Advertisement

Un prélat Kenyan demande aux apprenants de continuer à étudier à la maison malgré la fermeture prolongée des écoles.

Mgr Paul Njiru Kariuki, président de la Commission pour l'éducation et l'enseignement religieux du KCCB. Domaine public Mgr Paul Njiru Kariuki, président de la Commission pour l'éducation et l'enseignement religieux du KCCB.
Domaine public

L'évêque qui supervise la Commission pour l'éducation de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) a encouragé les élèves à continuer à entreprendre des activités éducatives et créatives chez eux après l'annonce que les écoles de ce pays d'Afrique de l'Est resteront fermées jusqu'en janvier 2021 au plus tôt en raison de la COVID-19.

"A nos chers apprenants, je demande humblement de continuer à étudier chez eux. Ils connaissent la matière qu'ils sont censés couvrir en primaire comme en secondaire. Par conséquent, ils devraient continuer à lire et à réviser", a déclaré le président de la Commission pour l'éducation et l'enseignement religieux du KCCB, Mgr Paul Njiru Kariuki, lors d'une interview avec ACI Afrique.

Il a ajouté lors de l'interview du mercredi 8 juillet : "Laissez-les avoir le temps de jouer et de se détendre et de s'occuper de choses précieuses comme aider leurs parents à faire le ménage, cultiver la terre, nettoyer l'enceinte de la maison, s'occuper des animaux domestiques, etc. On peut faire beaucoup de choses".

Depuis le 15 mars, les établissements d'enseignement au Kenya ont été fermés en raison de la pandémie du coronavirus. Le mardi 7 juillet, le secrétaire du cabinet de l'éducation du Kenya (CS), le professeur George Magoha, a annoncé que les écoles resteraient fermées jusqu'en janvier 2021.

Le CS a également annoncé l'annulation des examens de fin d'année pour les élèves du secondaire et du primaire, qui se déroulent habituellement en octobre et novembre respectivement. Les élèves redoubleraient également une année puisque les écoles ne ferment que trois mois après le début du calendrier scolaire.

Advertisement

Les établissements d'enseignement supérieur pourraient toutefois être réouverts progressivement à partir de septembre "dès que la conformité aux protocoles COVID-19 du ministère de la santé aura été approuvée", a annoncé le professeur Magoha le 7 juillet.

Mgr Kariuki a déclaré à ACI Afrique qu'il était "pleinement" d'accord avec les directives du ministère de l'éducation du Kenya "considérant que la sécurité et la santé des élèves et des étudiants sont très critiques en cette période de la pandémie du COVID-19. ”

Il a décrit les parents comme les "premiers enseignants" et les a exhortés à "enseigner les valeurs à leurs enfants, les aider à approfondir leur foi en Dieu, avoir le temps d'écouter leurs enfants et de discuter avec eux de leurs défis et de la manière de les relever".

L'Ordinaire su lieu du diocèse d'Embu au Kenya a ensuite encouragé les parents à passer du temps de qualité avec leurs enfants, en utilisant la fermeture prolongée de l'école pour "organiser des sorties intéressantes, engager leurs enfants dans des tâches utiles et les éduquer sur les questions de santé et de sexe".

"D'ici à janvier, soyez innovants et créez un emploi. Pensez en dehors des sentiers battus. Que pouvez-vous faire pour gagner votre vie ? Il y a 1001 façons de le faire. Alors, s'il vous plaît, enseignants, utilisez vos connaissances", a déclaré le prélat kenyan de 57 ans à l'ACI Afrique.

More in Afrique

Le Kenya a confirmé au moins 8 525 cas de COVID-19, 169 décès liés et 2 593 récupérations. Les rapports indiquent que dans la semaine se terminant le 5 juillet, le pays a enregistré en moyenne 216 cas de COVID-19 par jour.

Le lundi 6 juillet, le président Uhuru Kenyatta a annoncé la réouverture progressive du pays, mettant fin à trois mois de restrictions de circulation à l'entrée et à la sortie de quatre comtés de Nairobi, Mombasa, Kwale et Kilifi, considérés comme des points chauds COVID-19.

Suite au rapport du Conseil interconfessionnel, qu'il a constitué le 12 juin, le président a également annoncé la reprise progressive du culte public, en limitant les services de prière à une heure maximum et à une assemblée de 100 personnes maximum, entre autres mesures visant à minimiser le risque d'infection par COVID-19.