Advertisement

Après la démolition d'une église en Ouganda, un archevêque catholique dit aux envahisseurs à se repentir

L'église anglicane Saint-Pierre, située à Ndeeba, au sud de Kampala démolie dans la nuit du dimanche 9 août, à la suite d'un long conflit sur la propriété foncière. Domaine public L'église anglicane Saint-Pierre, située à Ndeeba, au sud de Kampala démolie dans la nuit du dimanche 9 août, à la suite d'un long conflit sur la propriété foncière.
Domaine public

Mgr Cyprian Kizito Lwanga, de l'archidiocèse de Kampala en Ouganda, s'est joint aux autres chefs religieux du pays pour condamner la démolition, largement contestée, d'un bâtiment de l'église anglicane dans ce pays d'Afrique de l'Est, appelant ceux qui ont participé à cet acte à se manifester et à se repentir.

L'église Saint-Pierre, située à Ndeeba, au sud de Kampala, aurait été démolie dans la nuit du dimanche 9 août à la suite d'un long conflit sur la propriété foncière.

Les Ougandais se seraient réveillés lundi matin avec un choc brutal lorsqu'ils ont découvert que l'église de 45 ans appartenant à l'église anglicane de Kampala avait été démolie pendant la nuit.

Mgr Lwanga a déclaré que les personnes à l'origine de la démolition devraient se repentir d'avoir fait tomber la maison de Dieu.

"Cela donne une mauvaise image. Ils doivent se repentir", a déclaré Lwanga lors d'une messe de requiem qui a été rapportée par les médias locaux le vendredi 14 août.

Advertisement

L'archevêque ougandais, qui est le président du Conseil chrétien commun de l'Ouganda, a attribué la démolition au confinement du pays et a demandé au gouvernement d'envisager l'ouverture des lieux de culte.

Selon un rapport, le terrain contesté a été donné à l'église Saint-Pierre par un homme nommé Dunstan Nsubuga il y a 49 ans, mais après sa mort, ses enfants l'ont vendu à un riche homme d'affaires de la ville qui a obtenu un ordre d'expulsion et a ordonné à la direction de l'église de se relocaliser pacifiquement.

Lorsque l'ordre a été ignoré, l'homme d'affaires, en mars, a démoli l'école primaire de l'église Saint-pierre d'Ouganda, qui se trouvait également sur le terrain, et qui accueillait 300 élèves, principalement issus du quartier défavorisé environnant, et a averti qu'il allait également raser l'église.

Cette démolition a suscité une condamnation nationale de la part des chefs religieux, des politiciens ainsi que du président du pays, Yoweri Museveni.

Lors de sa visite du site de démolition le vendredi 14 août, le président Museveni a promis de veiller à ce que les auteurs des violences soient traduits en justice et a nié les allégations selon lesquelles le gouvernement serait à l'origine des destructions.

More in Afrique

"Je suis triste de cet incident à l'église, mais nous allons punir tous ceux qui ont été impliqués", ont déclaré les médias locaux ougandais en citant le président Museveni.

"Ce n'est pas vrai que le gouvernement a brisé l'église, c'est de la propagande. Je suis un chrétien qui ne peut pas permettre cela", a déclaré le président, qui a ajouté : "Je me suis engagé dans cette guerre et nous allons construire une nouvelle église".

Le mercredi 12 août, plus de 30 représentants de la Chambre des évêques de la province de l'Église d'Ouganda se sont réunis près de Kampala pour exprimer leur mécontentement à l'égard du système judiciaire du pays qui, selon les dirigeants de l'Église, a permis la démolition de l'église anglicane.

Les évêques ont dénoncé cet acte, déclarant que la décision de démanteler l'église "est honteuse pour le pays et a créé un point noir dans l'histoire de l'Ouganda".