Les commentaires du Pape François sur l'homosexualité largement modifiés dans un nouveau documentaire

Capture d'écran du documentaire "Francesco" avec sous-titres originaux

"Francesco", un documentaire récemment publié sur le Pape François, contient des commentaires du pape sur l'homosexualité et les unions civiles. Certaines de ces remarques sont cependant le résultat du montage de phrases distinctes tirées d'une interview du pape et présentées comme un ensemble cohérent.

Alors que le réalisateur Evgeny Afineevsky a déclaré à CNA et à d'autres journalistes que le Pape François lui avait directement adressé des commentaires demandant l'adoption de lois sur l'union civile, les commentaires semblent en fait provenir d'une interview du Pape François réalisée en 2019 par la journaliste mexicaine Valentina Alazraki.

Les commentaires du pape sur les unions civiles, n'ont pas été contestés par le Vatican malgré de multiples demandes de clarification. Les remarques ne figuraient pas dans la version publiée de l'interview d'Alazraki, et n'ont pas été vues par le public, sauf dans "Francesco".

Mercredi, cependant, le père Antonio Spadaro, directeur de l'influente revue La Civiltà Cattolica, a déclaré aux journalistes que les remarques du pape sur les unions civiles sont extraites de l'interview de 2019, et n'a pas contesté la manière dont elles ont été présentées dans le documentaire.

Dans le même temps, une analyse de la transcription de l'interview par CNA montre que d'autres commentaires du pape sur l'homosexualité figurant dans "Francesco" ont été compilés par un montage lourd des séquences vidéo de l'interview de 2019.

"Francesco" présente le Pape François dire ce qui suit, dans des remarques sur son approche de la pastorale :

"Les homosexuels ont le droit de faire partie de la famille. Ils sont enfants de Dieu et ont droit à une famille. Personne ne doit être mis à la porte ou rendu malheureux à cause de cela".

CNA a mis en gras l'apparition de ces mots dans une traduction extraite des remarques du pape lors de son interview de 2019 :

"On m'a posé une question dans un avion - après que cela m'ait mis en colère, pour la façon dont un média l'a transmise - sur l'intégration familiale des personnes d'orientation homosexuelle, et j'ai dit : les personnes homosexuelles ont le droit d'être dans la famille, les personnes d'orientation homosexuelle ont le droit d'être dans la famille et les parents ont le droit de reconnaître ce fils comme homosexuel, cette fille comme homosexuelle. Personne ne devrait être jeté hors de la famille, ou être rendu malheureux à cause de cela".

"Une autre chose est que j'ai dit que lorsque vous voyez des signes chez les enfants et que vous les envoyez à - j'aurais dû dire à un "professionnel", ce qui est sorti était "psychiatre". J'ai voulu dire un professionnel parce que parfois, à l'adolescence ou à la pré-adolescence, il y a des signes qu'ils ne savent pas s'ils sont homosexuels ou si c'est parce que le thymus ne s'est pas atrophié à temps. Qui sait, mille choses, non ? Alors, un professionnel. Le titre du quotidien : "Le Pape envoie les homosexuels chez le psychiatre. Ce n'est pas vrai !"

"Ils m'ont posé la même question une autre fois et je l'ai répétée : 'Ils sont enfants de Dieu, ils ont droit à une famille, etc. Une autre chose est - et j'ai expliqué que j'avais tort avec ce mot, mais je voulais dire ceci : Lorsque vous remarquez quelque chose d'étrange - "Ah, c'est étrange". - Non, ce n'est pas étrange. C'est quelque chose qui sort de l'ordinaire. C'est-à-dire qu'il ne faut pas prendre un petit mot pour annuler le contexte. Là, ce que j'ai dit, c'est qu'ils "ont droit à une famille". Et cela ne veut pas dire qu'ils approuvent les actes homosexuels, pas du tout."

Après la présentation de ces remarques éditées, on voit le pape dire dans "Francesco" que "Ce que nous devons créer, c'est une loi sur l'union civile. De cette façon, ils sont couverts par la loi. J'ai défendu cette idée".

Bien que ces remarques semblent certainement provenir de l'interview d'Alazraki, le directeur de Francesco, Evgeny Afineevsky, a dit le contraire aux journalistes, et la partie de l'interview d'Alazraki dans laquelle ils seraient venus n'a pas été incluse dans la version publiée, et n'est pas disponible au public.

Mais outre leur contexte, certains ont remis en question leur signification, suggérant qu'une expression utilisée par le pape, "convivencia civil", a été mal traduite par "Francesco" en "unions civiles" dans le sous-titre du film, et suggère en fait un autre type de reconnaissance juridique.

Mais mercredi, Mgr Victor Manuel Fernandez, un théologien qui a longtemps été proche du pape, a suggéré que l'expression du pape est substantiellement équivalente à l'expression "union civile".

L'archevêque a publié sur Facebook qu'avant de devenir pape, le cardinal Bergoglio "a toujours reconnu que, sans l'appeler "mariage", il existe en fait des unions très étroites entre personnes du même sexe, qui n'impliquent pas en elles-mêmes des relations sexuelles, mais une alliance très intense et stable". Ils se connaissent à fond, ils partagent le même toit depuis de nombreuses années, ils prennent soin les uns des autres, ils se sacrifient les uns pour les autres. Il peut alors arriver qu'ils préfèrent que dans un cas extrême ou en cas de maladie, ils ne consultent pas leurs proches, mais cette personne qui connaît leurs intentions en profondeur. Et pour la même raison, ils préfèrent que ce soit cette personne qui hérite de tous leurs biens, etc. Ce type d'union peut être envisagé dans la loi et est appelé "union civile" ou "droit de la coexistence civile".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]