Les experts plaident pour un changement de tactique de l’Afrique dans la réalisation des propositions de «Fratelli Tutti»

En Afrique, les efforts pour atteindre la liberté économique ne fonctionnent pas car ils n'ont fait qu'élargir le fossé entre quelques individus riches et la majorité pauvre, ont déclaré des experts religieux qui se sont réunis pour discuter de la nouvelle encyclique du Pape François, Fratelli Tutti.

Les dirigeants, dont des experts en économie, en politique et en sécurité des pays africains et du Vatican, ont réitéré l'appel du Pape François à un "nouveau modèle économique" qui est inclus dans sa nouvelle encyclique.

"Nous avons besoin d'un nouveau modèle économique, non pas parce que le pape François le demande. Nous avons besoin d'un nouveau modèle parce que nous n'avons pas d'autre choix que de développer un modèle qui promeut la vie, à la fois maintenant et dans le futur", ont déclaré les organisateurs de l'événement virtuel du mardi 13 octobre dans une déclaration partagée avec ACI Afrique.

La direction de la Task Force Afrique de la Commission COVID-19 du Vatican qui a organisé la réunion a ajouté : "Dans Fratelli Tutti, le pape François parle de la manière dont nous pouvons créer un modèle qui soit inclusif et durable. Nous pouvons le faire !" 

Dans son discours d'ouverture de la session virtuelle, le secrétaire adjoint du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral (DIHD), le père Augusto Zampini, a déclaré que la vraie liberté est globale.

"Le néolibéralisme est un dogme qui se répète sans aucune solution. Il ne fonctionne pas", a déclaré le père Zampini. 

Il a ajouté : "Il est ridicule de penser que nous sommes libres quand seulement quelques personnes sont libres".

Le père Zampini, qui est à la tête de la Commission COVID-19 du Vatican, a également déclaré que les disparités économiques dans le Sud global composé de l'Afrique, de l'Amérique latine et des pays en développement d'Asie se manifestent dans la fourniture de services publics, y compris la santé.

"La santé est mieux considérée comme un service public qui nécessite des investissements. Nous ne devrions pas l'envisager en termes de besoins individuels. COVID-19 nous a appris que la santé est une question d'intérêt public parce que si mon voisin l'a, je peux finir par l'avoir aussi", a-t-il déclaré.

Le fonctionnaire du Vatican a insisté sur le fait que l'argent public de tous les pays, "pas seulement ceux du Sud", devrait être utilisé pour développer des équipements publics et ne pas rester entre les mains d'une petite élite.

Plus de 80 personnes se sont connectées à la discussion virtuelle qui a été modérée depuis Nairobi, permettant aux intervenants de délibérer sur les moyens de mettre fin aux "injustices mondiales qui affectent les économies africaines", comme le souligne le Fratelli Tutti du Pape François.

Dans l'encyclique publiée le 4 octobre, le Saint-Père exhorte les personnes de bonne volonté à promouvoir la fraternité par le dialogue, en renouvelant la société en faisant passer l'amour des autres avant les intérêts personnels.

Il commence par mettre en garde contre une "culture des murs" dans le monde qui se caractérise par la manipulation et la déformation de la démocratie, la perte de la communauté sociale et de l'histoire, l'égoïsme et l'indifférence envers le bien commun, entre autres tendances qui, selon le pape François, entravent le développement de la fraternité universelle.

Dans les chapitres suivants, il envisage une société où les gens s'embrassent et se soucient les uns des autres, indépendamment de leurs affiliations sociales, politiques et religieuses.

Le pape François décrit en outre la politique comme l'une des formes de charité les plus précieuses qui devrait être mise au service du bien commun, une notion que le président de la Conférence des Supérieurs Majeurs d'Afrique et de Madagascar (JESAM), le père Agbonkhianmeghe Orobator, partage.

Malheureusement, selon le père Orobator, qui a pris la parole lors de ce webinaire de deux heures, la politique en Afrique ne sert que les intérêts de quelques individus tout en plaçant une majorité en marge de la société.

"La politique sert les besoins de l'élite et exclut les pauvres et les vulnérables", a déclaré le père Orobator, qui a ajouté : "En fait, elle déforme le mot "peuple" qui est censé susciter l'idée d'Ubuntu dans le contexte africain".

Le théologien jésuite a également déclaré que les catholiques occupant des postes de pouvoir en politique n'ont pas répondu à la description que le pape François a faite de la politique comme une vocation de charité et les a exhortés soit à se racheter, soit à démissionner pour éviter de donner une mauvaise réputation à l'Eglise.

"Nous avons besoin de nouveaux modèles de politique, non seulement dans le Sud, mais dans l'ensemble du groupe, car nous sommes tous unis ; une politique avec un cœur, une politique saine comme le propose le pape François, nous offrant quelque chose de nouveau, quelque chose qui n'a pas été testé mais qui est réalisable", a déclaré le jésuite d'origine nigériane lors de la session de webinaires du 13 octobre.

Parmi les autres orateurs figurait Mme Noluthando Honono, une militante étudiante qui a dénoncé les bureaucraties des gouvernements africains qui, selon elle, entravent l'égalité d'accès aux services.

Teresia Wachira, une experte en matière de paix et de sécurité, a également pris la parole lors de l'événement. Elle a réitéré le message du pape François selon lequel les gouvernements qui se concentrent sur l'investissement dans les armes nucléaires refusent les ressources mondiales qui auraient été mieux utilisées.

"L'investissement dans une seule arme nucléaire peut servir à fabriquer 200 millions de vaccins pour prévenir une maladie dans un pays donné. Nous devons commencer à repenser la façon de mieux investir nos ressources", a déclaré le Dr Wachira.

Le sentiment de l'expert en sécurité a été repris par le père Zampini du bureau du Vatican qui a dénoncé les priorités mal placées des pays qui, selon lui, étaient occupés à investir dans les armes nucléaires alors que le reste du monde luttait contre la pandémie COVID-19.

"Il n'y a aucun moyen de justifier la possession d'armes nucléaires", a déclaré le père Zampini, qui a ajouté : "Je trouve particulièrement déconcertant que la plupart des pays puissants investissent dans les armes nucléaires aujourd'hui, pendant la pandémie, alors que l'accent devrait être mis sur la création d'un système de santé publique efficace".

Dans son discours d'ouverture, M. Siddharth Chatterjee, coordinateur résident des Nations unies au Kenya, a déclaré que le Fratelli Tutti du pape François était "une occasion pour nous de faire une pause et de repenser nos modèles de développement. ”

En donnant l'exemple de l'approche du Kenya concernant les objectifs de développement durable (SDG), l'expert des Nations unies a encouragé le pays d'Afrique de l'Est à rester enthousiaste dans les efforts pour atteindre ces objectifs.

"Le Kenya a été un leader dans les SDG, en convoquant le reste du monde en 2013 pour s'assurer que les SDG se réalisent. Il est important de noter qu'aujourd'hui, nous avons beaucoup de travail inachevé sur la liste des objectifs de développement", a-t-il déclaré.

Dans l'une des dernières sections de Fratelli Tutti, le pape François explique que le rôle de la religion est d'être au service de la fraternité dans notre monde. 

Le Saint-Père observe que le terrorisme est une interprétation erronée des textes religieux. Il évoque ensuite la possibilité d'une paix entre les religions, qu'il considère comme un moyen nécessaire pour garantir la liberté religieuse.

Réitérant l'appel du pape François à embrasser l'inclusion religieuse, le secrétaire général du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), le père Henry Akaabiam, a déclaré que le dialogue interreligieux, visant à assurer que les personnes de différentes religions vivent ensemble comme des frères et sœurs, sera possible lorsque les gens seront amenés à réaliser qu'ils sont voisins.

"Nous devons réaliser que nous sommes tous les enfants d'un même père, qu'ils soient chrétiens ou non", a déclaré le père Henry.

Le prêtre d'origine nigériane basé au Ghana a ajouté : "Nous devons nous engager les uns avec les autres en tant que pèlerins sur un voyage pour rencontrer Dieu et pour voir toutes choses de la manière dont Dieu les voit. Dieu voit tout à travers le cœur. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]