Nigeria : Mgr Kaigama invite les jeunes à “ne pas céder au désespoir"

Mgr Ignatius Kaigama s'exprimant lors de la messe à la paroisse Christ the King dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.
Credit: Mgr Ignatius Kaigama/Facebook Page.

Un prélat de l'archidiocèse d'Abuja, au Nigeria, a encouragé les jeunes qui sont accablés par les difficultés économiques à ne pas désespérer mais à garder l'espoir d'un avenir meilleur.

Dans son homélie du dimanche 8 novembre à la paroisse Christ Roi de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, Mgr Ignatius Kaigama s'est adressé à la jeunesse en disant : "À tous nos jeunes qui sont lésés et insatisfaits de leurs conditions socio-économiques, je vous enjoins de ne pas céder au désespoir. Ne laissez pas s'éteindre votre espoir d'un avenir meilleur. ” 

"Mettez votre espoir en Jésus qui ne faillit jamais. Il vaut mieux mourir en espérant que de mourir sans espoir", a déclaré Mgr Kaigama, et a ajouté, en référence à la deuxième lettre de saint Paul aux Thessaloniciens, "Souvenez-vous aussi de l'exhortation : si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas".

Faisant référence à la lecture de l'Evangile du dimanche sur les 10 vierges, l'archevêque a déclaré que la parabole était une invitation à se préparer à la mort, au jugement, au ciel et à l'enfer.

"Nous sommes mis au défi de vérifier dans la réalité à quel point nous sommes préparés aux quatre dernières choses - la mort, le jugement, le ciel et l'enfer ; d'être vigilants et de garder la lumière de la foi, de l'espoir et de l'amour brûlant dans nos vies".

Dans la parabole, Jésus présente les vierges en deux catégories. Selon Mgr Kaigama, le premier groupe de vierges sages, a prévu que la période d'attente de l'époux pourrait être prolongée et a donc emporté avec eux de l'huile supplémentaire.

Le second groupe, a déclaré l'archevêque nigérian, n'a pas pensé à apporter du pétrole supplémentaire et, à l'arrivée du marié, a trouvé leurs lampes vacillantes et ils n'ont pas pu reconstituer leur réserve de pétrole.

"Les cinq vierges considérées comme sages représentent les croyants qui sont prêts à vivre une vie de foi et d'adhésion aux ordonnances divines. Les cinq vierges folles représentent les chrétiens non préparés qui entendent la parole de Dieu mais ne vivent pas les valeurs de l'Evangile", a déclaré Mgr Kaigama.

Il a expliqué : "Certains chrétiens deviennent indifférents, ternes et négligents et on peut dire que leurs lampes sont sans huile ou sans huile du tout".

"Jésus nous avertit de nous préparer, car nous ne connaissons ni le jour ni l'heure de Sa venue. Nous devons continuer à remplir nos lampes avec l'huile de la prière, la parole de Dieu et l'Eucharistie", a-t-il poursuivi.

Selon le prélat nigérian, "remplir continuellement les lampes" est particulièrement important dans le monde contemporain, qui, dit-il, est caractérisé par une grave pénurie de l'huile du pardon, de la bonté, de la patience, de la sympathie, de l'amitié et par le manque de l'huile des bonnes œuvres et de la fidélité des disciples.

Tirant les leçons de la parabole des 10 vierges, l'archevêque a encouragé le peuple de Dieu à être prêt et alerte en disant : "Alors que nous approchons de la fin de la saison liturgique et de la fin de l'année, nos lectures nous rappellent notre propre mortalité et la nature éphémère de ce monde".

La leçon à tirer de l'action des vierges sages refusant de donner leur huile aux vierges folles est que le salut n'est pas quelque chose qui peut être remis à un autre comme un héritage, a déclaré Mgr Kaigama, soulignant que le salut n'est pas transférable.

"Nous devons travailler à notre salut avec peur et tremblement", a déclaré le prélat dans son homélie dominicale partagée sur sa page Facebook officielle le 8 novembre.

Il a dit que l'Église aujourd'hui veut que les fidèles réfléchissent à la façon de permettre à la lumière du Christ de briller dans leurs situations existentielles pour permettre au Royaume de Dieu de commencer à se manifester.

"Nous ne devons pas nous laisser distraire par les calculs humains", a déclaré l'archevêque nigérian, qui a ajouté : "Le Christ viendra certainement et seuls ceux qui sont prêts à brûler leurs lampes se joindront à la procession festive vers le royaume de la gloire".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]