La lutte pour la terre, les ressources naturelles derrière le conflit en cours au Nigeria

La lutte pour le contrôle des ressources naturelles, y compris la terre, dans certaines régions du Nigeria est à l'origine du conflit actuel dans ce pays d'Afrique de l’ouest et dans de nombreux autres pays africains, que les membres de l'Association biblique catholique du Nigeria (CABAN) ont mis en place.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique le dimanche 6 décembre, la présidente de CABAN, Sœur Teresa Okure, note que la terre est une question clé en matière de race et de racisme car elle définit "où l'on appartient et où l'on n'appartient pas, qui est natif et qui n'est pas" et présente un ensemble de situations complexes qui conduisent parfois à des conflits.

"C'est (la terre) le problème au Nigeria et en Afrique... c'est le problème des bergers fulanis et des indigènes", dit Sœur Okure, dont les idées ont été tirées d'une conférence de trois jours que les membres de CABAN ont tenue début novembre pour délibérer sur "le lien entre les êtres humains, la race et la terre dans la Bible". ”

Organisée sous le thème "La Bible sur les êtres humains, la race et la terre", la treizième conférence annuelle a réuni du 3 au 5 novembre des participants du Nigeria et d'ailleurs qui ont suivi les débats de manière virtuelle.

Les participants ont appris que les conflits liés à la terre avaient été aggravés par les migrations massives et les déplacements internes de populations (IDP) et l'accaparement des terres.

Des rapports précédents ont également indiqué que le conflit en cours au Nigeria, où l'on estime que plus de 400 chrétiens ont été tués par les bergers fulanis rien qu'en 2020, est plus lié aux ressources qu'à la religion, comme cela a été largement rapporté.

Dans une interview avec l'organisation internationale Aide à l’église en détresse (AED), le père Blaise Agwon, directeur du Centre pour le dialogue, la réconciliation et la paix (DREP Centre), fondé par l'Église catholique à Jos, au Nigeria, a déclaré que le conflit dans la région de la Middle Belt du pays était davantage un conflit de ressources qu'un conflit religieux.

"Le conflit dans la Middle Belt peut apparaître comme un conflit religieux car il oppose les bergers à prédominance musulmane et les agriculteurs à prédominance chrétienne. Cependant, il s'agit davantage d'un conflit de ressources que d'un conflit religieux", a déclaré le père Blaise.

Selon l'opinion réfléchie du clerc, seule la ligne de faille religieuse fait apparaître le conflit comme un conflit religieux. Cependant, il a souligné que le conflit est basé sur les ressources, principalement la terre et l'eau pour l'agriculture et le pâturage.

Le Père Blaise a déclaré qu'en raison du rétrécissement du bassin du lac Tchad, qui jusqu'à présent fournit les moyens de subsistance de plus de 40 millions de personnes, il y a un mouvement massif à la fois des humains, des animaux et même des oiseaux et des reptiles vers la ceinture centrale en raison des effets de la désertification.

Ce mouvement, a expliqué le clerc, a entraîné une grave concurrence pour les ressources telles que l'eau et la terre, pour l'agriculture et la contemplation, pour la construction et d'autres activités économiques. Selon le père Blaise, cela a créé des tensions au sein de la population. 

Citant les Livres de l'Exode et du Deutéronome dans le communiqué partagé avec ACI Afrique le 6 décembre, la direction de CABAN note que la terre appartient à Dieu "qui la donne aux êtres humains pour leur usage".

La terre est au service de toutes les créatures de la terre ; les humains créés à l'image et à la ressemblance de Dieu ont le mandat d'en prendre soin en tant que "maison commune" et foyer des autres créatures de la terre, comme le dit le pape François dans Laudato Si", déclarent les membres de la CABAN dans leur déclaration collective signée par leurs dirigeants.

Malheureusement, selon les biblistes, la plupart des conflits dans les sociétés contemporaines sont liés à la terre.

"La terre elle-même a été grossièrement exploitée et maltraitée. Les humains sont morts, ont été mutilés et dépossédés de leur héritage", disent les chercheurs, qui soulignent l'histoire biblique du vignoble de Naboth qui, selon eux, "nous rappelle que toute terre a une histoire d'héritage du peuple qui l'habite".

"Ce patrimoine doit être respecté. Les êtres humains souffrent lorsque leur histoire est négligée, réprimée et dénigrée. Ceux qui commettent de telles infractions le font au mépris du Créateur et provoquent la colère de Dieu sur eux-mêmes et leur famille", disent-ils en citant le premier Livre des Rois.

Les érudits bibliques disent que les ressources de la Terre Mère sont destinées au progrès et au bien-être de chaque être humain.

Dans le communiqué qui a fait l'objet de multiples critiques à la suite de la conférence du 3 au 5 novembre, les membres de CABAN regrettent cependant qu'aujourd'hui, les mêmes ressources avec lesquelles Dieu a béni la terre ont généré toutes sortes de conflits.

"Les meurtres en cours au Nigeria, par exemple, sont liés aux riches ressources foncières que Dieu a accordées à ses citoyens. La destruction de la vie de tout être humain, pour quelque raison que ce soit, est un crime ; elle est contraire à la volonté du Créateur et au message clair de la Bible", affirment les biblistes, en faisant référence aux livres de l'Exode, du Deutéronome et du Siracide.

Ils ajoutent : "Nous sommes tous frères et sœurs. Personne n'a le droit de mettre fin à la vie d'un autre être humain ou d'un autre groupe ethnique pour usurper les ressources de leur terre".

Au cours de leur conférence de trois jours organisée par le biais de Zoom Cloud, les membres de CABAN ont également abordé le problème du racisme et des différences raciales et ont déclaré qu'aucune nation n'a le droit de revendiquer une supériorité sur une autre en raison de ses différences.

"Chaque culture a ses propres valeurs", disent-ils, et ils ajoutent : "La plupart des cultures africaines, par exemple, sont hospitalières et accueillantes pour les étrangers".

"Le problème se pose lorsque de nouveaux colons revendiquent avec force ou subtilité la supériorité raciale et la propriété de la terre contre leurs habitants d'origine", déclarent les membres de la CABAN dans le communiqué cosigné par le président de la CABAN, Sr. Okure et le Père Dr. Luke Ijezie qui est le Secrétaire de CABAN. 

 

"Ce problème peut être évité si les nouveaux arrivants renoncent à leurs intentions cachées de revendiquer l'hégémonie et une fausse supériorité raciale sur les peuples indigènes", suggèrentils, ajoutant : "Nous voyons que cela se passe tristement dans la plupart des régions du Nigeria, de l'Afrique et d'autres parties du monde.  Selon les Écritures, un tel programme subversif doit être rejeté d'emblée".

Au cours de la conférence, les spécialistes des Écritures ont également débattu du thème de la direction responsable et ont fait remarquer que toute autorité vient de Dieu et qu'elle est destinée à un bon usage.

Les dirigeants, disent les biblistes, ont la responsabilité de protéger la vie humaine, la terre et les biens et de veiller à ce que la dignité humaine soit respectée par tous.

Lorsque les dirigeants manquent à leurs devoirs, les citoyens souffrent beaucoup, soulignent-ils. 

"La plupart des épreuves infligées par l'homme peuvent être attribuées à la gestion irresponsable des dirigeants. Les structures qui discriminent et déshumanisent les personnes humaines en raison de leur religion, de leur ethnie, de leur tribu, de leur sexe ou de leur affiliation politique, quelle que soit leur idéologie, doivent être démantelées", déclarent les membres de CABAN dans leur déclaration partagée avec ACI Afrique le 6 décembre.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]