsables du COE et de l'Alliance ACT dans la lettre conjointe signée par le secrétaire général par intérim du COE, le pasteur Dr Ioan Sauca, et le secrétaire général de l'Alliance ACT, Rudelmar Bueno de Faria.

Lors de l'interview du 9 août avec le correspondant de l'ACI Afrique, Mgr Lisboa, membre de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ (CP - Passionistes), a exprimé sa reconnaissance pour la préoccupation du COE et de l'Alliance ACT envers le peuple souffrant du Mozambique et a lancé un appel pour des actions concrètes afin de sauver les personnes affamées déplacées par la crise.

Il a ajouté que l'Église locale a lancé une campagne pour demander de l'aide pour les personnes déplacées à Cabo Delgado.

"Nous avons récemment lancé cette campagne par l'intermédiaire de Caritas Pemba pour soutenir ces personnes. Nous sommes ouverts à vos soutiens dans notre pays et à l'étranger", a déclaré le prélat de 64 ans au correspondant d'ACI Afrique.

Dans une autre interview, un prêtre missionnaire d'Afrique exerçant son ministère au Mozambique, le père Malachy Nwanalobi Oleru, a déclaré : "Il est effrayant de constater que l'Église en Afrique semble avoir été abandonnée par le monde occidental à cause de l'augmentation des attaques de terroristes et de bandits, dont la plupart ont des connotations islamistes".

Le clerc d'origine nigériane a ajouté : "Le Nigeria, le Kenya, le Burkina Faso, le Mali et plus récemment le Mozambique, sont de sombres exemples de l'impuissance des chrétiens face aux meurtres incessants et à sa conspiration parallèle du silence de l'Europe occidentale et de l'Amérique du Nord qui ont apporté le message chrétien en Afrique".

Le missionnaire africain qui exerce son ministère dans l'archidiocèse de Beira au Mozambique, dans la région centrale du pays, a expliqué : "Lorsque le Conseil œcuménique des Eglises (COE) et l'Action de l'Alliance des Eglises Unies (ACT) ont choisi de rompre le silence sur les meurtres de chrétiens et d'autres citoyens ordinaires, on peut à nouveau "respirer" en espérant que, au Mozambique du moins, "le genou ne sera plus dans le cou" !

"Bien qu'il ne soit pas clair si le motif de la violence au Mozambique est purement religieux, politique, économique ou un mélange de ces motifs", a déclaré le père Malachy à ACI Afrique le 9 août, "on ne peut pas douter que le djihadisme, un terrorisme ivre de pouvoir pour l'expansionnisme islamique, est l'intention et le but principaux ailleurs, en particulier au Nigeria".

Pour aller de l'avant, le prêtre a suggéré que l'Eglise en Afrique pense "à une révolution non violente et à participer à la Réforme de l'Afrique".

"L'Eglise doit être en dialogue avec l'Etat, et ne pas donner l'impression de recevoir des ordres de l'Etat. Il devrait y avoir un partenariat. L'expérience de COVID-19 devrait nous ouvrir les yeux", a déclaré le père Malachy à ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]