Le Pape François exprime sa solidarité avec les Nigérians après une attaque contre les agriculteurs

Le pape François a exprimé sa solidarité avec le peuple de Dieu au Nigeria à la suite d’une attaque contre les agriculteurs au cours du week-end dans l'État de Borno, dans le nord-est du pays.

"Je voudrais assurer de ma prière le Nigeria, une fois de plus frappé par un attentat terroriste samedi dernier", a déclaré le Saint-Père mercredi 2 décembre à la fin de son audience générale hebdomadaire, en faisant référence à l'attentat du 28 novembre qui a coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes. 

Au moins 110 personnes dans l'État de Borno au Nigeria auraient été tuées après que des insurgés présumés de Boko Haram à moto aient attaqué des agriculteurs qui étaient en train de récolter dans leurs champs le 28 novembre. 

Dans son discours prononcé à la Bibliothèque du Palais Apostolique, le Saint-Père a imploré que Jésus-Christ accueille tous les défunts "dans sa paix et console leurs familles".

Il a en outre imploré que le Seigneur "convertisse les cœurs de ceux qui commettent des actes similaires, qui vont gravement à l'encontre du nom de Dieu". 

Le pontife est le dernier dirigeant mondial à avoir réagi à l'attaque.

Le dimanche 29 novembre, le résident et coordinateur humanitaire des Nations Unies au Nigeria, Edward Kallon, a décrit l'attaque comme "l'attaque directe la plus violente contre des civils innocents cette année". 

Le fonctionnaire de l'ONU a exhorté "tous les acteurs sur le terrain à respecter les lois internationales et l'humanité".  

L'État de Borno est en proie à des attaques djihadistes depuis des années. 

En octobre, les djihadistes présumés de Boko Haram ont assassiné 22 agriculteurs travaillant dans des champs d'irrigation lors de deux attaques distinctes dans l'État. 

Le même mois, des militants qui prêtent allégeance à l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), ont également attaqué trois bases militaires à Borno et dans l'État voisin de Yobe, tuant 14 soldats. 

Les chefs religieux du pays le plus peuplé d'Afrique ont exprimé leur inquiétude face à la multiplication des attaques terroristes dans le nord-est du Nigeria et aux diverses activités criminelles dans différentes parties de la nation ouest-africaine.

Le 4 août, les membres du Conseil interreligieux du Nigeria ont demandé au gouvernement nigérian d'intervenir dans l'insécurité de l'État de Borno. 

"Maiduguri, en particulier, ne devrait pas être écrasée par les insurgés qui y ont jeté des mortels, tuant des gens", ont déclaré les chefs religieux en référence à la plus grande ville de l'État de Borno. 

Ils ont ajouté : "Le gouvernement doit assurer un arrêt complet de la prolifération de toutes les formes d'armes que les criminels utilisent pour détruire la vie et les biens".

Mgr Ignatius Kaigamad e l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria a également dénoncé les activités terroristes qui semblent viser les chrétiens dans la région nord du pays.

Dans son discours du 25 novembre #RedWednesday, une initiative de l'Aide à l'Eglise en détresse (AED), l'archevêque Kaigama a déploré que le gouvernement mette l'Eglise sur la touche dans la lutte contre Boko Haram, malgré ses efforts pour soutenir les victimes des attaques.

L'archevêque nigérian a également appelé les nations occidentales à faire pression sur les dirigeants nigérians pour qu'ils agissent contre l'insécurité, partagent les informations des services de renseignement avec les autorités de la nation ouest-africaine et apportent un soutien accru dans la lutte contre le terrorisme.

"Ils (les nations occidentales) doivent convaincre les dirigeants nigérians d'être honnêtes et déterminés dans la guerre contre le terrorisme. Le Royaume-Uni et les autres nations d'origine chrétienne devraient parler et agir davantage en faveur de la liberté", a déclaré l'archevêque Kaigama. 

Il a ajouté : "Les Nations Unies, le Royaume-Uni, l'Union européenne et des pays clés comme les États-Unis peuvent faire plus pour partager les informations de renseignement stratégique avec le gouvernement nigérian et lui apporter un soutien technique plus important".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]