Advertisement

Les évêques d'Afrique du Nord reconnaissent deux événements récents qui "jettent une lumière nouvelle et joyeuse".

Les membres de la Conférence des évêques de la région Nord de l'Afrique (CERNA) identifient la nouvelle encyclique du pape François, Fratelli Tutti, et la prochaine canonisation du bienheureux Charles de Foucauld comme deux événements importants pour l'Église en Afrique du Nord. Domaine public Les membres de la Conférence des évêques de la région Nord de l'Afrique (CERNA) identifient la nouvelle encyclique du pape François, Fratelli Tutti, et la prochaine canonisation du bienheureux Charles de Foucauld comme deux événements importants pour l'Église en Afrique du Nord.
Domaine public

Les membres de la Conférence des évêques de la région Nord de l'Afrique (CERNA) ont reconnu avec satisfaction deux événements récents qui ont eu un impact positif dans leur région.

Dans leur déclaration collective publiée mardi 3 novembre, les membres du CERNA identifient la nouvelle encyclique du Pape François, Fratelli Tutti et la prochaine canonisation du bienheureux Charles de Foucauld comme "les deux événements récents de l'Église" qui "jettent une lumière nouvelle et joyeuse sur ce que nous vivons".

Ils appellent l'encyclique du Saint-Père un document qui met en lumière la valeur de la fraternité dans leur région, interpellant le peuple de Dieu en Afrique du Nord "d'une manière spéciale".

Ils expliquent en référence à Fratelli Tutti : "C'est une première, en tant que texte du Magistère de l'Église, de mentionner à ce point le rôle d'une figure musulmane dans une réflexion papale. Cela a des liens avec notre propre expérience de rencontre avec les musulmans, qui peut nous aider à grandir dans notre propre foi et dans la compréhension de l'appel de Dieu". 

"Conformément aux encycliques sociales, celle-ci s'adresse non seulement aux membres de l'Église catholique, mais aussi, dans une dimension mondiale, à toutes les personnes de bonne volonté. D'une certaine manière, le monde est donné à l'Église comme sa limite, ou plutôt comme son horizon", ajoutent les membres du CERNA. 

Advertisement

Les chefs d'Eglise qui exercent leur ministère dans les pays à prédominance musulmane que sont la Libye, la Tunisie, le Sahara occidental, l'Algérie et le Maroc disent : "Ici, en Afrique du Nord, nous vivons au quotidien d'une manière qui serait inimaginable sans ces liens de fraternité et de mission aux côtés de ceux des autres religions".

"En Afrique du Nord, nous éprouvons un sentiment de fraternité qui est remis en question par les différences religieuses", disent-ils encore, ajoutant que cela est évident dans les familles dont les membres se convertissent au christianisme. 

Ils expliquent : "Il faut du temps au nouveau chrétien converti pour reconnaître les enseignements qu'il a reçus de sa famille musulmane, et aussi pour que la famille réalise que sa nouvelle foi ne l'a pas rendu moins bon, moins frère ou sœur, ou moins citoyen".

Les membres du CERNA identifient en outre le racisme comme l'un des défis qu'ils rencontrent en disant : "Dans nos pays, la différence de couleur est également un défi, et de nombreux chrétiens, en particulier les étudiants, les migrants et les religieux d'Afrique subsaharienne, en sont bien conscients".

"Heureusement, ils sont parfois bien placés pour être les témoins de la fraternité qui peut exister au terme de leurs luttes et sont capables de remettre les choses en ordre grâce à leur persévérance, leur humilité et leur pardon. Nous découvrons que la fraternité est un combat dans lequel les armes utilisées sont d'abord en nous", expliquent-ils. 

More in Afrique

Dans leur déclaration collective, les membres du CERNA reconnaissent également le projet de canonisation du Bienheureux Charles de Foucauld comme un événement majeur récent qui jette "une lumière nouvelle et joyeuse sur ce que nous vivons".

Le bienheureux Charles de Foucauld était un missionnaire français qui a exercé son ministère auprès du peuple touareg en Algérie où il a été tué en 1916. En mai, après avoir approuvé un second miracle attribué à son intercession, le pape François a fait avancer la cause de sa sainteté. 

Dans leur déclaration collective, les membres du CERNA affirment que le bienheureux Foucauld qui était passionné par le Sahara et ses habitants "a voulu s'y retrancher en offrant mystérieusement pour eux sa vie, son savoir, son service et sa prière. ”

Ils ajoutent en référence à la mission du bienheureux Foucauld auprès du peuple touareg en Algérie, "Bien qu'il ne soit pas de la même race, culture ou religion qu'eux, il a voulu être considéré comme leur frère car cela lui semblait être le plus grand témoignage de l'amour de Dieu qu'il avait connu en Jésus-Christ".

"C'était un homme de son temps. Il n'a pas surmonté tous les préjugés de son époque, mais il a ouvert la voie aux autres pour que, en essayant comme lui de devenir des "frères universels", ils puissent travailler à une véritable fraternité des êtres humains et des peuples, indépendamment des différences", ajoutent les membres du CERNA.

Advertisement

Ils appellent le peuple de Dieu de leur région à "redécouvrir Charles de Foucauld, à se laisser interpeller, transformer et convertir par Dieu, tout comme le Seigneur a transformé "Frère Charles". Nous pouvons ainsi voir sa vie comme une étoile brillante, ses conversions - qu'elles soient admirables ou incomplètes - comme un appel, son exemple comme une aide, et sa canonisation comme une grâce".

Les responsables de l'Église dans la région nord-africaine invitent le peuple de Dieu sous leur responsabilité pastorale à consacrer du temps à la lecture de l'encyclique Fratelli Tutti et à la préparation de la canonisation de Charles de Foucauld.

Ils soulignent également la nécessité d'une fraternité mondiale en disant : "Nous voudrions aussi, avec vous, renouveler notre engagement à construire une fraternité universelle par la communion entre nous".

Les membres du CERNA affirment en outre que la fraternité universelle peut être rendue possible

"par un effort œcuménique avec d'autres chrétiens, par le dialogue entre chrétiens et musulmans et avec toutes les personnes de bonne volonté, et ce en mettant particulièrement l'accent sur la paix et sur la protection de notre foyer commun".