Un prélat nigérian demande au gouvernement de soutenir l'église catholique dans sa lutte contre Boko Haram

Mgr Ignatius Kaigama, archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.
Credit: Domaine public

L'intervention de l'Eglise catholique a été essentielle dans la lutte contre l'insurrection de Boko Haram dans le nord du Nigeria, a déclaré un prélat de cette nation d'Afrique de l'Ouest, appelant le gouvernement du pays à renforcer les activités de l'Eglise dans la région touchée du pays.

Dans son discours prononcé lors du #RedWednesday, une initiative de l'Aide à l'Eglise en détresse (AED) internationale pour soutenir les chrétiens qui souffrent et sont persécutés, Mgr Ignatius Kaigama de l'archidiocèse d'Abuja a déploré que le gouvernement nigérian mette de côté l'Eglise catholique dans la région nord du pays où Boko Haram continue de cibler les chrétiens dans ses attaques.

"L'Église catholique, qui a toujours défendu les intérêts des pauvres et qui soutient les victimes d'activités terroristes et d'autres catastrophes, n'est étonnamment pas incluse dans l'allocation de l'aide gouvernementale étrangère", a déclaré Mgr Kaigama dans un rapport partagé par l'organisation caritative pontificale AED International.

Il a ajouté : "De même, en constituant, par exemple, la Commission de développement du NordEst où existe Boko Haram (le gouvernement) a omis d'inclure un représentant de l'Église catholique dont le département Justice, Développement et Paix a considérablement favorisé le soutien spirituel, psychologique et matériel à des milliers de personnes affectées".

Dans le cadre d'une des interventions de l'Église catholique au Nigeria, les membres du Centre pour le dialogue, la réconciliation et la paix (Centre DREP), fondé par l'Église catholique à Jos, s'efforcent depuis des années de briser les barrières qui existent entre les personnes de différentes affiliations ethniques, religieuses et culturelles.

Les membres de l'organisation, qui est une création de Mgr Kaigama, encouragent la population "à parler ouvertement, honnêtement et avec respect les uns pour les autres, diffusant ainsi la douleur et la colère qu'ils ressentent les uns envers les autres", selon les informations fournies sur le site web du Centre DREP.

Les initiatives de paix de l'organisation ont été largement reconnues, notamment les activités caritatives directes des catholiques en faveur des communautés musulmanes du pays.

Mgr Kaigama a été invité à donner son avis sur la manière dont les personnes appartenant à divers groupes religieux peuvent coexister au Nigeria pendant la campagne de l'AED qui s'est terminée le mercredi 25 novembre.

"Le Nigeria est multi-religieux mais les deux principales religions sont le christianisme et l'islam et elles se disputent toutes la force numérique. Il existe ce qui devrait être une relation plus cordiale, mais cette relation est surtout empreinte de suspicion et de confiance et nous sommes tous concernés".

Les autres intervenants de la campagne #RedWednesday qui s'est déroulée du 18 au 25 novembre venaient du Pakistan, de Chine et d'Érythrée où les chrétiens sont injustement détenus en raison de leur foi.

Le point culminant de l'événement a été le mercredi 25 novembre, lorsque les dirigeants de l'AED ont lancé un rapport intitulé "Libérez vos captifs", qui dresse le profil d'individus de différents âges qui ont été kidnappés par des groupes extrémistes ou arrêtés par l'État et détenus sans inculpation.

Le rédacteur en chef du rapport, John Pontifex, a déclaré : "Dans différentes parties du monde, les chrétiens sont injustement privés de leur liberté, souvent pour la raison précise qu'ils refusent d'abandonner leur foi. Ils vivent dans la peur et beaucoup souffrent dans un silence complet. Qui est là pour être leur voix ? Libérez vos captifs leur donne la possibilité de raconter leur histoire, de demander justice et d'en appeler à la liberté".

Tout au long de l'événement, des centaines d'églises, de monuments et de bâtiments ont été illuminés à la lumière rouge dans le cadre de l'appel mondial à la fin des persécutions religieuses.

On dit que les prières sont aussi en mémoire des victimes de la persécution dans le nord du Mozambique, où l'on estime que plus de 2 000 personnes ont été tuées et plus de 400 000 autres ont été forcées de fuir leur maison. 

Au Nigeria, les attentats terroristes qui visent principalement les chrétiens ont fait plus de 20 000 victimes dans le nord du pays.

Partageant l'une des dernières activités terroristes au Nigeria, l'archevêque d'Abuja a déclaré : "Alors que je préparais ma réflexion sur les chrétiens injustement détenus, mon prêtre à Abuja a été kidnappé et est toujours en captivité. Veuillez prier pour qu'il soit libéré sain et sauf".

"Au Nigeria, nous subissons les dures conséquences économiques et sociales de la pandémie de COVID-19. Nous avons des cas d'enlèvements, de détentions et d'assassinats par des groupes terroristes. Il faut lutter contre les criminels, les bandits et les bandes de kidnappeurs. Nous avons tous cela", a déclaré Mgr Kaigama.

Selon le prélat nigérian, âgé de 62 ans, il n'est plus question que Boko Haram soit "vicieuse dans ses attaques, imprudente dans ses meurtres, légendaire dans sa haine des chrétiens et du christianisme".

Il a déclaré que les ravisseurs appréhendent également des citoyens innocents dans les buissons, sur les routes et dans les maisons.

"La semaine dernière, dans une de nos paroisses de l'archidiocèse d'Abuja, derrière la maison paroissiale, cinq enfants des mêmes parents ont été enlevés et le lendemain, une femme qui préparait son mariage à l'église a également été enlevée. Ils n'ont pas été retrouvés", a raconté le prélat nigérian.

Il a souligné l'histoire de l'adolescente Leah Sharibu, l'une des plus de 100 écolières enlevées par le groupe extrémiste Boko Haram mais la seule à ne pas avoir été libérée, parce qu'elle refusait de renoncer à sa foi chrétienne qui, selon le prélat, était devenue "un symbole de la résilience des chrétiens contre la conversion forcée".

 "Nous ne devons cependant pas oublier les 112 autres filles Chibok et les autres qui sont retenues en captivité, dont beaucoup sont mortes ou mariées de force", a-t-il déclaré.

Le massacre du séminariste Michael Nnadi, l'un des quatre kidnappés du Grand Séminaire du Bon Pasteur et le meurtre de prêtres protestants et catholiques restent une grande tragédie, a rappelé l'archevêque.

"Les activités des bergers sont implacables dans les régions à prédominance chrétienne du centre nord du Nigeria", a-t-il raconté, et il a ajouté : "De nombreux chrétiens sentent le roussi car la direction de l'armée, de l'aviation, de la police et d'autres organismes paramilitaires est aux mains d'un groupe géopolitique ou religieux. ”

Mgr Kaigama, qui est le président du "Comité interreligieux pour la paix" convoqué par l'État du Plateau au Nigeria, s'est engagé à promouvoir la compréhension mutuelle entre chrétiens et musulmans.

Il a dénoncé ce qu'il a dit, à savoir que les recrutements dans l'armée, l'immigration, les douanes, la fonction publique et autres semblent favoriser les musulmans du Nord.

"Tout aussi inquiétant est la raison pour laquelle de nombreuses populations à prédominance chrétienne subissent des pressions pour qu'un musulman parmi eux soit leur chef. L'enlèvement et la conversion forcée de jeunes filles mineures sont réels. D'autre part, les jeunes filles musulmanes qui choisissent librement d'épouser des hommes chrétiens sont menacées de mort", a-t-il déploré.

L'archevêque a averti qu'il pourrait ne pas y avoir d'avenir pour les chrétiens de la ceinture centrale, dominée par les chrétiens, et d'autres régions du nord du Nigeria si des groupes comme Boko Haram et les groupes terroristes alliés continuent leur harcèlement et appellent les nations occidentales à intervenir.

"Les nations occidentales doivent accorder la même attention à cette réalité qu'elles le font vigoureusement dans leurs pays dans le cas de COVID-19", a-t-il déclaré, ajoutant : "Elles doivent convaincre les dirigeants nigérians d'être honnêtes et déterminés dans la guerre contre le terrorisme. Le Royaume-Uni et les autres nations d'origine chrétienne devraient parler et agir davantage en faveur de la liberté".

Il a demandé que les chrétiens du nord du Nigeria soient libres d'acquérir des terres à des fines religieuses chrétiennes. Actuellement, les chrétiens ne seraient pas autorisés à acheter des terrains pour la construction d'églises dans de nombreuses régions du nord du Nigeria.

"Je crois qu'avec les Nations unies, le Royaume-Uni, l'Union européenne et des pays clés comme les États-Unis peuvent faire plus pour partager des informations de renseignement stratégique avec le Nigéria et lui apporter un soutien technique plus important", a déclaré Mgr Kaigama.

Il a ajouté : "Le soutien humanitaire apporté est très apprécié et très nécessaire, même maintenant. Mais il doit y avoir un contrôle efficace de son utilisation". 

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]