Les animateurs pastoraux en Ouganda appellent à la prière et aux dons avant la Journée mondiale des missions

P. Pontian Kaweesa, le directeur national des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) en Ouganda.
Credit: Ugandan Catholics/Facebook Page.

Les membres baptisés de l'Église catholique en Ouganda ont été encouragés à tendre la main au reste du monde en offrant des prières et un soutien matériel qui renforceront les activités missionnaires dans les régions en difficulté.

Dans des déclarations enregistrées sur vidéo et partagées avec le peuple de Dieu dans ce pays d'Afrique de l'Est, les responsables nationaux des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) affirment que le dimanche missionnaire est l'occasion pour chaque membre de l'Eglise d'évaluer comment il peut participer activement à la mission d'évangélisation de l'Eglise dans ses vocations respectives.

"La célébration du Dimanche missionnaire de cette année sera l'occasion de s'assurer que nos frères et sœurs qui n'ont pas reçu la bonne nouvelle puissent la recevoir et que ceux qui l'ont reçue et qui se sont affaiblis soient encouragés à se lever et à faire preuve de résilience pour promouvoir et vivre l'Evangile", déclare le père Pontian Kaweesa, directeur national d’OPM en Ouganda, dans une vidéo qui a été partagée avec ACI Afrique le mercredi 14 octobre.

Dans son message avant la célébration du 18 octobre, le père Pontian ajoute : "Le dimanche missionnaire encourage chacun de nous à prier pour cette mission de l'Eglise qui ne peut se poursuivre sans notre contribution en prière et en biens matériels, en particulier en argent".

Il explique que le dimanche missionnaire, célébré tous le 3e dimanches d'octobre, est "un dimanche spécial où le Pape anime l'Eglise universelle pour réveiller l'esprit missionnaire qui est en chacun des chrétiens baptisés".

Le Père Pontian explique en outre que les Œuvres Pontificales Missionnaires sont "les armes que le Pape utilise pour créer cette conscience de la mission de l'Église à différents niveaux".

En Ouganda, l’OPM est divisée en quatre branches, dont l'Association pontificale missionnaire de l'Apôtre Pierre, l'Association pontificale missionnaire de la Sainte-Enfance, l'Association pontificale missionnaire de la Propagation de la Foi et l'Union des OPM, dit-il.

La Société de Saint-Pierre-Apôtre s'occupe de sensibiliser ceux qui aspirent à devenir prêtres, religieux et religieuses afin qu'ils puissent poursuivre la mission de l'Église, explique le père Pontian.

L’OPM de la Sainte-Enfance, dit-il, sensibilise et implique les enfants, les amis de Jésus, pour faire en sorte que les enfants qui sont l'avenir de l'Eglise connaissent leur foi par le catéchisme et soient capables de la partager entre eux.

L’OPM de la Propagation de la Foi, quant à lui, comprend tous les adultes baptisés qui soutiennent et construisent l'Eglise avec leurs prières et leurs ressources. Ce groupe, dit le responsable d’OPM en Ouganda, construit des églises physiques, des écoles et des hôpitaux "mais sont davantage encouragés à prier et à devenir des missionnaires qui peuvent être envoyés pour prêcher l'évangile aux autres".

L'Union des OPM est une autre catégorie, qui rassemble tous les agents d'évangélisation, y compris les membres du clergé, les religieux et religieuses et les laïcs qui exécutent le rôle missionnaire de l'Église de différentes manières.

Cette année, la Journée des missions est placée sous le thème "Me voici, envoie-moi", que le Pape François a tiré du livre d'Isaïe 6:8.

Réfléchissant sur ce thème, le prêtre ougandais dit : "Dieu demande, qui dois-je envoyer, même en cette période de COVID-19. Notre réponse devrait être, me voici, envoyez-moi".

Pour sa part, la secrétaire nationale de l’OPM de l'apôtre saint Pierre en Ouganda, Stella Maris Niwagira, déclare que les dons collectés le dimanche missionnaire permettent de maintenir les activités de l'Église, en particulier dans les zones difficiles.

"Le travail d'évangélisation a besoin d'un soutien matériel. Les ressources collectées dans le monde entier finissent par arriver à certains d'entre nous dans les jeunes églises où nous ne pouvons pas nous soutenir pleinement", dit Sœur Stella Maris.

Elle ajoute : "Sans nos ressources propres, nous voyons des églises et des couvents se construire, et nous voyons la formation se dérouler sans problème dans les séminaires et dans d'autres maisons de formation. Nous voyons également nos hôpitaux et nos écoles catholiques fonctionner sans problème. Souvent, nous ne réalisons pas que le soutien que nous recevons est le fruit de la contribution que nous avons apportée lors de la Journée des missions".

Le membre des Sœurs Missionnaires de St. Pierre Claver observe que dans la spiritualité d’OPM, l'aspect de l'aide matérielle est inclus pour aider les chrétiens baptisés à atteindre d'autres personnes dans des endroits éloignés, "des personnes que nous n'aurons peut-être jamais l'occasion de voir physiquement".

"Nous devrions toujours nous dire que là où je ne peux pas arriver pour proclamer l'Evangile, alors je vais mettre la main dans ma poche et envoyer ma contribution au (missionnaire) qui est parti physiquement pour proclamer l'Evangile dans un endroit où je n'arriverai jamais moi-même", dit-elle.

Dans son message aux enfants d'Ouganda à l'occasion du dimanche missionnaire, la secrétaire nationale de la Sainte Enfance missionnaire du pays, Angella Namugenyi, déclare : "Chers enfants, le Pape nous rappelle que nous ne sommes pas dans ce monde par notre propre choix, mais que nous sommes appelés à un but qui est d'évangéliser tous les peuples jusqu'à la fin du monde".

Elle dit que le dimanche des missions, "où le monde semble être à l'envers", les enfants sont invités à prier pour leurs camarades.

Selon le coordinateur des enfants en Ouganda, de nombreux enfants ont perdu tout espoir en raison de la trop grande pauvreté de leurs familles. Beaucoup d'autres, dit-elle, craignent de rester à la maison où ils sont exposés à beaucoup de violence domestique alors que d'autres ont été maltraités par des membres de leur famille et d'autres personnes en qui ils avaient confiance.

"J'invite tous les enfants à prier pour ces enfants qui traversent une immense souffrance", dit Angella Namugenyi, qui invite les enfants du pays à dire deux Ave Maria pour les enfants de tous les continents du monde.

"En priant deux Ave Maria pour les enfants qui sont en Amérique, vous accomplirez votre mission. Vous irez à la rencontre des enfants pour lesquels vous ne pouvez pas vous déplacer en utilisant des moyens physiques mais en priant", dit-elle, et appelle les membres plus âgés de l'Église à aider les enfants à comprendre leur appel à l'évangélisation.

Pendant ce temps, les enfants du Kenya ont participé à des prières virtuelles avant le dimanche missionnaire du 18 octobre, lorsqu'ils rejoindront d'autres enfants du monde entier dans l'appel "Un million d'enfants priant le rosaire" lancé par la fondation pontificale "Aide à l'Église en détresse" (AED) pour prier pour l'unité et la paix dans le monde

En annonçant l'initiative dans un communiqué partagé avec ACI Afrique le 1er octobre, la direction de l'AED a déclaré que l'initiative de prière devrait rassembler des enfants de toutes les régions du monde.

"Des enfants d'environ 80 pays et de tous les continents y participeront. Du Ghana à la Syrie en passant par la Papouasie-Nouvelle-Guinée", ont annoncé les dirigeants de l'AED, ajoutant que l'organisation a fourni du matériel pour la campagne de prière en 23 langues, dont l'arabe et plusieurs langues africaines.

Le Pape François a encouragé la participation à l'initiative de prière du Rosaire de l'AED en disant que les enfants prieront, dans une spéciale, pour les dures fois de COVID-19.

"Dimanche prochain, la fondation Aide à l'Église en détresse fait la promotion de la campagne Un million d'enfants priant le chapelet pour l'unité et la paix. J'encourage ce bel événement qui implique les enfants du monde entier, qui prieront spécialement pour les situations critiques causées par la pandémie", déclare le Saint-Père dans un rapport publié par l'organisation pontificale le mardi 13 octobre.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]