Selon un archevêque, les enlèvements "peuvent donner une mauvaise réputation au Nigeria et faire fuir les visiteurs"

Mgr Ignatius Kaigama administrant le sacrement du Baptême pendant la messe du dimanche 10 janvier.
Credit: Archidiocèse d'Abuja

La poursuite des enlèvements au Nigeria va donner au pays "une mauvaise réputation" au niveau international, a déclaré un archevêque de cette nation d'Afrique de l'Ouest au cours du week-end.

Mgr Ignatius Kaigama, qui présidait la messe du dimanche 10 janvier dans son archidiocèse d'Abuja, a qualifié le kidnapping de criminel, de péché, de honteux et de dégoûtant, et a appelé à la prière pour la conversion des ravisseurs. 

"L'acte de kidnapping est pour le moins criminel, pécheur et dégrade l'humanité", a déclaré Mgr Kaigama le 10 janvier lors de la messe à la paroisse St Anthony, Yangoji de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, où le père Matthew Dajo, qui avait été kidnappé en novembre dernier, a élibéré après dix jours de captivité.

L'archevêque a ajouté : "Laissé sans contrôle par les autorités nigérianes, cet acte honteux et dégoûtant continuera à donner une mauvaise réputation au Nigeria et à faire fuir les visiteurs et les investisseurs dans le pays".

Faisant référence aux enlèvements qui ont visé un dirigeant de l'Église catholique, Mgr Kaigama a déclaré : "Quel que soit le motif de l'enlèvement, monétaire ou d'intimidation pure et simple, il doit être clair pour ceux qui se livrent à des activités aussi infâmes que l'Église catholique dans toutes les parties du monde apporte la Bonne Nouvelle aux pauvres par d'énormes sacrifices. ”

 

"L'Église catholique félicite les efforts du gouvernement pour les services sociaux, éducatifs et médicaux désintéressés qu'elle offre aux nécessiteux. Molester l'Église, c'est molester les nécessiteux", a poursuivi le prélat nigérian de 62 ans.

"Tout ce que l'Eglise catholique a et fait, c'est pour le bien de tous, indépendamment des différences religieuses, ethniques ou politiques", a-t-il répété.

Des membres du clergé ont été victimes d'enlèvements dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Le 27 décembre, l'évêque auxiliaire de l'archidiocèse d'Owerri au Nigeria, Moses Chikwe, a été enlevé aux côtés de son chauffeur. Ils ont été libérés après cinq jours de captivité.

Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu, membre des Fils de Marie Mère de la Miséricorde (SMMM), a été enlevé dans l'État d'Imo alors qu'il se rendait aux funérailles de son père dans l'État voisin d'Anambra, au sud-est du Nigeria, le 15 décembre. Le Nigérian a été libéréle jour suivant.  

En novembre, le père Matthew Dajo, un prêtre de l'archidiocèse d'Abuja, a été enlevé et libéré après dix jours de captivité.

Dans son homélie du 10 janvier, Mgr Kaigama a loué les fidèles de la paroisse Saint Anthony, Yangoji, pour leur solidarité spirituelle avec le père Dajo après son enlèvement en novembre dernier. 

"Je vous félicite pour la force de votre foi et pour avoir persévéré dans la prière avec la conviction qu'il serait libéré", a déclaré l'archevêque en référence au père Dajo.

Il a ajouté en s'adressant au peuple de Dieu à la paroisse de St Anthony, Yangoji, "Vous n'avez pas laissé ce triste incident vous démoraliser alors que vous poursuiviez vos activités spirituelles et pastorales à la surprise des auteurs d'un tel mal. ” 

Malgré le travail du père Dajo entre les mains de ses ravisseurs, "il se porte généralement bien, mis à part le traumatisme psychologique qu'il subit encore", a rassuré Mgr Kaigama.

L'archevêque a ensuite prié pour la libération de ceux qui sont toujours en captivité et pour la conversion des criminels, y compris les kidnappeurs et les violeurs.

"Que le Christ se manifeste aux auteurs d'actes aussi malfaisants que l'enlèvement, le viol, les meurtres, etc. et leur accorde un changement de cœur", a déclaré Mgr Kaigama.

Le mois dernier, le Département d'Etat américain a classé le Nigeria parmi les pires pays pour la liberté religieuse, décrivant la nation ouest-africaine comme un "pays particulièrement préoccupant (CPC)". Il s'agit d'une désignation officielle réservée aux nations où les pires violations de la liberté religieuse ont lieu, les autres pays étant la Chine, la Corée du Nord et l'Arabie saoudite.

L'action du Département d'Etat américain a été saluée par les dirigeants des Chevaliers de Colomb, le Chevalier Suprême, Carl Anderson, ayant déclaré le 16 décembre : "Les chrétiens du Nigeria ont gravement souffert aux mains de Boko Haram et d'autres groupes".

Les meurtres et les enlèvements de chrétiens au Nigeria sont maintenant "au bord du génocide", a ajouté M. Anderson. 

"Les chrétiens du Nigéria, tant catholiques que protestants, méritent une attention, une reconnaissance et un soulagement maintenant", a ajouté M. Anderson, ajoutant que "les chrétiens du Nigéria devraient pouvoir vivre en paix et pratiquer leur foi sans crainte".

Un rapport spécial publié en mars 2020 par la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociété) indique que "pas moins de 20 ecclésiastiques, dont au moins huit prêtres/séminaristes catholiques, ont été piratés à mort au cours des 57 derniers mois et pas moins de 50 enlevés ou kidnappés".

Les évêques catholiques du pays ont demandé à plusieurs reprises au gouvernement de mettre en place des mesures strictes pour protéger ses citoyens.

"Il est tout simplement inimaginable et inconcevable de célébrer le Nigéria à 60 ans alors que nos routes ne sont pas sûres ; nos gens sont kidnappés et ils vendent leurs propriétés pour payer une rançon aux criminels", ont déclaré les évêques catholiques du Nigéria dans leur déclaration collective du 1er octobre.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]