L'Église en Afrique du Sud défie les revers pour réinstaller les victimes des expulsions forcées de l'apartheid

Chaque fois que Moses Makunyane passe devant sa maison ancestrale, un vaste terrain de 3 000 hectares niché dans la province du nord de l'Afrique du Sud, les souvenirs de son enfance dans une grande famille envahissent son esprit.

C'était une famille heureuse composée de plusieurs oncles, frères et cousins qui vivaient heureux à Tlame, un village isolé de la province sud-africaine du Limpopo, jusqu'à ce qu'ils soient tous jetés à la rue il y a plus de 40 ans par un puissant chef de village.

Dans un entretien avec ACI Afrique, Moses a évoqué une belle maison dans laquelle vivait la famille élargie, avec plusieurs maisons qui entouraient un centre d’initiation que son grand-père dirigeait, admettant de jeunes garçons pour leur intégration culturelle dans la communauté.

Aujourd'hui, ce qui reste de la maison et de l'école pour lesquelles le clan Makunyane était très estimé tourmente des tas de ruines. 

"Un jour, j'espère retourner dans ma maison ancestrale et reconstruire l'école d'initiation de mon grand-père. Je n'aurai peut-être jamais la paix dans mon cœur tant que je n'aurai pas fait renaître l'école, la seule chose qui a apporté la dignité à mon clan", dit Moses à ACI Afrique.

L’homme de 66 ans a de faibles souvenirs de l'expulsion forcée qui s'est produite il y a plusieurs décennies au plus fort du régime d'apartheid en Afrique du Sud. Cette expulsion s'est produite à deux reprises, d'abord par le gouvernement colonial en 1928, alors que son père avait 18 ans.

"Le gouvernement colonial voulait donner nos terres au chef comme un cadeau. Mon grand-père et mes oncles ont fui. Mais mon père a refusé de partir et a été chargé de deux vaches pour garder sa famille sur la terre", dit-il, et ajoute : "Le jour où mon grand-père et mes oncles sont partis, le clan Makunyane s’est dispersé dans tout le district, car ils ont été mis dans des maisons séparées". 

Moses a assisté à la deuxième expulsion en 1978, cette fois-ci avec le chef exerçant beaucoup de pression sur la famille. Son père étant trop âgé pour se battre, l'unité restante du clan Makunyane a quitté sa vaste terre fertile, cherchant du réconfort dans une résidence de 900 mètres carrés, à environ 5 kilomètres de sa maison ancestrale. 

"Ce fut le coup de grâce pour notre famille", dit le vieillard, qui ajoute : "Nous avons été encore plus séparés. Il n'y avait pas d'eau à l'endroit où on nous a montré à rester. Il n'y avait pas de place pour cultiver. Et nous avions laissé derrière nous l'école d'initiation de mon grand-père. C'était un moment très douloureux dans notre vie".

Son père, qui avait perdu le combat contre la seconde expulsion, incapable de s'adapter aux nouveaux changements de sa vie, a sombré dans la dépression et est mort quelques mois plus tard.

Jusqu'à présent, Moses a mené une quête ardente de justice, pour récupérer sa terre ancestrale. Son expérience n'est pas un cas isolé en Afrique du Sud, où des milliers de victimes d'expulsion forcée sont engagées dans une quête similaire depuis des années.

Les documents fournis par la Commission Justice et Paix (CJP) de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), qui s'efforce de veiller à ce que les victimes d'éloignement forcé obtiennent justice, indiquent que 26 ans après que l'Afrique du Sud indépendante s'est engagée dans un programme de restitution des terres aux victimes, peu de choses ont été faites pour aider ce groupe.

Le programme a débuté en 1995 et il était prévu qu'il soit achevé dans un délai de cinq ans. 

Dans une interview avec ACI Afrique le lundi 14 septembre, le coordinateur de la CJP, le père Stan Muyebe, a déclaré qu'il y avait eu deux séries de demandes de restitution de terres et qu'il y avait d'énormes retards dans le règlement des demandes lors de ces deux séries. 

"Il y a plus de 8000 demandes en suspens du premier tour", a déclaré le père Stan à propos de la première demande de restitution qui a pris fin en 1998, et a ajouté : "Il y a plus de 160 000 demandes en suspens du deuxième tour".

Ce sont, dit-il, les demandes que les gens ont déposées devant la Cour constitutionnelle qui ont suspendu le traitement des demandes du deuxième tour. 

"Lorsque le processus de dépôt et de règlement des nouvelles demandes du deuxième tour sera rouvert, on estime qu'un total de 397 000 nouvelles demandes seront déposées", a déclaré le père Stan à ACI Afrique.  

Le responsable de la CJP a en outre déclaré que le deuxième cycle introduit par le gouvernement sud-africain en 2014 était hautement politique et servait largement les intérêts de l'élite, y compris ceux des chefs traditionnels et des entrepreneurs noirs.

Certains de ces chefs traditionnels et entrepreneurs noirs, a-t-il dit, ont depuis lors déposé des contre-prétentions aux demandes présentées par les pauvres lors du premier tour. C'est le plus grand défi que Moses doit relever.

"La raison pour laquelle notre demande a été retardée pendant des années au tribunal est que le chef qui nous a chassés de nos terres pendant l'apartheid a lancé une contre-demande à la nôtre en disant que la terre lui appartient. Et le gouvernement semble soutenir le chef alors que la terre nous appartient", dit la personne expulsée, âgée de 66 ans.

Il ajoute : "Cela prend trop de temps et j'ai peur que si jamais j'obtiens justice, je sois trop vieux pour mettre en place l'école d'initiation".

En 2015, la Cour constitutionnelle d'Afrique du Sud est intervenue pour bloquer les intérêts des élites.  Elle a déclaré que le traitement des demandes du deuxième tour devrait être suspendu jusqu'à ce que celles du premier tour soient réglées. 

Le Père Stan a observé qu'il y a une polarisation raciale et politique croissante autour de la question de la terre en Afrique du Sud et a noté que la justice foncière est essentielle pour la stabilité de la démocratie dans le pays.

"Si la question foncière n'est pas traitée correctement, elle peut constituer une menace plus importante pour la stabilité sociale, économique et politique. Ce sont les pauvres qui seront touchés par une telle évolution. C'est pourquoi l'Église est impliquée dans la question foncière", a-t-il déclaré.  

Le responsable de la SACBC a déclaré à ACI Afrique que certaines des communautés rurales pauvres qui avaient été affectées par le "profond désordre" qui entourait le programme de restitution des terres avaient mis en place des mouvements sociaux comme plate-forme où ils pouvaient conjointement contester les échecs du gouvernement dans le cadre du programme de restitution des terres.

"La Commission Justice et Paix travaille avec certains des mouvements sociaux nationaux, en particulier le Mouvement des Sans Terre, le Mouvement du Bouclier Terrestre et le Mouvement des Peuples Ruraux", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que l'objectif principal de la CJP de la SACBC en accompagnant les victimes est de les encourager à embrasser la paix et à ne pas recourir à la violence qui peut découler de plus de 20 ans de justice différée.

("Les victimes") attendent maintenant depuis plus de 22 ans que le gouvernement traite leur revendication territoriale.  Il y a une énorme tentation, et parfois une pression politique, d'entreprendre l'occupation des terres et la violence comme moyen de récupérer leurs terres", a déclaré l'Ecclésiaste.

"La Commission Justice et Paix a mis au défi les mouvements sociaux d'adopter une culture de non-violence, y compris un engagement à la résistance non-violente à l'injustice foncière", a-t-il déclaré, ajoutant que la branche Justice et Paix de l'Eglise d'Afrique du Sud a aidé les mouvements sociaux à entreprendre des protestations non-violentes et à accéder à une représentation légale dans la cour des revendications territoriales.  

"Dans certaines provinces, nous facilitons le dialogue entre les victimes de l'expulsion forcée et la commission foncière afin que les deux parties élaborent un plan d'action commun nécessaire pour régler les revendications territoriales en suspens dans la province", a déclaré le père Stan.

Grâce à l'accompagnement pastoral et technique de ces mouvements sociaux par la CJP, plusieurs mouvements sociaux ont pu obtenir 920 demandes de règlement, a déclaré le Prêtre. 

Mais des obstacles tels que le sabotage par des politiciens corrompus et des intérêts d'élite, d'énormes arriérés, des contre-prétentions ainsi que le manque de ressources gouvernementales font obstacle à la justice pour les victimes d'éloignement forcé ainsi qu'à la CJP qui travaille avec les victimes.

En ce qui concerne la corruption, le clerc amis en lumière des cas de fonctionnaires qui exigent des pots-de-vin, de demandeurs de terres qui déposent des demandes frauduleuses et de propriétaires terriens qui proposent de vendre les terres à un prix gonflé.

"L'accélération des programmes de réforme agraire, y compris la restitution des terres, ne réussira jamais si les questions de cupidité et de corruption ne sont pas traitées de manière adéquate", a déclaré le père Stan.  

Il a noté que le gouvernement sud-africain a déjà admis qu'il n'avait pas la capacité et les ressources budgétaires suffisantes pour traiter toutes les demandes.

"Le système de modélisation du Trésor a estimé qu'il faudra plus de 200 ans pour finaliser les réclamations du premier tour, pour un coût de 600 milliards de rands (37milliards de dollars US)", a-t-il déclaré, ajoutant que lorsque le dépôt des réclamations sera rouvert pour le second tour, on estime qu'un total de 397 000 réclamations seront déposées et qu'il faudra 709 ans pour finaliser ces réclamations.

Les défis, a dit le Père Stan, ont généré ce qu'il appelle "une crise de restitution".

"Il existe différentes plateformes qui discutent des solutions possibles à la crise de la restitution.  La Commission Justice et Paix veut s'assurer que les pauvres des zones rurales et leurs mouvements sociaux soient inclus dans ce dialogue politique", a-t-il déclaré à ACI Afrique le 14 septembre. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]