"Le sang de ces martyrs ne sera pas vain”, Un prêtre sur les meurtres au Nigeria

Le père Sam Ebute prie sur une fosse commune au Nigeria.
Credit: Aide à l'Église en détresse (AED)

Un prêtre catholique exerçant son ministère dans l'État de Kaduna au Nigeria, qui a connu de nombreuses attaques contre des civils innocents, a exprimé la frustration de devoir organiser des enterrements successifs des victimes de la violence dans sa paroisse et a décrit ceux qui ont perdu la vie comme des "martyrs" dont le sang n'a pas été versé "en vain".

Le père Sam Ebute, directeur des vocations de la Société des missions africaines (SMA) à Kagoro, dans l'État de Kaduna, s'est adressé à l'Aide à l'Église en détresse (AED), exprimant sa désillusion face à la situation désastreuse de l'une des régions les plus touchées du nord du Nigeria.

"Je suis consolé par le fait que Dieu n'est pas mort et qu'il veille. Son temps viendra. Il nous a dit dans le Psaume 46:10 de nous confier en lui. Le sang de ces martyrs ne sera pas vain", a déclaré le père Sam dans un message que l'organisation caritative pontificale a partagé avec ACI Afrique.

Le directeur des vocations du SMA a raconté comment, en quelques semaines, il avait organisé des enterrements massifs de chrétiens, pour la plupart des femmes et des enfants qui avaient été attaqués par des terroristes à Kagoro.

À la suite de l'une des attaques les plus meurtrières le 21 juillet dernier, le prêtre a déclaré qu'il devait enterrer 21 de ses paroissiens qui ont été tués lors de l'attaque de minuit.

"Cela s'est passé vers 23h20 le 21 juillet dans le village de Kukum Daji, à environ 10 minutes de route de Kagoro. La communauté avait un rassemblement de jeunes lorsqu'ils ont soudainement entendu des coups de feu et des bruits d'hommes qui criaient. Pour eux, c'était un scénario bien trop familier qui se déroulait à nouveau comme ils l'avaient vu à Agwala, Doka, Kaura et Zangon Kataf," a déclaré le père Sam à L’AED, énumérant certains des endroits du nord du Nigeria où des bandits avaient tué des civils innocents.

En moins de deux heures, a raconté le prêtre, les bandits ont laissé 17 jeunes morts, surtout des filles, tandis que quatre sont morts sur le chemin de l'hôpital.

Une trentaine d'autres personnes ont été gravement blessées et ont dû être soignées dans les hôpitaux de Kafanchan et de Kaduna, raconte-t-il, ajoutant que ce n'était pas la première fois qu'il voyait de telles attaques et qu'il devait participer à l'enterrement des fidèles. 

"Pendant quatre ans, depuis que je suis devenu prêtre en 2016, j'ai enterré mes paroissiens. En 2017, j'ai dû enterrer une femme qui avait été tuée avec ses quatre enfants la nuit, à Tachira. En 2018, à Tsonje, la paroisse a dû également enterrer quatre personnes qui ont été tuées. En 2019, à

Zunruk, sept jeunes ont été tués en plein jour alors qu'ils jouaient au football", se souvient le père Sam.

Au cours des sept derniers mois, dans le sud de l'État de Kaduna, dans le centre-nord du Nigeria, les communautés chrétiennes ont fait l'objet d'attaques incessantes qui ont fait 178 morts.

La multiplication des meurtres de chrétiens nigérians par des bergers peuls qui prennent également pour cible les musulmans dans ce pays d'Afrique de l’ouest a été assimilée à un génocide.

Mgr Matthew Kukah du diocèse de Sokoto au Nigeria, à qui l'on a demandé s'il était d'accord pour que les meurtres de chrétiens par les Peuls puissent être qualifiés de génocide selon le droit international, a déclaré à l'AED : "Je le crois.

Dans une déclaration des évêques catholiques de la province de Kaduna envoyée à l'organisation caritative catholique, les évêques ont déclaré : "Des nuages noirs de violence ont enveloppé notre pays. Notre pays est sous l'emprise ferme de la sinistre faucheuse. Ces dernières années, les auteurs de cette violence se sont emparés du pays et ont mis nos forces de sécurité sur la défensive".  

Les prélats ont noté que le principal défi du Nigeria au cours des dix dernières années a été de contenir le groupe terroriste Boko Haram et qu'il y a deux ans, l'armée a annoncé qu'elle avait dompté la situation.

"Notre joie a été de courte durée, car l'histoire s'est progressivement aggravée", se sont plaints les évêques.

Ils ont ajouté : "Aujourd'hui, presque tous les États du Nord sont en proie à ces pourvoyeurs de violence et de mort. Au cours des trois dernières années, nous avons été témoins d'attaques et de pillages incessants de communautés entières par des bandits dans des États comme la Bénoué, le Kebbi, le Plateau, le Kaduna, le Katsina, le Nasarawa, le Niger, le Sokoto, le Zamfara. Des milliers de vies ont été perdues par ces bandits qui ont opéré avec un abandon implacable".

Les évêques de la province ecclésiastique de Kaduna au Nigeria ont affirmé que les ravages de Boko Haram, les bergers, les ravisseurs et les bandits ont "transformé tout le monde en victime."

 

"Les habitants du sud de Kaduna se sentent abandonnés par leur gouverneur dans leur chagrin", ont déclaré les évêques, une opinion à laquelle le père Sam se rallie.

"Ce qui rend tout cela encore plus difficile est le fait que le gouvernement ne prend pas de mesures décisives pour enrayer la menace. C'est la chose la plus dévastatrice et la plus frustrante à imaginer", déclare le père Sam.

Le prêtre qui vit au Nigeria a aussi expliqué la difficulté de prêcher aux victimes de la violence.

"Une autre chose qui est difficile à gérer est de prêcher le pardon, la réconciliation, la paix et l'amour aux personnes dont les moyens de subsistance leur ont été arrachés, leur prospérité s'amenuisant et étant détruite à la suite de ces attaques", dit-il.

Toutes les communautés où le banditisme a le plus augmenté sont les zones où les missionnaires exercent leur ministère. Elles relèvent toutes de la paroisse principale de St Joseph à Kagoro, dans le diocèse de Kafanchan où le Père Sam exerce son ministère.

"Ces sept dernières semaines, nous avons enterré nos paroissiens sans en voir la fin. Ces derniers attentats nous ont tous laissés dans la peur et surtout la peur de l'inconnu car nous ne savons pas quand la prochaine série d'attentats aura lieu et ce qui la déclenchera. Nous ne pouvons pas pratiquer notre culte en paix. Nous n'avons pas confiance dans la sécurité de nos maisons", déclare le père Sam.

Il ajoute dans son partage avec les responsables de l'AED : "Nos déplacements sont limités, nos fidèles ne peuvent pas vaquer librement à leurs activités. C'est la saison agricole maintenant, mais ils n'osent pas se rendre dans leurs fermes de peur d'y être attaqués. Ils ont laissé leurs récoltes périr. C'est comme si on nous avait laissés périr à cause de notre foi".

Interrogé sur sa tâche en tant que prêtre missionnaire, le père Sam a répondu : "Quand vous êtes berger et que de telles attaques se produisent, c'est aussi difficile pour vous que pour eux. Mais vous devez être disponible pour eux, les réconforter, prier pour eux et les encourager à garder leur foi en Dieu et à tenir bon. ”

"Nous offrons un soutien spirituel, moral et matériel du mieux que nous pouvons", dit le père Sam en référence à son ministère de prêtre missionnaire parmi le peuple de Dieu attaqué dans la province ecclésiastique de Kaduna au Nigeria.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]