Appel à la prière "pour une libération rapide et sûre du Père Dajo Matthew, enlevé" le 22 novembre

Père Dajo Matthew enlevé dans la nuit du dimanche 22 novembre.

Les prières sont demandées dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria "pour la libération rapide et sûre du Révérend Père Dajo Matthew" qui a été enlevé dans la nuit du dimanche 22 novembre.

"Joignez-vous à nous et à l'archidiocèse d'Abuja pour prier pour la libération rapide et sûre du révérend père Dajo Matthew, qui a été enlevé lors d'une violente attaque dans la ville où se trouve sa paroisse, la nuit dernière, le 22 novembre 2020", déclarent les responsables de la Voix des Fidèles de l'archidiocèse d'Abuja dans un post sur Facebook.

Selon le père Kevin Oselumhense Anetor, le père Matthew "a été récupéré dans sa paroisse à l'église catholique St Anthony, Yangoji, après que des bandits armés aient fait une descente dans la communauté et aient tiré sporadiquement pendant environ 30 minutes".

"Les tireurs ont escaladé la clôture de la maison du prêtre, tandis que d'autres se sont positionnés à l'extérieur, avant d'entrer dans la chambre du père Matthew et de l'emmener à l'extérieur", raconte le père Kevin.

Il implore : "S'il vous plaît, souvenons-nous de notre prêtre, le Père Matthew et de tous les autres kidnappés, que Dieu sera leur espoir et les sauvera de cette situation sauvage.

Le prêtre catholique nigérian se lamente : "Notre système de sécurité a toujours été plein de failles, mais sous Buhari, il est en lambeaux. Sous le commandement du commandant en chef des forces armées du Nigeria, les criminels sont devenus si courageux qu'ils peuvent enlever un bus rempli de personnes en plein jour, sans craindre d'être appréhendés".

Suite à l'attaque et à l'enlèvement du Père Matthew, le commandement de la police du Territoire de la capitale fédérale (FCT) a lancé une chasse à l'homme pour retrouver les ravisseurs.

"Le commissaire de police, FCT, Bala Ciroma, a lancé une chasse à l'homme pour traquer et appréhender les suspects", a déclaré le 23 novembre l'officier de relations publiques du commandement, Miriam Yusuf.

L'officier de relations publiques de la police nigériane a ajouté : "Le commandement exhorte les membres du public à rester calmes, tout en intensifiant les efforts pour libérer la victime indemne".

Elle a poursuivi en disant dans la déclaration : "Tout en exhortant les résidents à être conscients de leur sécurité et à signaler rapidement tout mouvement suspect, le commandement souhaite réitérer son engagement indéfectible à la protection des vies et des biens dans le territoire de la capitale fédérale".

L'état d'insécurité dans la nation la plus peuplée d'Afrique s'est aggravé ces dernières semaines, selon les rapports.

Le 27 septembre, au moins sept soldats ont été tués dans une embuscade de mines terrestres par les insurgés de Boko Haram dans l'axe nord de l'État de Borno, a rapporté BBC News.

Le directeur médical de l'hôpital de la paix d'Ayingba, le Dr Azubuike Joel Ihenacho, a été enlevé le 21 novembre par des hommes armés non identifiés. 

Le 23 novembre, deux personnes ont été enlevées dans l'État de Nasarawa, tandis qu'une autre a été tuée à peine 24 heures après que le président de l'APC dans cet État, Philip Shekwo, ait été enlevé et tué, a rapporté Vanguard.

La nation ouest-africaine connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram a commencé dans le but de transformer le pays en un État islamique. 

Depuis lors, ce groupe, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles sur diverses cibles, y compris des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans le pays a été encore compliquée par l'implication des bergers fulanis, majoritairement musulmans, également appelés milices fulanis, qui se sont fréquemment affrontés avec des agriculteurs chrétiens au sujet des pâturages.

Les évêques catholiques du Nigeria ont demandé à plusieurs reprises au gouvernement de mettre en place des mesures strictes pour protéger ses citoyens.

"Il est tout simplement inimaginable et inconcevable de célébrer le Nigéria à 60 ans alors que nos routes ne sont pas sûres ; notre peuple est kidnappé, et il vend ses propriétés pour payer une rançon aux criminels", ont déclaré les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigéria (CBCN) dans une déclaration collective le 1er octobre.

Ils ont ajouté : "Les Nigérians subissent une invasion de leurs terres agricoles par des bergers fulanis armés ; un groupe bien organisé et déjà désigné comme le quatrième groupe terroriste le plus meurtrier au monde par le Global Terrorism Index".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]