Au Zimbabwe, les évêques "découragent" les messes télévisées dans les nouvelles directrices sur le culte public

La basilique Sainte-Marie dans l'archidiocèse de Bulawayo au Zimbabwe.
Credit: Domaine public.

Dans une déclaration collective annonçant de nouvelles directives pour guider la reprise du culte public au Zimbabwe, les évêques catholiques ont encouragé le peuple de Dieu de la nation d'Afrique australe à prendre part à la célébration de la Sainte Eucharistie en personne. 

"Nous décourageons désormais la retransmission en direct des messes et autres programmes pastoraux pertinents, sauf pour la nourriture spirituelle des fidèles qui peuvent être physiquement empêchés d'assister à la Sainte Messe", déclarent les membres de la Conférence des évêques catholiques du Zimbabwe (ZCBC) dans leur déclaration collective du lundi 12 octobre.

Ils ajoutent que les chrétiens ont "l'obligation d'assister à la Sainte Messe s'il n'y a pas de raison majeure de s'en absenter" et soulignent que "l'assistance physique en commun est plus gratifiante que la messe en ligne".

En juin, le culte public au Zimbabwe a repris sous des directives révisées qui autorisaient une congrégation de 50 personnes après que le président Emmerson Mnangagwa ait assoupli les restrictions COVID-19 qui étaient en place depuis mars.

En septembre, le nombre de fidèles a été revu à la hausse et porté à 100.

Dans leur déclaration du 12 octobre, les évêques rappellent certaines des directives émises lors de la reprise des messes publiques en juin en disant : "La sainte communion ne doit être reçue que sur la main... la réception du sang du Christ par les concélébrants et les membres de la congrégation reste suspendue".

"Le signe de paix pendant la messe est également suspendu", indiquent les membres de ZCBC dans leur déclaration collective intitulée "La joie de se réunir pour le culte public". ” 

Dans la déclaration adressée aux membres du clergé, aux religieux et aux laïcs du Zimbabwe, les évêques affirment également que tous les rassemblements de l'Église doivent être organisés "en respectant le nombre stipulé par le gouvernement". 

Dans les lieux de culte où la distanciation sociale n'est pas possible, les fidèles catholiques doivent être encouragés à se rassembler dans un espace ouvert, affirment les évêques.

Les sept évêques du Zimbabwe ordonnent également que les activités pastorales telles que les confirmations et les ordinations soient autorisées. Les réunions des conseils paroissiaux, des associations et des catéchumènes ont également été autorisées au niveau des paroisses et des doyens.

Cependant, les réunions diocésaines et les congrès nationaux restent suspendus jusqu'à ce que la situation dans le pays se normalise, affirment les membres de la ZCBC dans leur déclaration.  

Le coronavirus étant toujours une réalité dans ce pays enclavé, ils soulignent : "Nous devons être constamment conscients de la menace de COVID-19 et prendre toutes les précautions nécessaires, comme le demandent le conseil paroissial local, le personnel médical, le ministère de la santé et l'OMS".

Ils soulignent la nécessité de respecter strictement les directives de santé publique émises par le ministère de la santé, notamment le port de masques faciaux et la distanciation sociale lors des rassemblements et des fonctions religieuses telles que les funérailles. 

Les membres de la ZCBC ordonnent également aux prêtres, aux religieux et aux huissiers de veiller à ce que les fidèles respectent "les règles d'hygiène de base, à savoir se laver les mains avec du savon régulièrement et soigneusement, éviter les salutations et les contacts physiques, éviter de toucher les yeux, le nez et la bouche : se couvrir la bouche et le nez avec un coude plié ou un mouchoir en papier lorsqu'on tousse ou éternue et éviter de cracher en public".

Faisant référence aux 8.021 cas de coronavirus dont 230 décès et 7.627 guérisons qui ont été enregistrés dans le pays, les prélats expriment leur gratitude à Dieu que "l'impact de la pandémie n'ait pas été aussi sévère au Zimbabwe que dans d'autres parties du monde".

"Nous promettons notre proximité pastorale et nos prières communes par l'intercession de la Sainte Vierge Marie, pour les victimes de COVID-19", disent les membres de ZCBC en conclusion.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]