Joie et gratitude à Dieu suite à la libération d’un missionnaire au Niger après deux ans en captivité

Le père Pier Luigi Maccalli, libéré le jeudi 8 octobre après deux ans de captivité.
Credit: SMA

La libération du père Pier LuigiMaccalli, enlevé il y a un peu plus de deux ans au Niger, a apporté de la joie et gratitude aux membres du clergé en Afrique et au-delà qui ont interprété l'événement comme une réponse à des supplications concertées. 

Membre de la Société des Missions Africaines (SMA), le père Luigi Maccalli, d'origine italienne, a été enlevé par des inconnus dans son église dans la nuit du 17 septembre 2018 à Bomoanga, près de la frontière entre le Niger et le Burkina Faso.

Le jeudi 8 octobre, le gouvernement malien a annoncé la libération du père Luigi ainsi que de trois autres personnes, dont la politicienne malienne Soumaïla Cissé, une assistante sociale française, Sophie Petronin, et un citoyen italien, Nicola Chiacchio.

En annonçant la libération du P. Luigi Maccalli dans un communiqué obtenu par ACI Afrique, le Supérieur Général SMA, le P. Antonio Porcellato indique que "la joie de toute la famille SMA est grande et notre gratitude envers le Seigneur est encore plus grande".

"La famille Maccalli, avec le P. Walter Maccalli, notre confrère et frère du P. Luigi, et tous ceux qui étaient concernés, ont prié et contribué d'une manière ou d'une autre à la libération du P. Luigi", poursuit le prêtre basé à Rome.

Il encourage les membres de la Société de vie apostolique de continuer à prier pour les autres qui sont encore en captivité. 

Dans un message partagé avec ACI Afrique, le supérieur provincial de la province SMA du Niger-Bénin, le père Selako Desire, déclare que la libération du père Luigi Maccalli est une "bonne nouvelle" pour les membres de la Société.

"Avec un cœur reconnaissant, je souhaite vous remercier tous pour vos prières en faveur du Père Maccalli qui a été en captivité. Le Seigneur entend le cri des pauvres, béni soit le Seigneur", dit le supérieur provincial des SMA du Niger-Bénin dans son message du 9 octobre envoyé à ACI Afrique.

Il ajoute : "Nous remercions tous ceux qui ont prié avec nous pour la libération de notre frère Luigi. Continuons à prier pour la libération de ceux qui sont encore en captivité ; et pour ceux qui sont morts, qu'ils reposent en paix".

Le père Luigi Maccalli avait été missionnaire en Côte d'Ivoire pendant plusieurs années avant d'être affecté à l'archidiocèse de Niamey à la paroisse de Bomoanga, qui a été décrite comme "une zone isolée et négligée en raison du manque de routes, de communications et d'infrastructures".

Dans un message publié le vendredi 9 octobre, quelques heures après la libération du prtetre d'origine italienne, l'archevêque de Niamey, Mgr Laurent Lompo, a remercié "Dieu qui répond à nos humbles prières pour la libération du père Pier Luigi".

"Je saisis également cette occasion pour exprimer notre profonde gratitude à tous ceux qui ont prié et contribué à cette libération, en particulier les autorités politiques de notre pays", déclare l'archevêque de Niamey dans son message. 

Dans un autre message partagé avec ACI Afrique le 9 octobre, la direction de la maison de formation SMA de Nairobi, la capitale du Kenya, déclare : "Nos cœurs sont remplis d'une joie immense et d'une action de grâce au Seigneur".

"Nous nous joignons à la grande famille SMA pour remercier le Seigneur de la libération du confrère P. Pier Luigi Maccalli qui était en captivité depuis deux ans", dit et ajoute la direction de la Maison de Formation, "Nous continuons à prier pour d'autres personnes qui sont entre les mains des ravisseurs afin qu'elles soient également libérées". 

Dans son diocèse natal de Crema, la nouvelle de la libération du père Luigi Maccalli a été accueillies avec "une grande joie au son festif des cloches de la cathédrale dans sa paroisse de Madignano et dans de nombreuses églises du diocèses de Crema", a témoigné l'Ordinaire du lieu, Mgr DanieleGianotti.  

Pour sa part, le secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, basé au Vatican, Mgr Protase Rugambwa, qualifie la libération du P. Luigi de "signe spécial d'espoir pour nous tous, pour l'Afrique et pour l'Eglise universelle, en ce mois traditionnellement consacré aux missions et en vue de la prochaine célébration de la Journée mondiale des missions".

Dans son message du 9 octobre, Mgr Rugambwa, d’origine Tanzanien, ajoute : "C'est le signe et le témoignage vivant que la grâce du Christ agit et donne un nouvel espoir en temps de violence, de conflit et de pandémie".

Le prélat basé de Rome ajoute que la libération du P. Luigi "nous montre que la grâce du Christ est plus forte que toute difficulté et que nous devons toujours avoir confiance en lui. ” 

Après sa libération, le père Luigi Maccalli était attendu à Rome le 9 octobre.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]