Bienheureux Daswa d'Afrique du Sud, un modèle du pardon : selon un évêque à l'occasion de l'anniversaire de sa béatification

Bienheureux Benoît Daswa, premier saint potentiel d'Afrique du Sud.
Credit: Domaine public

À l'occasion du cinquième anniversaire de la béatification du bienheureux Benoît Daswa, premier saint potentiel d'Afrique du Sud, un évêque du pays a salué l'attitude indulgente du martyr envers ses meurtriers et a encouragé le peuple de Dieu du pays à l'imiter.

"Il n'a pas retenu contre eux les péchés de ceux qui l'ont tué", a déclaré le dimanche 13 septembre Mgr João Noé Rodrigues du diocèse de Tzaneen en Afrique du Sud en référence au bienheureux Daswa et a ajouté : "Il est mort dans la prière et la prière reconnue comme ayant été dans son cœur et ses lèvres était la prière d'abandon de sa vie au Dieu-Père entre vos mains, je remets mon esprit".

Mgr Rodrigues, qui parlait pendant la messe à l'église catholique du Bon Pasteur de Halaborwa, la ville natale de la bienheureuse Daswa, a ajouté : "Benoît Daswa est mort dans cet esprit de ne pas chercher à se venger ou de vouloir que ses ennemis souffrent pour les péchés, mais en paix avec la vie dans son dernier souffle".

Que le bienheureux Daswa soit mort en ayant pardonné à ses persécuteurs, a déclaré le prélat sud-africain de 65 ans, est un "merveilleux témoignage" pour les chrétiens du diocèse de Tzaneen ainsi qu'en Afrique du Sud et au-delà.

"Dieu pardonne du fond du cœur. C'est un enseignement important pour nous et il souligne pourquoi nous acclamons le bienheureux Benoît Daswa, un martyr du Christ", a déclaré Mgr Rodrigues.

Le bienheureux Benedict Daswa était un enseignant de 43 ans du Limpopo, au nord de l'Afrique du Sud, qui a été tué par ses camarades de village pour son manque de croyance en la sorcellerie, qu'il considérait comme contraire aux enseignements de l'Église. 

Dans son message à l'occasion du cinquième anniversaire de la béatification de la Bienheureuse Daswa obtenue par ACI Afrique, le Promoteur de la Cause de Canonisation de la Bienheureuse

Daswa, Sœur Tshifhiwa Munzhedzi se souvient de lui "comme un homme de prière, un homme qui aimait l'église et qui ferait tout pour l'église".

"C'est pourquoi il a promis à sa femme qu'il ne lui construirait pas de maison avant d'avoir construit une église, une maison de Dieu, une promesse qu'il a remplie dès que l'église a été construite", a déclaré la religieuse dominicaine, ajoutant, en référence à la bienheureuse Daswa, "qu'il est connu pour son travail de charité, à l'école, dans sa communauté, dans l'église et avec sa famille élargie".

Né le 16 juin 1946 sous le nom de Tshimangadzo Samuel Daswa dans la tribu juive Lemba de la région rurale du Limpopo, la province la plus septentrionale d'Afrique du Sud, il a adopté le nom de Benoît lors de sa conversion du judaïsme. 

Le récit de sa vie indique qu'un orage de novembre 1989 accompagné de la foudre a frappé le village de Daswa, et qu'une catastrophe similaire s'est produite trois mois plus tard. 

Les anciens du village croyaient que la catastrophe de la foudre était due à la magie, et ont donc exigé une contribution financière de chaque village pour payer le "sangoma (guérisseur traditionnel)" qui "flairerait" la sorcière.

Daswa, un catholique convaincu et non croyant dans le récit magique, a refusé de payer la taxe en insistant sur le fait que la foudre était un phénomène naturel.

En rentrant chez lui après une course familiale le 2 février 1990 à 19h30, il a trouvé la route bloquée par des arbres tombés. Alors qu'il enlevait les arbres, un groupe de jeunes hommes qui l'avaient déposé dans un buisson voisin lui ont tendu une embuscade et ont commencé à le lapider.

Une Daswa blessée et saignant abondamment a couru se réfugier chez une voisine, mais la femme l'a abandonné après que les jeunes hommes aient menacé de la tuer. Daswa a été frappé à la tête, et de l'eau chaude s'est déversée dans ses oreilles et son nez.

À sa mort, il a dit : "Dieu, entre tes mains, reçois mon esprit."

Lors de son enterrement le 10 février 1990, les célébrants portaient des vêtements rouges pour indiquer qu'il était mort à cause de la haine de ses agresseurs pour sa foi.

Une pierre tombale achetée par sa mère, Thidziambi Ida Daswa, une convertie au catholicisme, a été dévoilée lors d'une messe spéciale en novembre 2000. 

En janvier 2015, le Pape François a approuvé un décret reconnaissant son martyre, ce qui a permis sa béatification.

Dans le décret, le Saint-Père décrit Daswa comme "un laïc, père de famille, martyr, catéchiste diligent, enseignant attentionné, témoin de l'Évangile jusqu'à l'effusion du sang".

Suite à ce décret, la dépouille de Daswa a été transférée à l'église catholique de Nweli en août 2015, en vue de sa béatification le 13 septembre 2015.

On estime à 30 000 le nombre de personnes parmi lesquelles sa mère de 91 ans et ses huit enfants ont assisté à l'événement organisé au Limpopo, qui était présidé par le préfet de la Congrégation pour les causes des saints de l'époque, le cardinal Angelo Amato.

"Le Saint-Esprit a transformé ce jeune Sud-Africain en un authentique héros de l'Evangile. Son cœur était plein d'amour pour Dieu et son prochain", a déclaré le cardinal Amato dans une interview, ajoutant : "Benoît Daswa est comme les premiers martyrs de l'Église qui, pendant les persécutions des empereurs romains, ont défendu leur foi par la prière, le courage et le pardon des ennemis".

Mutshiro Michael, un des fils de la bienheureuse Daswa, a déclaré à l'Agence France Presse (AFP) lors de la béatification : "Fier est un euphémisme pour décrire ce que je ressens". 

Le Pape François a déclaré le 1er février comme étant la fête de Benoît Daswa.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]