Les gouvernements africains invités à "assurer l'égalité et l'équité pour tous" pour endiguer les migrations dangereuses

Migrants africains essayant de passer en Europe à la recherche de meilleurs horizons.
Credit: Domaine public

La corruption et les inégalités dans de nombreux pays africains appauvrissent de nombreuses personnes et les forcent à quitter leur pays à la recherche d'une vie meilleure, ont déclaré les dirigeants de la Commission internationale catholique pour les migrations (CICM), qui ont averti que certains des moyens utilisés par les migrants quittant leur pays sont "périlleux".

Dans son message à l'occasion de la 106e Journée mondiale des migrants et des réfugiés célébrée le 27 septembre, Mgr Robert J. Vitillo, secrétaire général de la CICM, a déclaré que tous les gouvernements avaient la responsabilité d'offrir des conditions de vie dignes à chacun à l'intérieur de leurs frontières au lieu d'amasser des richesses pour un petit nombre seulement et de laisser les masses souffrir dans une pauvreté abjecte.

"Les gouvernements, partout, et pas seulement en Afrique, doivent promouvoir un développement humain intégral et lutter contre la corruption et la complicité qui rendent certains de leurs citoyens plus riches et beaucoup d'autres à peine capables d'assurer leur survie du jour au lendemain. Ils doivent assurer l'égalité et l'équité pour tous", a déclaré Mgr Vitillo à Crux.

Il a fait référence au message du Pape François pour la 106e Journée mondiale des migrants et des réfugiés : "Pour préserver notre maison commune et la rendre de plus en plus conforme au plan originel de Dieu, nous devons nous engager à assurer la coopération internationale, la solidarité mondiale et l'engagement local, en ne laissant personne exclu".

Le responsable de CICM a mis en avant des histoires de désespoir parmi les immigrants africains qui, selon lui, risquaient leur vie pour rester loin de leur pays d'origine.

"Fin 2019 et début 2020, je me suis rendu au Burkina Faso, au Maroc et en Côte d'Ivoire et j'ai vu et entendu de mes propres yeux les témoignages de jeunes hommes et femmes qui ont tout risqué pour pouvoir subvenir aux besoins de leur famille restée au pays, qui se sont jurés de ne pas quitter la zone frontalière espagnole avant d'avoir trouvé l'occasion de la traverser, qui ont remercié les paroisses locales pour l'accueil et la sécurité qui leur ont été offerts, de jeunes enfants non accompagnés qui étaient bien conscients que leurs parents les envoyaient faire ces voyages pour les maintenir en vie", a-t-il raconté.

Le responsable des droits de l'homme qui a aidé à réinstaller aux États-Unis les réfugiés éthiopiens, érythréens et ceux d'autres pays dans son ancien poste de directeur de l'Agence caritative catholique multiservices a en outre déclaré : "Tous les gouvernements, y compris ceux d'Afrique, ont la responsabilité d'assurer des conditions de vie dignes, la liberté et la sécurité à leurs citoyens ou à tous ceux qui vivent à l'intérieur de leurs frontières".

Mgr Vitillo a déclaré que de nombreux migrants africains se lançaient toujours dans un voyage périlleux lorsqu'ils choisissaient de traverser le Sahara et les mers dans des tentatives désespérées pour atteindre l'Amérique ou l'Europe.

Il a cité un rapport intitulé "Sur ce voyage, personne ne se soucie de savoir si vous vivez ou si vous mourez", publié en juillet 2020 par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui a estimé que quelque 1 750 réfugiés et migrants ont perdu la vie en Méditerranée et dans le désert du Sahara rien qu'en 2018 et 2019.

"Le Pape François a constamment attiré l'attention sur de telles tragédies, surtout depuis sa visite à Lampedusa, peu après son élection comme pape, lorsqu'il a déposé une couronne pour honorer la mémoire des personnes enterrées dans ce vaste "cimetière", et lors de ses messes annuelles pour commémorer cette visite historique", a déclaré le responsable de la CICM.

Ce chercheur, qui a publié de nombreux articles sur les droits de l'homme, le VIH/sida et la santé mondiale, les migrations et l'installation des réfugiés, a déclaré que sur les 79,5 millions de personnes déplacées de force dans le monde aujourd'hui, quelque 26 millions sont des réfugiés, c'est-à-dire des personnes qui ont fui la guerre, la violence, les conflits ou les persécutions et qui ont traversé une frontière internationale pour trouver la sécurité dans un autre pays. 

Les autres, a-t-il dit, sont des personnes déplacées à l'intérieur du pays qui sont restées dans les frontières de leurs pays d'origine respectifs mais qui sont souvent privées de la protection spéciale offerte aux réfugiés.

"En Afrique, il y a quelque 6 millions de réfugiés et 12,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays", a-t-il déclaré, affirmant qu'une grande partie de la migration se fait en Afrique et à partir de l'Afrique, à tel point que le continent a été décrit comme "un continent en mouvement".

Il a ajouté que les personnes déplacées de force craignent pour leur sécurité et leur avenir ainsi que pour ceux de leurs enfants, ajoutant : "Ils veulent désespérément jouir de la dignité que Dieu leur a donnée et échapper aux horreurs de la persécution, des conflits et des menaces à leur sécurité personnelle".

Mgr Vitillo, qui a été chef de la délégation de Caritas Internationalis aux Nations unies à Genève, a exhorté l'Europe et l'Amérique à ouvrir leurs portes aux migrants africains et à ne pas considérer les immigrants comme un "fardeau partagé".

"Selon moi, les décisions en matière de politique de migration doivent viser à rendre la migration volontaire, sûre et régulière et nous devrions nous abstenir de discuter du "partage des charges" pour accueillir les migrants et les réfugiés, mais reconnaître le "partage des ressources" qu'apporte l'arrivée des réfugiés et des migrants dans nos nombreuses communautés vieillissantes et fatiguées, en particulier celles des zones rurales et marginalisées", a-t-il déclaré.

Mgr Vitillo a noté que de nombreux pays européens et autres pays à revenu élevé et moyen connaissent un fossé démographique qui devrait s'aggraver avec le temps et qui aura un impact important sur l'économie et le bien-être général des générations futures, soulignant la nécessité d'accueillir le plus grand nombre possible de personnes venant d'autres pays.

Il a ajouté que le thème de cette année, "Forcés comme Jésus-Christ de fuir", qui a été donné par le Saint-Père "nous confronte de façon très vive à la peur et à l'anxiété de Marie, de Joseph et de l'enfant Jésus, ainsi qu'à la panique d'innombrables migrants, réfugiés et personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays".

L'Ancien Testament, dit-il, est rempli de remontrances pour accueillir les étrangers et les gens de l'extérieur et rappelle au peuple d'Israël qu'ils étaient autrefois des étrangers en Égypte.

"Dans son récit évangélique de la vie de Jésus, saint Matthieu rapporte que Marie et Joseph ont été contraints de fuir en Égypte dans l'obscurité de la nuit", a raconté le responsable de la CICM. 

Il a ajouté : "Lorsque j'entends les histoires des réfugiés que nous servons grâce aux efforts des églises locales et au travail mondial de la Commission internationale catholique pour les migrations (CICM), leurs voyages sont motivés par la même recherche d'accueil, de protection, de promotion et d'intégration semble motivée par les mêmes forces qui ont poussé nos ancêtres juifs et chrétiens à quitter leur foyer et leurs circonstances de vie familières en quête de liberté, de paix et des nécessités de base de la vie".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]