Au Nigeria, un prêtre libéré par ses ravisseurs après 10 jours de captivité

Le père Matthew Dajo libéré par ses ravisseurs mercredi 2 décembre après avoir passé 10 jours en captivité.
Credit: Page Facebook de l'archidiocèse d'Abuja.

Un prêtre nigérian kidnappé le mois dernier dans une paroisse de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, qui a été libéré mercredi 2 décembre après 10 jours de captivité, est traumatisé et a été hospitalisé.

"Le père Matthew Dajo a vraiment été libéré", a déclaré le directeur de la communication de l’archidiocèse d'Abuja, le père Patrick Alumuku, à ACI Afrique, jeudi 3 décembre, un jour après la libération du curé de l'église catholique St Anthony, Yangoji.

"Il est traumatisé et isolé", a déclaré le père Alumuku en référence au père Matthew, avant d'ajouter : "Il a été interné dans un hôpital.

Le père Matthew a été kidnappé à la paroisse de St Anthony le 22 novembre après que des bandits armés aient fait une descente dans la communauté et tiré de façon sporadique pendant environ 30 minutes.

Selon le Père Kevin Oselumhense Anetor, "Les tireurs ont escaladé la clôture de la maison du prêtre, tandis que d'autres se sont positionnés à l'extérieur, avant d'entrer dans la chambre du Père Matthew et de l'emmener.

La "libération sûre" du père Matthew a été annoncée par l'archevêque d'Abuja. "Nous remercions Dieu pour la libération de notre frère Matthew Dajo, aujourd'hui mercredi 2 décembre 2020", a annoncé Mgr Ignatius Kaigama dans une déclaration publiée le jeudi 3 décembre.

"Nous vous remercions tous pour vos aimables prières. Nous remercions également la famille du père Dajo et tous ceux qui ont contribué à sa libération", a déclaré Mgr Kaigama dans sa déclaration adressée au clergé, aux religieux et aux fidèles laïcs de l'archidiocèse catholique d'Abuja.

Dans cette déclaration, l'archevêque nigérian invite le peuple de Dieu sous sa responsabilité pastorale à prier "pour que la sécurité soit améliorée dans le pays". ”

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, lorsque l'insurrection de Boko Haram a commencé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Depuis lors, le groupe, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles sur diverses cibles, y compris des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans le pays a été encore compliquée par l'implication des bergers fulanis, majoritairement musulmans, également appelés milices fulanis, qui se sont fréquemment affrontés avec des agriculteurs chrétiens au sujet des pâturages.

La "libération" du Père Matthew est une réponse aux prières que l'Ordinaire de l'Archidiocèse d'Abuja a demandé quelques jours après que les responsables de la sécurité du Nigeria aient déclaré avoir lancé une chasse à l'homme pour traquer et appréhender les ravisseurs.

Le 25 novembre, Mgr Kaigama a demandé des prières pour la libération du père Matthew en toute sécurité, en disant : "Mon prêtre à Abuja a été kidnappé et il est toujours en captivité. Veuillez prier pour sa libération en toute sécurité, s'il vous plaît".

Ces derniers mois, l'état d'insécurité au Nigeria semble s'être aggravé, selon les rapports.

Le 27 septembre, au moins sept soldats ont été tués dans une embuscade de mines terrestres par les insurgés de Boko Haram dans l'axe nord de l'État de Borno, a rapporté BBC News.

Le directeur médical de l'hôpital de la paix d'Ayingba, le Dr Azubuike Joel Ihenacho, a été enlevé le 21 novembre par des hommes armés non identifiés. 

Le 23 novembre, un jour après l'enlèvement du Père Matthew, deux personnes ont été enlevées dans l'Etat de Nasarawa. Le même jour, une autre personne a été tuée à peine 24 heures après que le président du All Progressives Congress (APC) de l'État, Philip Shekwo, ait été kidnappé et tué, rapporte Vanguard.

"Nous avons des cas d'enlèvements, de détentions et d'assassinats par des groupes terroristes, des bergers criminels, des bandits et des bandes de kidnappeurs avec lesquels nous devons composer", a déclaré Mgr Kaigama dans son discours du 25 novembre dernier, une initiative de l'Aide à l'Église en détresse (AED).

L'archevêque a ajouté lors de son discours du 25 novembre : "La semaine dernière, dans une de nos paroisses de l'archidiocèse d'Abuja, derrière la maison paroissiale, cinq enfants des mêmes parents ont été enlevés, et le lendemain, une femme qui se préparait à son mariage à l'église a également été enlevée. Ils n'ont pas été retrouvés".

L'archevêque nigérian a ensuite encouragé les pays occidentaux à faire pression sur le gouvernement de Muhammadu Buhari pour qu'il agisse de manière décisive contre l'insécurité, ainsi qu'à partager les informations des services de renseignement et à fournir un soutien plus important dans la lutte contre le terrorisme.

Les nations occidentales "doivent convaincre les dirigeants nigérians d'être honnêtes et déterminés dans la guerre contre le terrorisme. Le Royaume-Uni et les autres nations d'origine chrétienne devraient parler et agir davantage en faveur de la liberté", a déclaré Mgr Kaigama le 25 novembre.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]