Les femmes catholiques d'Afrique du Sud organisent des prières en ligne pour surmonter la solitude du confinement

Affiche annonçant la journée de prière de l'Union sud-africaine des organisations féminines catholiques (SAUCWO) prévue pour le 24 août.
Credit: Union mondiale des organisations féminines catholiques (WUCWO)

La branche sud-africaine de l'Union mondiale des organisations féminines catholiques (WUCWO), une entité internationale pour les groupes de femmes catholiques, organise des prières prévues pour la fin du mois afin d'exprimer sa solidarité avec les femmes qui souffrent de la solitude et de l'isolement qui accompagnent le confinement de COVID-19, a déclaré un responsable à ACI Afrique.

Dans une interview avec ACI Afrique concernant la session de zoom prévue le 24 août, la secrétaire de l'Union sud-africaine des organisations féminines catholiques (SAUCWO), Mahadi Buthelezi, a déclaré que les femmes en Afrique du Sud ont été affectées par le confinement de COVID-19, qui a laissé certaines d'entre elles déprimées par le fardeau de s'occuper de leur famille en cette période économique difficile.

"La vie n'a plus jamais été la même depuis que le confinement de COVID-19 a été déclaré en Afrique du Sud. Les femmes, en particulier, ont subi d'immenses souffrances", a déclaré Mme Buthelezi dans l'interview du jeudi 13 août.

Selon le responsable de la SAUCWO, certains des défis liés à COVID-19 qui sont spécifiques aux femmes en Afrique du Sud sont le fardeau psychologique de s'inquiéter pour la sécurité de leurs familles au milieu de leurs propres craintes de contagion.

"Tout ce qui concerne ce confinement joue contre les femmes, y compris le travail à domicile", dit-elle, et ajoute : "Les tâches ménagères et toutes les responsabilités familiales ont été mises sur les épaules des femmes et elles passent maintenant beaucoup de temps à se demander si les membres de leur famille sont en sécurité et à s'inquiéter de leur propre sécurité également".

Les familles étant enfermées, certaines femmes ont également du mal à nourrir leur famille en raison de l'augmentation des prix des denrées alimentaires. La situation, explique Mme Buthelezi, a été aggravée par les pertes massives d'emplois dans un pays où les familles ont du mal à se payer un repas.

Le confinement dû au COVID-19 s'est également accompagné d'une augmentation des cas de violence sexiste et de fémicide dont les femmes et les enfants sont les victimes dans les deux vices.

Dans un discours à la nation en juillet, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a fait remarquer que vingt-et-une femmes et enfants avaient été assassinés en quelques semaines. Le président aurait comparé la vague de fémicides à "une autre pandémie qui fait rage dans notre pays aux côtés de COVID-19".

En moyenne, près de 58 personnes seraient assassinées chaque jour en Afrique du Sud. Une femme est assassinée toutes les trois heures et, selon une déclaration du président Ramaphosa, 51 % des femmes sud-africaines ont subi des violences de la part d'une personne avec laquelle elles sont en relation.

Et tout en commémorant la Journée de la femme de cette année, les dirigeants de divers ordres religieux et sociétés de vie apostolique d'Afrique australe ont dénoncé la violence sexiste dans ce pays, notant que la violence contre les femmes dans le pays était montée en flèche pendant le confinement de COVID-19.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique le 9 août, le président de la Leadership Conference of Consecrated Life South Africa (LCCLSA), Sr Nkhensani Shibambu, s'est dit préoccupé par le fait que, tout en essayant de trouver des moyens de combattre la propagation de COVID-19, les Sud-Africains vivaient dans la peur.

Selon la religieuse sud-africaine, les femmes, qui entendent les cas de violence sexuelle dont elles sont victimes et qui sont rapportés quotidiennement, ne cessent de se demander : "Suis-je la prochaine ?

Mme Buthelezi a déclaré à ACI Afrique que l'initiative de la prière zoom est née du désir de combler le sentiment de solitude et d'isolement vécu lors du confinement, "de se soutenir mutuellement et de renforcer un sentiment de fraternité en cette période de souffrance mondiale".

"Lorsque des choses terribles arrivent aux femmes, par exemple lorsqu'elles sont tuées, nous ne leur donnons pas un enterrement décent en raison des restrictions du COVID-19. Nous prions seuls dans nos maisons mais nous nous sentons plus seuls en disant ces prières", a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté : "Nous espérons que la prière commune, en tant que grand groupe, restaurera le sentiment de fraternité dont nous avons besoin pour sentir que nous ne sommes pas seuls".

"Nous espérons que, grâce à la technologie, les femmes pourront se voir en grand nombre", a-t-elle ajouté, et elle a regretté que la majorité des femmes qui n'ont pas les moyens de s'offrir des smartphones et l'Internet soient exclues de l'événement.

"Nous comprenons les difficultés que rencontrent les femmes qui ont perdu leur emploi et dont beaucoup n'ont pas les moyens de s'offrir l'internet. C'est pourquoi nous avons annoncé les prières très tôt afin qu'elles puissent faire tout leur possible pour économiser un peu d'argent pour l'internet. Mais nous avons encore des femmes âgées qui ne savent pas comment utiliser les plateformes technologiques", a-t-elle déclaré à ACI Afrique lors de l'entretien du 13 août.

Dans un message de solidarité avec les femmes qui ne pourront pas se joindre à la session zoom, la secrétaire de la SAUCWO a déclaré : "Nous les garderons dans les prières et espérons que la normalité reviendra bientôt afin que nous puissions nous rencontrer physiquement pour prier, chanter et faire la fête ensemble".

Faisant allusion au programme de la session de prière qui durera deux heures et demie, Mme Buthelezi, qui sera la modératrice de la session, a déclaré que les participants à la session s'adresseront également aux responsables du SAUCWO. Les panelistes de la conférence répondront également aux questions des participants.

Fondée en 1910 pour unir les femmes catholiques et leur donner une voix sur la plateforme internationale, la WUCWO représente près de 8 millions de femmes catholiques appartenant à une soixantaine d'organisations féminines catholiques dans le monde et est active dans une soixantaine de pays, y compris sur tous les continents et dans certaines nations insulaires.

Selon les informations fournies sur le site Internet de l'organisation, la  WUCWO a été érigée en 2006 par le Saint-Siège en Association internationale publique de fidèles, un statut canonique qui "honore les efforts des femmes catholiques actives dans notre Union aux niveaux paroissial, diocésain, national et international".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]