Journée mondiale des missions : Les catholiques exhortés à soutenir l'évangélisation malgré la propagation de la pandémie

La basilique Saint-Pierre.
Credit: feliks/Shutterstock.

Les responsables du Vatican ont invité les catholiques à participer à la Journée mondiale des missions de 2020 en augmentant leurs prières et leur soutien financier, alors que les Églises locales du monde entier continuent de faire face aux défis de la pandémie de coronavirus.

La Journée mondiale des missions aura lieu cette année le dimanche 18 octobre. Cette journée est marquée par une collecte pour les Œuvres pontificales missionnaires, un groupe d'associations missionnaires catholiques sous la juridiction du pape.

Le père Tadeusz J. Nowak, O.M.I., secrétaire général des Œuvres pontificales missionnaires, a déclaré "En ce temps de pandémie, où certaines églises seront fermées en ce dimanche des missions, d'autres seront très limitées, d'autres encore ne se joindront à la célébration de l'Eucharistie que sur des plateformes médiatiques, nous sommes plus que jamais conscients de notre dépendance à la providence de Dieu". 

S'exprimant lors d'une conférence de presse au Vatican le 16 octobre, le père Nowak a déclaré : "et donc ce dimanche prochain, nous sommes tous appelés, où que nous soyons, dans quelque état que ce soit, à prier avec ferveur pour la mission de l'Église, afin que l'Évangile atteigne le cœur de tous les peuples".

"Et nous sommes tous appelés à faire ce que nous pouvons, à offrir ce que nous pouvons, nos biens matériels pour le soutien de cette mission et surtout pour le soutien des jeunes églises qui ont tant besoin de notre soutien matériel."

Mgr Protase Rugambwa, secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, a rappelé le thème du message du pape François pour la Journée missionnaire 2020 : "Me voici, envoie-moi".

"Le cœur de ce message fait référence à la façon dont la mission nous interpelle chacun, personnellement, dans notre vocation et dans notre appartenance à l'Église dans le monde d'aujourd'hui", a-t-il déclaré.

"La célébration de cette journée est une source de joie pour l'Eglise universelle", a noté Mgr Rugambwa, "même si dans les Eglises locales elle sera célébrée d'une manière différente cette année, en raison des circonstances particulières que nous connaissons du fait de la pandémie COVID-19".

Mgr Giampietro Dal Toso, secrétaire adjoint de la même congrégation, a parlé du fonds spécial créé par le Pape François pour aider les églises locales durant la pandémie. Selon Mgr Dal Toso, le fonds a jusqu'à présent donné 1 299 700 dollars et 473 410 euros à 250 projets dans le monde entier.

Lorsque de nombreuses églises n'ont pas pu - ou ne peuvent pas - célébrer la messe publiquement pendant la pandémie, elles n'avaient pas non plus de collecte dominicale, sur laquelle beaucoup comptaient pour payer leurs factures de base, a-t-il dit.

Les subventions des Œuvres pontificales missionnaires, explique-t-il, "ont fortement favorisé les diocèses pour la survie des prêtres et le paiement des frais courants, mais aussi les communautés religieuses, ou les écoles catholiques, ainsi que les familles particulièrement éprouvées".

"Je me rends compte que c'est souvent une goutte dans l'océan des besoins", a-t-il dit, "mais c'est une façon concrète d'indiquer une communion dans l'Église, qui nous fait participer aux joies et aux peines des autres baptisés".

Le père Nowak a également longuement évoqué l'exemple de sainteté et de confiance en la providence de Dieu donné par la future bienheureuse Pauline-Marie Jaricot, une laïque française du XIXe siècle qui a fondé un réseau mondial de prière et de charité pour la mission de l'Église.

Le réseau de Jaricot, la Société de la Propagation de la Foi, est devenu la première des quatre sociétés pontificales de mission de l'Église.

En mai, le Pape François a approuvé un miracle attribué à l'intercession de la vénérable Pauline Marie Jaricot, qui peut maintenant être béatifiée.

Le père Nowak a déclaré que le miracle reçu par l'intercession de Jaricot "concernait une très jeune fille qui a subi une suffocation aiguë, ce qui lui a fait perdre conscience".

"Sa condition était si sinistre qu'elle a dû être maintenue en vie par des appareils de réanimation artificielle. D'un point de vue médical, il n'y avait aucun espoir de guérison pour la jeune fille et les médecins ont suggéré de la détacher des systèmes de maintien en vie", a expliqué le père Nowak.

"Les parents ont refusé d'abandonner et ont commencé une neuvaine de prières par l'intercession de Pauline. Spontanément, et sans aucune explication médicale, la jeune fille se rétablit et retrouva une santé parfaite".

Bien que le miracle soit dramatique, la vie de Pauline avait une qualité de sainteté "qu'elle a rayonnée toute sa vie", a-t-il dit.

Jaricot est né dans une famille de la classe moyenne après la Révolution française. Elle était la plus jeune de sept enfants. Après avoir perdu sa mère à 17 ans, elle a fait vœu de virginité perpétuelle et s'est consacrée à la prière.

"Elle s'est consacrée à l'adoration eucharistique, en aidant les pauvres, et avait un désir profond de voir l'Évangile du Christ atteindre les extrémités de la terre", a déclaré le père Nowak.

Son Œuvre Pontificale Missionnaire de Propagation de la Foi "est un concept simple qui a des conséquences de grande portée", a-t-il noté. Elle invitait des amis, qui étaient employés de la fabrique de soie de son père, à prier pour les missions et à offrir un penny par semaine pour la mission de l'Église.

Chacune de ces personnes a été invitée à trouver et à former un groupe de 10 autres personnes, et ainsi de suite a déclaré le père Nowak : "Ce qui s'est passé n'était rien de moins qu'un miracle. Ces groupes de 10 se sont multipliés et sont devenus des équipes de 100, puis de 1 000. En peu de temps, le mouvement s'est répandu dans son diocèse de Lyon en France, dans tout le pays, et il est finalement devenu un réseau mondial de prière et de charité pour le soutien de la mission de l'Église".

"Aujourd'hui, elle est une source d'inspiration pour nous tous, en particulier pour les laïcs", a-t-il poursuivi. "Pauline est un merveilleux exemple de l'engagement total de la grâce du Baptême pour l'œuvre du Royaume de Dieu et pour la mission de l'Église".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]