Advertisement

Nouveaux détails sur la gestion des finances du Vatican par le cardinal Becciu

Le 1er décembre 2015, Mgr Angelo Becciu, alors archevêque, bénit le Centre d'information des pèlerinages pour le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Daniel Ibáñez/CNA. Le 1er décembre 2015, Mgr Angelo Becciu, alors archevêque, bénit le Centre d'information des pèlerinages pour le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde.
Daniel Ibáñez/CNA.

Suite à sa démission le jeudi 24 septembre, de nouveaux rapports révèlent des détails sur la façon dont le cardinal Angelo Becciu a géré les affaires financières du Vatican, développant une histoire que CNA a dévoilée pour la première fois l'année dernière.

Les relevés du portefeuille montrent que Becciu a utilisé des millions d'euros de fonds caritatifs du Vatican dans des investissements spéculatifs et risqués, et qu'il a dirigé l'argent du Vatican et des évêques italiens vers des "prêts" pour des projets appartenant à ses frères et gérés par eux.

Becciu a démissionné de son poste de préfet de la Congrégation du Vatican pour les causes des saints et des droits accordés aux membres du Collège des cardinaux le 24 septembre.

Le cardinal avait auparavant occupé le poste de "sostituto", ou fonctionnaire de second rang à la Secrétairerie d'État, de 2011 à 2018.

Après sa démission, Becciu a déclaré au journal italien Il Messaggero qu'il était "choqué" et "troublé". Il a qualifié sa démission de "coup dur pour moi, pour ceux qui me connaissent et me respectent, et pour ma famille".

Advertisement

CNA a rapporté que pendant son mandat de "sostituto", Becciu a utilisé des prêts de plusieurs banques suisses, dont la BSI et le Crédit Suisse, pour financer au moins partiellement l'achat controversé d'un immeuble au 60 Sloane Avenue à Londres.

Becciu a déclaré vendredi que le Vatican n'avait "rien trouvé" sur lui concernant la transaction de l'immeuble de Londres, et que d'autres accusations "n'ont pas d'infraction pénale".

"Par esprit d'obéissance et par amour pour l'Eglise et le Pape, j'ai accepté sa demande de se retirer", a-t-il déclaré. "Mais je suis innocent et je vais le prouver. Je demande au Saint-Père d'avoir le droit de me défendre".

Un nouveau rapport de l'hebdomadaire italien L'Espresso a montré que Becciu a donné au financier Enrico Crasso, ancien directeur du Crédit Suisse, le contrôle de millions d'euros de fonds d'investissement du Vatican provenant de la Secrétairerie d'État et de l'organisation caritative papale, le denier de Saint-Pierre.

Crasso est également le gestionnaire du Centurion Global Fund, un fonds d'investissement utilisé par la Secrétairerie d'État, qui a des liens avec deux banques suisses ayant fait l'objet d'une enquête ou étant impliquées dans des scandales de corruption et de blanchiment d'argent. Comme l'a rapporté CNA, il s'agit du même fonds dans lequel la Secrétairerie d'État du Vatican a investi des millions d'euros, y compris avec l'argent donné du denier de Saint-Pierre.

More in Afrique

Les rapports montrent que les investissements du fonds ont perdu de l'argent alors que ses gestionnaires, dont Crasso, ont récupéré des millions en honoraires. Le fonds d'investissement Centurion fait l'objet d'une enquête par les autorités du Vatican depuis décembre 2019.

Selon L'Espresso, Crasso a dirigé l'argent du Vatican vers des fonds hautement spéculatifs avec de faibles marges de rendement et basés dans des paradis fiscaux.

L'hebdomadaire a déclaré que Becciu a également utilisé l'argent du denier de Saint-Pierre et les fonds de la conférence épiscopale italienne pour financer des projets appartenant à trois de ses frères et gérés par eux.

L'Espresso a rapporté que Becciu a obtenu deux prêts de la conférence des évêques italiens pour payer deux prêts non remboursables de 300 000 euros chacun à la Spes Cooperative en 2013 et 2015.

La Spes Cooperative est la branche opérationnelle de la Caritas diocésaine de l'ancien diocèse de Becciu à Ozieri en Sardaigne. Le propriétaire et représentant légal de la Spes Cooperative est le frère de Becciu, Tonino.

Advertisement

En 2018, Becciu a donné à la Spes Cooperative une troisième somme de 100 000 euros provenant du denier de Saint-Pierre, dont il avait le contrôle en tant que "sostituto".

Il semble que des questions se posent quant à savoir si ces fonds ont été utilisés à des fins prétendument charitables.

L'évêque d'Ozieri et président de la Caritas diocésaine, Corrado Melis, a affirmé dans une déclaration adressée à Becciu le 24 septembre que la Caritas diocésaine "n'a jamais été le bénéficiaire" de faveurs indues ou illégitimes, et qu'elle n'a "jamais utilisé un seul centime" des fonds donnés pour des œuvres caritatives à d'autres fins.

Becciu lui-même a nié toute culpabilité, disant qu'il "a peut-être fait une erreur par trop d'amour pour mon diocèse, mais je ne vois pas le crime". Je suis prêt à crier la vérité", a rapporté Il Fatto Quotidiano.

Un deuxième cas de Becciu travaillant en faveur d'un frère se serait produit lorsqu'il était nonce papal en Angola et plus tard à Cuba, lorsque l'entreprise de menuiserie du frère de Becciu, Francesco, a été engagée pour meubler et réparer plusieurs églises dans les deux pays.

Becciu aurait également contribué à faire venir des clients pour Angel's srl, un distributeur de spécialités alimentaires et de boissons, dont un autre frère, Mario, est associé majoritaire et représentant légal.

La famille Becciu a publié vendredi une déclaration selon laquelle les informations selon lesquelles des membres de leur famille auraient reçu des faveurs financières de leur frère, le cardinal, étaient "infondées et malicieusement fausses, en particulier pour les références imaginatives et impossibles à prouver à de prétendues donations du denier de Saint-Pierre".

Il semblerait que les recettes importantes des sociétés des frères Becciu aient été réinvesties par la suite dans des actions, des holdings et des montages financiers à faible risque. Les revenus générés par ces investissements ont ensuite été réinvestis dans des fonds précédemment investis par la Secrétairerie d'État, comme le Centurion Fund.

Par l'intermédiaire de Crasso, Becciu a également fait la connaissance de Lorenzo Vangelisti, PDG du groupe Valeur, une société de gestion d'actifs, de conseil, de commerce et d'immobilier.

Vangelisti a participé à l'achat par le Vatican de la propriété de Sloane Avenue à Londres, avec le directeur de Valeur capital, Alessando Noceti, qui travaillait pour Suisse Credit à Londres.

Ce n'est pas la seule fois que Becciu a été accusé d'avoir utilisé sa position au profit de membres de sa famille. L'année dernière, CNA a fait état de l'embauche de la nièce de Becciu, Maria Piera Becciu, comme secrétaire personnelle du père Franco Decaminada, l'ancien président d'un hôpital italien, également lié à un scandale financier du Vatican.

Decaminada avait approché Becciu en 2011, peu après son entrée en fonction à la secrétairerie d'État, lui demandant de l'aide pour une proposition visant à ce que le Vatican fournisse à l'Istituto Dermopatico dell'Immacolata (IDI), en faillite, 200 millions d'euros.

Decaminada était alors un membre éminent des Fils de l'Immaculée Conception, l'ordre qui possédait et supervisait alors l'IDI. Il a été arrêté en 2013 et envoyé en prison pour son rôle dans la fraude et la corruption massives qui ont entouré l'effondrement de l'IDI, et a fini par se lier.

Comme l'a rapporté CNA en 2019, Becciu a également été accusé de tenter de dissimuler des millions d'euros de prêts dans les bilans du Vatican en les annulant par rapport à la valeur de la propriété de Londres, une manœuvre comptable interdite par les politiques financières approuvées par le Pape François en 2014.

Les prêts, acquis par l'intermédiaire de banques suisses, ont déclenché un conflit interne entre la Secrétairerie d'État et les autorités financières du Vatican, en particulier avec le cardinal George Pell, alors responsable du Secrétariat à l'économie.

Dans une déclaration à la suite de la démission de Becciu jeudi, Pell a déclaré qu'il espérait que "le nettoyage des écuries se poursuive tant au Vatican qu'à Victoria".

"Le Saint-Père a été élu pour assainir les finances du Vatican. Il joue un long jeu et doit être remercié et félicité pour les récents développements", a-t-il déclaré depuis Sydney, en Australie.