Un évêque kenyan décédé reconnu comme pédagogue, un grand exemple d'humilité

Feu Mgr Linus Okok Okwach, décédé le 12 septembre à l'hôpital Sainte-Monique de Kisumu, dans l'ouest du Kenya.
Credit: Domaine public

Les Kenyans de tous horizons ont rendu hommage à feu Mgr Linus Okok Okwach, évêque émérite et fondateur du diocèse de Homa Bay au Kenya, qualifiant le prélat décédé samedi 12 septembre de véritable exemple de foi par les actes, d'éducateur et d'incarnation de l'humilité.

Mgr Philip Anyolo, administrateur apostolique du diocèse de Homa Bay, a annoncé la mort de Mgr Okok dans un communiqué obtenu par ACI Afrique en date du 13 septembre.

"Nous avons le regret de vous annoncer la disparition de notre évêque fondateur, Mgr Linus Okok Okwach, évêque émérite du diocèse catholique de Homa Bay. Nous prions pour la consolation de la fraternité de l'Église, de sa famille, de ses proches et de ses amis en ce moment difficile", a déclaré Mgr Anyolo, qui est l'ordinaire de l'archidiocèse de Kisumu et qui est également président de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB).

Un message envoyé plus tard par le secrétaire général du KCCB, le père Daniel Rono, a révélé que Mgr Okok était malade "depuis un certain temps" avant sa mort. Il est décédé à l'hôpital Sainte Monique, à Kisumu, dans l'ouest du Kenya.

"Mgr Linus était malade depuis un certain temps. D'autres détails seront communiqués en temps utile. Prions pour le repos de son âme et gardons sa famille, ses parents et ses amis dans la prière. Nos plus sincères condoléances au diocèse de Homa Bay et à l'archidiocèse de Kisumu", a déclaré le père Rono.

Né en 1952, le défunt évêque a été ordonné prêtre en 1980, nommé évêque du diocèse de Homa Bay en octobre 1993 et ordonné évêque en décembre 1993. 

Après avoir été évêque du diocèse de Homabay pendant quelque neuf ans, Mgr Okok a démissionné en février 2002 à l'âge de 49 ans.

Pour le père Charles Odira, du diocèse de Homa Bay, qui a été ordonné prêtre par le feu prélat, l'évêque était l'incarnation de l'humilité.

"Mgr Okok m'a ordonné prêtre en 2000 et je l'ai rencontré à de nombreuses autres occasions. Chaque fois que je l'ai rencontré, l'évêque m'a frappé comme la personne la plus humble que j’ai rencontrée dans la vie", a déclaré le père Charles à ACI Afrique.

"Quand il était évêque de Homa Bay, il vivait dans une structure très humble car le diocèse n'en était qu'à ses débuts. C'était une structure qui avait trois pièces, l'une était son bureau, l'autre où il dormait et l'autre où il prenait ses repas. Il est resté dans la chambre jusqu'à ce qu'il quitte le diocèse", a déclaré le prêtre, originaire de Homa Bay.

Selon le père Charles, Mgr Okok vivait dans une humble structure de l'actuelle pro-cathédrale de Homa Bay alors qu'il supervisait la construction de la maison de l'évêque, qu'il n'a jamais pu habiter lui-même.

Après sa démission en 2002, l'évêque fondateur du diocèse kenyan a rejoint l'archidiocèse métropolitain de Kisumu, où il a participé aux activités de l'archidiocèse, notamment aux ordinations sacerdotales.

Daniel Nyamuti, qui se rend à la paroisse de Mbita à Homa Bay, a rappelé ses derniers moments avec l'évêque qui a exprimé son inquiétude quant à la sécurité dans les îles Remba et Ringiti du lac Victoria, en disant que les autorités ne faisaient pas assez pour calmer la situation.

"L'évêque a dénoncé le laxisme des responsables de l'église et du gouvernement pour apprivoiser le traitement inhumain des habitants des îles Remba et Ringiti par des intrus. Il a souligné que nous devons continuer à coexister en tant que famille et église, quelle que soit la religion de chacun", a rappelé M. Daniel.

Mgr Okok s'est également entretenu avec le paroissien sur la place de la jeunesse catholique dans l'église et s'est dit "très préoccupé par le laxisme des jeunes à participer aux affaires de l'église".

Le prélat, qui a été nommé d'après une école de Homa Bay, a été acclamé comme un grand pédagogue et "un sage conseiller".

"Il se trouve que j'ai connu Mgr Linus Okok lorsque ma sœur a été admise à l'école de filles

Bishop Linus Okok à Kabondo", a écrit Berry O. Barack dans un post sur Facebook, et a ajouté : "J'ai lu des choses sur sa riche histoire. J'étais convaincu qu'il était un homme du Christ dévoué. C'était un pédagogue et un conseiller avisé. Il a écrit sa riche histoire. Que le Tout-Puissant accepte son âme". 

Le dimanche 13 septembre, le chef de l'opposition kenyane Raila Odinga a fait l'éloge de Mgr Okok, qu'il a qualifié de véritable exemple de foi par ses actes.

"Mgr Linus Okok, évêque émérite, était un véritable exemple de foi avec des actes. Sa mort est un grand coup pour l'Église catholique, notre pays et les habitants de Homa Bay qui ont continué à compter sur lui pour les guider dans leurs besoins spirituels et terrestres. Que Dieu Tout-Puissant accepte son âme", a déclaré Odinga.

Dans le communiqué du 13 septembre, Mgr Anyolo a déclaré que le programme des funéraires du défunt prélat seront communiqués ultérieurement.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]