Les évêques d'Afrique australe : Enregistrement des naissances "activité cruciale qui doit être mise en évidence"

Logo pour la Journée de l'état civil et des statistiques de l'état civil (CRVS) 2020
Credit: Union Africaine (UA)

À l'occasion de la troisième journée africaine de l'enregistrement des faits d'état civil et des statistiques de l'état civil (CRVS), célébrée le lundi 10 août, les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont fait part de leurs préoccupations quant au fait que les autorités de leurs pays respectifs et du continent dans son ensemble ne donnent pas la priorité à l'enregistrement des naissances, une lacune en matière de documentation qui prive les enfants de l'accès aux droits fondamentaux.

"Une activité cruciale de l'état civil qui doit être mise en évidence est l'enregistrement des naissances. En Afrique du Sud, l'enregistrement des naissances est considéré comme allant de soi, car il s'agit non seulement d'une pratique courante de notre système depuis longtemps, mais aussi d'une obligation légale", ont déclaré les membres de la SACBC dans leur déclaration du dimanche 9 août, partagée avec ACI Africa.

Ils indiquent que l'enregistrement des naissances dans d'autres pays d'Afrique "n'est pas une pratique courante et qu'il y a une lacune critique dans l'établissement de l'existence légale d'un enfant parce que beaucoup n'ont pas été enregistrés à la naissance. ”

Les membres de la conférence des trois nations font référence au rapport de l'UNICEF sur l'enregistrement des naissances de 2019, qui indique qu'"il y a 166 millions d'enfants de moins de 5 ans ou 1 enfant sur 4 du même groupe d'âge dont la naissance n'a pas été enregistrée", 87 % d'entre eux se trouvant en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

"Le rapport brosse un tableau encore plus sombre de 237 millions d'enfants de moins de cinq ans n'ayant pas de certificat de naissance", déclarent-ils dans leur déclaration du 9 août signée par l'évêque de liaison de la SACBC pour les migrants et les réfugiés, l'archevêque Buti Tlhagale.

Ils ajoutent : "À partir d'expériences ou de situations similaires, les enfants peuvent facilement devenir invisibles et vulnérables, car ils perdent leurs droits par manque de papiers".

S'appuyant sur l'affirmation de l'UNICEF selon laquelle "la société reconnaît d'abord l'existence et l'identité d'un enfant par l'enregistrement de sa naissance", les dirigeants de l'Église catholique en Afrique du Sud, au Swaziland et au Botswana soulignent la nécessité d'enregistrer les enfants à la naissance en disant que cette documentation est un droit fondamental qui donne "accès à de nombreux autres droits, à protéger et à promouvoir vigoureusement". 

Ces droits, notent les membres de la SACBC, "sont importants car ils favorisent la Dignité humaine qui, selon notre Doctrine sociale catholique, est l'un des principes les plus fondamentaux, sinon le principe fondamental".

Les prélats d'Afrique australe sont également préoccupés "par le fait que, malgré le droit constitutionnel et la décision de la Cour pour tous les enfants d'avoir accès à l'éducation, de nombreux apprenants en Afrique du Sud rencontrent encore des obstacles pour accéder à l'éducation de base en raison de l'absence ou du manque de documents appropriés. ”

La situation touche surtout les migrants et certains enfants réfugiés, affirment les membres de la SACBC, suggérant, pour aller de l'avant, que "l'Eglise appelle tous les Etats membres à s'assurer d'un enregistrement universel et correct des naissances, indépendamment de la nationalité ou du statut juridique des parents. ”

"On ne peut pas refuser aux enfants l'accès à l'éducation parce qu'Elle (l'Eglise) considère l'éducation des enfants comme une partie intégrante du développement d'une personne humaine dans l'esprit de la Populorum Progressio (Sur le progrès des peuples) de 1967", affirment les membres de la SACBC.

Dans cette déclaration de deux pages, les évêques "appellent en outre les États à tenir compte des objectifs de développement durable (SDG 16. 9 et SDG 17.9) qui font allusion à l'octroi d'une identité légale à tous, y compris l'enregistrement des naissances".

Les GDD cherchent à favoriser "non seulement le renforcement des capacités statistiques nécessaires, mais aussi le renforcement des systèmes d'enregistrement des faits d'état civil qui produiront des indicateurs essentiels, y compris l'enregistrement des naissances", affirment les membres de la SACBC, ajoutant que les GDD sont "fondamentaux pour atteindre, notamment, un développement humain durable".

"Si donc, il n'y a pas de preuve légale d'identité, les enfants sont laissés de côté et par conséquent, dans de nombreux cas, finissent par être plus vulnérables à bien des égards, y compris l'apatridie", soulignent-ils et poursuivent-ils, "C'est pour cette raison, en soutien aux SDG, que l'Eglise appelle les gouvernements, les Etats et les organismes régionaux" à veiller à ce qu'aucun enfant ne reste apatride.

En marquant la troisième journée africaine des CRVS, les évêques de la SACBC encouragent "les États membres et les gouvernements à accroître leurs capacités en matière de systèmes d'enregistrement des faits d'état civil, car cela permettra, espérons-le, de s'assurer qu'aucune personne humaine n'est exclue de l'accès à ses droits fondamentaux et humains".

"Cela devrait également inclure les migrants et les réfugiés, car ils portent eux aussi la même dignité humaine intrinsèque que tout le monde", ajoutent les membres de la SACBC.

Instituée en décembre 2017 lors de la quatrième conférence des ministres africains responsables de l'enregistrement des faits d'état civil qui s'est tenue à Nouakchott, en Mauritanie, la journée du CRVS 2020 est marquée sous le thème "Enregistrement des faits d'état civil et statistiques de l'état civil" : Un service essentiel pour le suivi et l'atténuation de l'impact des situations d'urgence".

"C'est un thème pertinent qui rappelle aux gouvernements et aux États membres que des chiffres ou des statistiques fiables et précis peuvent faire une énorme différence en cas d'urgence et de calamités ou de pandémies comme celle de Covid19", affirment les membres de la SACBC dans leur déclaration du 9 août.

Les chiffres et les statistiques, ajoutent les dirigeants de l'Église catholique d'Afrique du Sud, du Swaziland et du Botswana, "garantissent également que les autorités disposent des informations essentielles nécessaires à la planification, à la mise en œuvre et au suivi".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]