Les chefs d'église en Afrique du Sud demandent justice pour les victimes de l’épidémie de listériose de 2018

Les membres de la Commission Justice et Paix (CJP) de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) demandent justice pour plus de 2000 victimes de l' épidémie de listériose de 2018 , une infection décrite comme la pire du genre dans le monde.

Dans une interview accordée le mardi 14 septembre, le coordinateur de la CJP, le père Stan Muyebe, a déclaré à ACI Afrique qu'à la suite de l’épidémie due à la consommation de viande transformée infectée par la listéria, "plus de 300 familles ont perdu des proches et plus de 2000 personnes sont tombées malades" en l'espace de trois mois.

"La majorité des victimes de l’épidémie de listériose étaient des pauvres, car la viande transformée est un aliment abordable pour les pauvres", a déclaré le père Stan à ACI Afrique, ajoutant que "la plupart des victimes sont originaires des régions de Gauteng, Limpopo, Eastern Cape, Western Cape et Durban" en Afrique du Sud.

Afin de garantir la justice pour les malades et les familles des défunts, le responsable de la SACBC a déclaré que la direction de la CJP "est en première ligne d'une action collective" contre la plus grande entreprise alimentaire d'Afrique du Sud, Tiger Brands, dont la filiale, Enterprise Foods, produisait la viande.

Il a dénoncé le fait que Tiger Brands a refusé de s'excuser et a prolongé le processus de poursuite, une démarche qu 'il a déclaré que son bureau, en partenariat avec les avocats des victimes, cherche à contester. 

"Nous ne voulons pas d'une situation où les pauvres doivent attendre plus de dix ans avant de recevoir justice et de pouvoir tourner la page. Une justice retardée est souvent une justice refusée", a-t-il déclaré lors de l'interview du 14 septembre.

Avec le procès de l’action collective contre l'épidémie de listériose qui risque de prendre du temps, le Père Stan a déclaré que le rôle de l'Eglise n'est "pas seulement un processus technique" mais qu'il implique "un accompagnement pastoral, y compris des conseils et une guérison, pour les victimes de violations des droits de l'homme par les entreprises".

Dans sa quête pour obtenir justice pour les victimes de violations des droits de l'homme par sociétés multinationales (MNC), le coordinateur de la CJP a déclaré que son bureau cherche également à mettre en lumière le visage humain qui se cache derrière la cupidité des entreprises et la mondialisation économique.

En travaillant avec les victimes  de l'épidémie de listériose, les responsables de la CJP offrent une plate-forme aux victimes "pour qu'elles puissent retrouver leur voix et leur capacité à raconter leur histoire", a déclaré le père Stan à ACI Afrique, ajoutant qu'avant COVID-19, ils s'étaient associés à cette entreprise avec des artistes et le musée historique Constitutional Hill. 

"En ce qui concerne les victimes de la listériose, les sans-voix ont pu raconter leur histoire : une famille où les deux parents sont morts le même jour de la listériose laissant derrière eux deux orphelins qui souffrent maintenant pour joindre les deux bouts ; l'histoire d'un quartier de Soweto où trois familles ont perdu leurs proches le même jour après avoir mangé de la viande infectée par la listériose”, a-t-il déclaré à l'ACI Afrique.

Les victimes de la listériose en Afrique du Sud, poursuit le père Stan, racontent " l'histoire d'une jeune mère qui a perdu un mari pendant sa grossesse et qui a ensuite accouché d'un bébé qui a maintenant des problèmes de santé à cause d’une infection à la listériose.  Elle a perdu son emploi parce qu'elle a passé plus de cinq mois à l'hôpital avec sa fille malade.  Elle n'a pas les moyens de payer les factures médicales régulières de sa fille malade". 

"Ce sont toutes des histoires de douleur, résultant de la cupidité des entreprises.  Notre ministère en tant qu'Eglise a été d'accompagner les victimes afin qu'elles transforment leur histoire en une histoire d'espoir et de justice", a déclaré le prêtre sud-africain à ACI Afrique lors de l'interview du 14 septembre. 

La mondialisation économique, dirigée par les capitalistes et les entreprises, a mis l'Église en Afrique au défi de se concentrer non seulement sur son rôle prophétique de dire la vérité au pouvoir et aux politiciens, mais aussi "d'inclure une dimension supplémentaire ... à savoir exiger des responsabilités en matière de droits de l'homme de la part des puissantes entreprises multinationales".

Outre la société Tiger Brands, le Père Stan a également mis en avant d'autres multinationales telles que la société de construction automobile, Toyota et les sociétés minières dont les opérations en Afrique du Sud "ont causé des incidents de dommages massifs dans la vie des pauvres".

Les responsables de la CJP participent également à des actions collectives en justice pour demander aux compagnies minières "de rendre compte de leur incapacité à prévenir une épidémie de silicose et de maladie pulmonaire noire chez les pauvres qui travaillaient respectivement dans les compagnies d'extraction d'or et de charbon", a-t-il déclaré à ACI Afrique.

En raison de la vulnérabilité des mineurs malades et des victimes de la listériose, le Père Stan a révélé que certains d'entre eux avaient succombé au COVID-19. 

Le coordinateur de la CJP s'inquiète du fait que la majorité des victimes des violations des droits de l'homme par les entreprises sont les pauvres qui "n'ont pas de ressources, de pouvoir et de voix lorsqu'ils sont confrontés à des géants tels que les sociétés multinationales".

En conséquence, il a déclaré à ACI Afrique que les multinationales opérant en Afrique "s'en tirent littéralement avec des meurtres et des blessures sans conséquences ni responsabilité", une culture de l'impunité, que l'Église d'Afrique du Sud s'efforce de changer avec un message "que la vie des pauvres est plus importante que la création de richesse pour les investisseurs".

"Défendre la dignité des pauvres est plus important que de défendre l'autonomie des marchés et du secteur privé", a déclaré le père Stan à ACI Afrique lors de l'interview du 14 septembre.

Il a ajouté : "Il ne devrait pas y avoir de routine lorsque l'industrie minière, dans sa cupidité, crée délibérément une épidémie de maladies pulmonaires parmi ses travailleurs dans un pays africain.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]