Au milieu de la violence interethnique au Nigeria, un prélat encourage la compréhension mutuelle dans la diversité

Mgr Ignatius Ayau Kaigama.

Au milieu des violences interethniques persistantes entre les groupes ethniques Tiv et Jukun du Nigeria, l'archevêque d'Abuja a encouragé les membres des deux tribus à comprendre les diversités culturelles et à "apprécier ce que chacun possède".

"Si nous nous battons suffisamment, nous pouvons comprendre la culture des autres, apprécier ce que chacun a ; être heureux quand ils sont heureux, triste quand ils sont tristes, et être prêt à apprendre humblement d'eux ce qu'ils ont que nous n'avons pas", a déclaré Mgr Ignatius Ayau Kaigama le dimanche 29 novembre.

Dans son homélie pendant la messe à l'église Saint-Jean-Baptiste de Tyozua, Makurdi de l'archidiocèse d'Abuja, l'archevêque a déclaré que tout effort pour comprendre et accepter la diversité culturelle "fera de nos communautés et même de notre pays l'un des meilleurs au monde".

C'est la compétition malsaine, la rivalité et le syndrome du "je suis avant toi" ou du "je suis meilleur que toi" qui nous maintient en permanence dans la marche arrière du progrès social", a ajouté Mgr Kaigama.

Il a poursuivi en implorant : "Nous supplions Dieu de nous donner, pendant cet Avent, la grâce de pardonner, de nous embrasser et de nous soutenir les uns les autres, afin que nous puissions connaître une croissance spirituelle et une intimité avec Dieu ainsi que des progrès sociaux, économiques et politiques sur notre terre, en particulier la sécurité des vies et des biens. ” 

Les membres des communautés Jukun et Tiv ont connu des conflits violents récurrents depuis 1959, les rapports indiquant que les crises sont basées sur des disputes concernant la propriété et le contrôle des terres.

Dans son homélie du premier dimanche de l'Avent, l'archevêque nigérian a expliqué le sens et la valeur de la Saison.

"L'Avent nous invite à un examen intérieur alors que nous nous préparons à la venue du Christ à Noël", a-t-il dit et ajouté, "Nous ne préparons pas seulement une fête sociale mais l'acceptation totale du Christ et de son message de paix, d'amour et de réconciliation".

Il a ajouté : "Saint Jean de la Croix fait référence aux trois étapes du développement spirituel et nous montre ainsi le chemin que nous devrions suivre dans le cadre de notre préparation à Noël : la purgation (se purger du péché, se convertir), l'illumination (grandir dans la foi, l'amour et l'espoir) et l'union avec Dieu (se transformer en Christ dans cette vie autant que possible)". 

Se référant au stade de développement spirituel qui parle de se transformer en Christ, l'Ordinaire local d'Abuja a déclaré : "Être comme le Christ est un appel à la conversion, ce qui signifie un changement de direction, comme Zachée qui a fait un pas décisif pour se détacher de son passé négatif et se racheter".

"Nous pensons souvent que les autres sont les pécheurs, les criminels ou les ennemis, mais nous oublions que tout cela se trouve en nous", a déclaré Mgr Kaigama, ajoutant que l'Avent est une saison pour "déterrer l'ennemi ou le pécheur en nous". 

Considérant l'Avent comme la préparation à la naissance de Jésus, le prélat a déclaré : "La préparation idéale pour Noël est celle qui met le Christ au centre. Jésus-Christ est au centre de notre célébration. Le temps de l'Avent est une saison sainte".

Il a ajouté : "Nous sommes mis au défi d'enterrer notre vieux passé de péchés et de prêter attention aux nouveaux départs ; de prendre garde, d'être sur nos gardes et de veiller spirituellement à rencontrer le Christ. ”

"Aujourd'hui, nous sommes confrontés à l'impact économique et social négatif de la pandémie du COVID-19, aux activités inhumaines des ravisseurs, des bandits, des bergers, etc. Il y a la faim et la pauvreté dans le pays et la frustration couve dans de nombreux milieux", a déclaré le prélat, ajoutant qu'au milieu de ces problèmes, les chrétiens doivent "vivre par la foi, marcher dans l'espérance et être renouvelés dans l'amour alors que nous nous préparons à rencontrer le Seigneur".

"Certains chrétiens qui semblent fatigués d'attendre, sont devenus spirituellement stagnants", a-til poursuivi, ajoutant : "Saint Paul nous assure que ceux qui persévèrent dans la foi seront irréprochables devant Dieu le Père au jour du jugement. C'est pourquoi nous ne devons jamais nous lasser de faire le bien".

Dans son homélie du 29 novembre, premier dimanche de l'Avent, le prélat de 62 ans a également appelé le peuple de Dieu à s'engager dans des actes de charité et à éviter les habitudes sociales malsaines telles que les commérages, le colportage de fausses rumeurs, la diffusion de fausses nouvelles dans les médias sociaux et les mensonges blancs au téléphone.

"Souvenons-nous, chers frères et sœurs, que le mal que nous faisons reste avec nous mais que le bien que nous faisons nous revient. Faisons plus de bien pendant cette période sainte de l'Avent", a-t-il déclaré.

L'archevêque a imploré : "Puissions-nous faire l'expérience de la santé et de la sécurité tant spirituelle que physique afin de célébrer Noël dans la joie, la paix et le bonheur. ”

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]