La visite du Pape François au Madagascar "un événement humain et spirituel inoubliable" : Missionnaire

Le Pape François et le Père Pedro Opeka à Akamasoa, la " Cité de l'amitié ", à Madagascar le 8 septembre 2019.

Un an après la visite du Pape François à Madagascar, un prêtre missionnaire dont l'apostolat consiste à venir en aide aux personnes démunies de cette île au large des côtes de l'Afrique de l'Est, a fait part de ses souvenirs du voyage pastoral du pape du 6 au 8 septembre 2019, le décrivant comme "un événement humain et spirituel inoubliable".

Parmi les temps forts du voyage apostolique du Saint-Père à Madagascar, il y a eu sa visite à Akamasoa. Aussi connue comme la Cité de l'amitié, Akamasoa est une ville située à la périphérie d'Antananarivo.

À Akamasoa, le Pape François a rencontré le père Pedro Opeka, un pretre missionnaire argentin qui sert dans les îles de l'océan Indien depuis plus de 50 ans.

"C'est plus qu'un souvenir. C'est une expérience inoubliable. Une expérience humaine, spirituelle et fraternelle que tous les habitants de Madagascar et d'Akamasoa ont vécu lorsque le Pape est venu nous rendre visite dans notre village, les collines d'Akamasoa, puis la rencontre avec les jeunes", a déclaré le P. Pedro, fondateur de la Cité de l'amitié, dans une interview accordée le jeudi 10 septembre.

Il a ajouté en référence à la visite pastorale du Saint-Père : "Ce fut un moment inoubliable car le Pape est venu nous réconforter dans notre travail missionnaire, dans cet engagement évangélique que nous avons pris en faveur des pauvres". 

"Que le Pape soit venu en personne pour nous encourager dans cette ville, où seul Dieu sait ce que nous avons souffert, est un événement inoubliable et je le remercie de tout mon cœur", a souligné le prêtre membre de la Congrégation des Prêtres de la Mission (Lazaristes). 

Au deuxième tour de sa visite pastorale de six jours dans les trois pays africains du Mozambique, de Madagascar et de l'île Maurice, le pape François a visité la "Cité de l'amitié", où il a encouragé les jeunes "à ne jamais cesser de lutter contre les effets néfastes de la pauvreté". 

"Vous êtes venus en grand nombre ce soir, au cœur de cette Cité de l'amitié que vous avez construite de vos propres mains. Je ne doute pas que vous continuerez à la construire afin que de nombreuses familles puissent vivre dans la dignité", a déclaré le pape François le 8 septembre 2019.

Le père Pedro a fondé Akamasoa en 1990 en tant que "mouvement de solidarité pour aider les plus pauvres des pauvres" à Madagascar. 

Lors de sa visite dans cette ville de l'amitié le 8 septembre 2019, le Pape François a déclaré qu'Akamasoa "reflète une longue histoire de courage et d'assistance mutuelle. Cette ville est le fruit de nombreuses années de travail acharné".

Un an plus tard, le père Pedro, ancien élève du pape François, a révélé dans l’interview qu'il avait écrite au Saint-Père pour le remercier de sa proximité, en particulier avec les habitants d'Akamasoa et de Madagascar, en général.

"C'est grâce à l'aide que le Pape nous a apporté que nous avons pu survivre et continuer à travailler", a déclaré le compatriote du Pape François, ajoutant, en référence au Saint-Père, "je lui ai écrit une lettre au nom de tout le peuple d'Akamasoa pour le remercier et lui dire à nouveau combien nous sommes heureux de l'avoir reçu et qu'il sera dans nos prières pour toujours".

Près de 30 000 personnes vivent dans les maisons en briques des 18 villages d'Akamasoa. Tous les enfants qui vivent dans les villages fréquentent des écoles construites par la communauté.

Le Saint-Père a contribué à la réalisation de certaines des infrastructures à Akamasoa, a déclaré le père Pedro, prouvant ainsi les détails de l'impact de la subvention. 

" Nous avons construit 20 logements pour des femmes qui ont été abandonnées par leurs maris et qui ont de nombreux enfants. Il faut voir la joie de ces enfants et leurs mamans. J’ai envoyé au Pape les photos de ces mamans et de ces enfants qui vont habiter dans ces logements", a déclaré prêtre missionnaire.

Il a poursuivi : " Nous avons également construit un chemin en béton armé entre les collines, car l’ancien était très mauvais, pour que les gens ne puissent plus glisser et se tordre la cheville. Nous avons également construit une esplanade à l’endroit où le Pape avait béni les gens et nous l’avons appelée l’esplanade du Pape François ".

"Les gens viennent souvent ici pour méditer, pour faire des retraites. Les fidèles de toutes les paroisses de la ville d'Antananarivo viennent prier sur cette esplanade", a ajouté le père Pedro.  

Il a poursuivi en rappelant : "Un mois après la grande fête de l'accueil du Pape, nous avons célébré le 30e  anniversaire d'Akamasoa à côté d'une décharge, où nous avons un stade. Il y avait aussi plus de 30 000 personnes. Des jeunes et des enfants aussi. Ce fut un autre moment extraordinaire, en présence de plusieurs invités, dont le président de la république, des ministres et des ambassadeurs", a déclaré le père Pédro.

S'adressant à l'ACI Afrique lors de la visite du Pape l'année dernière, le Père Pédro a déclaré, en référence à la Cité de l'amitié, "Nous sommes tous amis et en tant qu'amis, il y a une confiance mutuelle qui naît et quand la confiance mutuelle naît entre les gens, tout est possible. C'est la confiance que nous avons bâtie et découverte, créée ou construite ici depuis 30 ans qui est plus importante que l'argent que nous avons reçu".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]